Olivier Père

Les Destinées sentimentales de Olivier Assayas

ARTE diffuse mercredi 1er septembre à 20h55, en version restaurée, Les Destinées sentimentales réalisé par Olivier Assayas en 2000. Le film sera également disponible gratuitement en télévision de rattrapage sur ARTE.tv pendant sept jours.

Olivier Assayas rêvait d’adapter le roman de Jacques Chardonne depuis de nombreuses années. Le livre, vaste saga familiale, raconte l’évolution de la bourgeoisie protestante de la fin du XIXème siècle à l’aube de la Seconde Guerre mondiale. La profusion romanesque, la mise en scène de fêtes et de rituels mais aussi la rétention d’émotions violentes et contradictoires dans un milieu puritain situent le film dans la lignée de Bergman, Visconti et Michael Powell. Le réalisateur s’appuie sur le travail de recherche effectué par Chardonne dans son roman pour évoquer un monde ancien en train d’entrer dans la modernité. Première incursion d’Assayas, cinéaste associé au monde contemporain, dans le film à costume, Les Destinées sentimentales n’a pourtant rien d’une entreprise célibataire dans sa filmographie.

 

« J’ai fait trois films qui parlent du monde : Les Destinées sentimentalesDemonlover et Carlos. Trois époques, trois moments différents qui ont tous à voir avec la tension entre le local et le mondial, sous différentes formes. Demonlover est d’une nature un peu différente parce que j’observe le monde au présent. Dans Carlos comme dans Les Destinées sentimentales je dois me baser sur quelque chose qui relève du témoignage, du document ou de l’archive. » 1

Dans Les Destinées sentimentales, Assayas explore les bouleversements économiques de la France en voie d’industrialisation, à travers la mutation de la production de cognac et la crise de la porcelaine de Limoges. Le film n’a pourtant rien d’un essai théorique. Les Destinées sentimentales s’attache aux passions contrariées d’un homme déchiré entre l’amour de deux femmes, sa foi et un empire commercial. Emmanuelle Béart, Isabelle Huppert et Charles Berling dominent une interprétation éblouissante.

 

1 Propos recueillis par l’auteur, le 28 janvier 2014.

Catégories : Sur ARTE

Un commentaire

  1. Régine Dupuy dit :

    Très bon film, qui me donne d’ailleurs envie de lire le roman de Jacques Chardonne.
    Merci Arte !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *