Olivier Père

About

En route pour Arte

Deux ans mois pour mois après l’ouverture de ce blog en novembre 2010, initié par le Festival del film Locarno, je débute, à compter du 5 novembre 2012, mes nouvelles fonctions aux postes de directeur de l’Unité Cinéma d’Arte France et de directeur général délégué d’Arte France Cinéma.

Vous pourrez à partir de la semaine prochaine suivre ce blog à l’adresse http://olivier-pere.blogs.arte.tv/, mais le contenu en demeurera inchangé : hommages aux cinéastes et aux films que nous aimons (récents et moins récents, célèbres ou méconnus), regard subjectif sur l’histoire du cinéma, compte-rendu de festivals, nécrologies (le moins possible, merci)… A tout cela bien sûr s’ajoutera l’actualité cinéma d’Arte : les tournages, les sorties de nos coproductions en salles et en DVD, leurs sélections dans les festivals, les cycles et les événements cinéma de la chaîne, plus tout ce qui nous donne envie d’écrire sur le cinéma, tout le cinéma, rien que le cinéma.

Je vous remercie pour votre fidélité et votre intérêt croissant pour ce blog cinéphile et j’espère vous retrouver encore plus nombreux sous la bannière d’Arte.

J’ai toujours pensé que les blogs étaient les derniers repaires de la vanité et de l’exhibitionnisme. Pourtant, devant la gentille insistance de certains collègues du Festival del film Locarno, j’en fais un. Non pas que mes sentiments aient beaucoup évolué sur les billets d’humeur, coups de gueule, journaux intimes et autres carnets mondains divulgués avec indulgence sur internet par des gens qui pensent que leurs impressions sur tout et rien sont un don fait à la postérité. Ne vous attendez pas à des épanchements sur ma vie publique, privée et professionnelle (« larvatus prodeo », telle est la devise du directeur artistique.) De toute façon, vous seriez déçus. En revanche, ce blog accueillera des comptes-rendus sur l’actualité permanente du festival (en dehors des dates du festival), mes lectures et les films que je vois tous les jours (hormis ceux que je visionne pour les différentes sélections de Locarno, bien entendu.) N’étant pas graphomane, la régularité des livraisons demeure encore incertaine, mais je vais faire de mon mieux pour établir un contact fréquent, sinon permanent, avec tous celles et ceux qui s’intéressent au cinéma en général et au Festival del film Locarno en particulier. Comme vous pouvez vous y attendre, le cinéma (et rien que le cinéma) sera le fil conducteur de ce blog. J’ai déjà la chance de m’exprimer (quand on me le demande) dans les colonnes de l’hebdomadaire français « Les Inrockuptibles » sur l’actualité de la cinéphilie, et d’écrire de manière beaucoup plus épisodique dans d’autres publications internationales. Ce blog accueillera des articles d’enthousiasme que l’on pourrait classer de la manière suivante. Il y aura les hommages à des personnalités de l’histoire ou de l’actualité du cinéma, les critiques de films récents, les notes de lecture sur des ouvrages de cinéma, les nécrologies. Il y aura également des chroniques sur des films vus et revus (des classiques de l’histoire du cinéma jusqu’aux trésors cachés et les plaisirs coupables  – même s’il n’y a pas de plaisirs coupables de mon point de vue, mais aussi les chefs-d’œuvre – reconnus ou non – et les films de chevet que nous ne sommes pas les seuls à vénérer.) Lors de mes moments de liberté, je passe bien plus de temps à visionner des DVD qu’à pianoter sur mon clavier d’ordinateur. J’espère donc être capable de maintenir le rythme de ces livraisons, sans trop empiéter sur mon temps de sommeil. Ce blog proposera aussi des nouvelles fraîches et des informations exclusives liées au Festival del film Locarno, généreusement dispensées avant la date fatidique du 3 août 2011, soit l’ouverture de la 64ème édition.
Voilà, c’est parti.

Born March 17, 1971 in Marseille (France)
Nationality: French
MA in Modern Literature, Paris IV – Sorbonne

Professional activites:

From November 1st, 2012 : Executive director of Arte France Cinema  and director of film acquisitions for ARTE France
2009 – 2012 : Artistic Director, Festival del film Locarno (Switzerland)
2004 – 2009 : Artistic Director, Directors’ Fortnight, Cannes

1997 – 2012 : Contributor to the film section of the French weekly magazine Les Inrockuptibles

1996 – 2009: Programmer, Cinémathèque française (Paris)
1996 – 2008: Print research for retrospectives for the Belfort ‘Entrevues’ Festival

Publications :

2010 : « Jacques Demy » (with Marie Colmant, Editions de la Martinière, Paris) 

2010 : Contribution to the book: « Take 100 – The Future of film: 100 New Directors » (Phaidon Press, New York)

 

24 commentaires

  1. Brun Laura dit :

    Bonjour,

    J’ai visionné le court métrage « L’age du premier baiser » présent sur votre blog et j’ai trouvé se court métrage est très touchant car en plus de la situation de santé compliqué de adolescent qui peut toucher les spectateurs il montre également une situation qui touche beaucoup d’adolescents a cette age la car la question du premier baiser peut se poser par beaucoup et cela peut en devenir une sorte d’obsession pour certaine personne. Nous pouvons également voir leur envie comme la montagne ou la mer. La musique utilisé en début jusqu’à dans la voiture montre une sorte de positionnement des adolescent.

    Merci d’avance d’avoir prit compte de ma critique.

  2. Aliocha dit :

    Bonjour,
    Je viens de m’apercevoir que Peau d’Âne a été déprogrammé, ainsi que le doc sur Delphine Seyrig (alors que, damned, j’avais déjà prévu ma soirée moi ! LOL), auriez-vous déjà une indication quant à la date où tout cela sera finalement diffusé ? Merci par avance… Et vive Demy !!!! 😉

    • Olivier Père dit :

      Bonjour
      désolé pour cette déprogrammation décidée en raison de l’incendie de Notre-Dame, le film et le documentaire seront proposés très prochainement mais je n’ai pas encore la date dès que nous le savons elle vous sera communiquée. merci

  3. Aliocha dit :

    Je passe par ici parce que j’ai pu vu si y avait un de vos papiers dessus, mais je tiens à vous remercier et à remercier Arte pour m’avoir fait découvrir ce soir un film qui est exactement ce dont j’ai besoin en ce moment : le très beau Retour à Montauk de l’ami Volker S. !! La classe, ce film, il a la classe, quoi, par son esthétique, sa pudeur, ses thèmes (littérature, conflit entre le passé mort et le vivant, etc.) son amour de l’essentiel, et en outre il m’a lavé la tête de plusieurs blockbusters sympa mais balourds que j’ai enchaîné dernièrement et qui m’ont lessivé au final ! LOL
    Ah, oui, le cinéma européen, la magie de l’étude des sentiments, des échecs, des espoirs, des parcours qu’on aimerait refaire… Cela fait tellement de bien bondiou quand même !! 🙂 Allez, ça m’a donné envie de revoir du Antonioni, tiens, par exemple !! Et aussi peut-être de découvrir d’autres films de ce brave vieux Volker que j’ai finalement un peu négligé à part Le Tambour ! A propos, l’autre soir, dans un entretien (je crois sur LCP ?!) il causait de toute sa carrière et tout, et à un moment, avec un sourire touchant, il a dit qu’à son époque, on faisait un film en cherchant la structure, les séquences, la lumière idéale, le travail avec les acteurs, avec une pensée, une discipline et une liberté ensemble, on prenait son temps, avec une vision d’ensemble, alors qu’aujourd’hui, eh ben il avait souvent l’impression que (je cite de mémoire) « tout dans les films coule, dégouline, sans arrêt, se suit en une sorte de diarrhée » ! LOL Et purée je pigeais ce qu’il voulait dire, quand on voit parfois l’effrayante écriture et la navrante forme de plein d’objets filmiques sans âme (gros films ou non, d’ailleurs, et pas d’un pays en particulier) sans tripes, sans coeur, sans sentiments, sans audace ou sérénité, du rien, quoi, avec juste une mise en scène aux abonnés absents ou du bruit et des images spectaculaires pour cacher le vide sidéral de l’ensemble… Ah, je parle comme un vieux c… LOL Mais je suis un peu nostalgique, aujourd’hui, je me suis réécouté la BO de 1900, enfin voilà… 🙂

    • Olivier Père dit :

      D’autres beaux films européens récents à venir sur ARTE avec le cycle Almodovar, le dernier Kaurismaki, Guiraudie, Assayas…

  4. Aliocha dit :

    Oh, au fait, je remercie Arte pour la soirée Godard !!! Magique. Magique de revoir A bout de Souffle, toujours aussi parfait, et de découvrir le fascinant Livre d’Image (perso, je vois dans ce titre l’ombre amie de Rilke qui traverse tant de projets de JLG mais j’ai pas l’impression que ça a été relevé ?) ! Bon, il m’a limite paumé un moment dans la seconde moitié et son exploration de la psyché orientale (et la défense à travers des mots de quelqu’un (Genet ?) de « ceux qui posent des bombes » mais bon JLG restera anar jusqu’au bout, je suppose, et je pense qu’il fait la distinction justement entre les terroristes étant en réalité un totalitarisme tendant vers la structure d’un état et les vrais révolutionnaires) mais quelle splendeur de montage, de poésie, avec son propre travail et celui des autres, et quel toupet fabuleux il a encore, de faire du cracra à notre époque d’obsession de la belle image numérique en pixélisant, en salissant comme s’il était un sale gosse se prenant pour Matisse ou un Derain s’amusant sur un PC LOL, tout cela cotôyant les horreurs d’une mer de sang versé par des fanatiques, et Victor Hugo, Pasolini, Rimbaud, Ophuls (les toutes dernières images qu’il utilise, sans le son, de ce segment du Plaisir, avec comme un pantin shakespearien se pavanant jusqu’à l’anéantissement, et la femme se tournant avec effroi, sans le son, c’est sublime, sublime !!)…
    Bref merci Arte, merci et merci !!!! 🙂

  5. Catherine Schwartz dit :

    Auriez-vous la gentillesse de faire rectifier le nom de Jean ( et non Jacques) Penzer, cité dans le résumé du film « On ne meurt que deux fois  » qui passe ce soir 26 août, comme ayant reçu un César pour la photo de ce film?
    Je vous remercie.

    • Olivier Père dit :

      Bonjour,
      merci pour votre message, et désolé de cette erreur sur le site, j’ai demandé qu’elle soit rectifiée. Bien cordialement,

  6. Luc Vialle dit :

    Cher Olivier Père,

    Tout d’abord un immense merci pour tout ce que vous faites pour le cinéma.
    Je suis cinéphile et suis tombé amoureux du festival dont vous êtes l’initiateur Artekino qui permet de découvrir des pépites que l’on ne pourra voir nulle part ailleurs. Hélas, je me suis cette année heurté à une difficulté jamais éprouvée les éditions précédentes : l’impossibilité de voir certaines oeuvres car celles-ci avaient été déjà vues un certain nombre de fois ( 5000 ) me semble-t-il. Il ne reste désormais que trois films ( sur 10 !! ) qui sont visibles. Je suis très peiné d’autant plus que certains avaient l’air d’être des merveilles tels que Psychobitch de Martin Lund, Thirty ( Dreissig ) de Simona Kostova, Thirst de Svetla Tsotsokova…comment pourra-t-on les voir à défaut de ne pas pouvoir les voir sur Artekino ? Savez-vous si certains connaîtront une sortie ? Si certains ont un distributeur ? Ou alors s’ils seront disponibles sur Arte un jour ?
    Mille mercis d’avance pour votre réponse et excellentes fêtes de fin d’année à vous.
    Bien cordialement,
    Luc Vialle.

    • Olivier Père dit :

      Bonjour et merci pour votre message. Cette année le festival a été un peu victime de son succès, et plusieurs films sont complets sur de nombreux territoires, dont la France, avant la fin de décembre. L’année prochaine nous tenterons de remédier à cet inconvénient, peut-être en proposant une salle virtuelle élargie, avec plus de places. N’oubliez pas que le film qui gagne le prix du public est proposé gratuitement tout le mois de janvier sur ARTE.tv, cela vous donnera très certainement l’occasion de voir enfin l’un des titres qui était déjà complet. Le principe d’ARTE Kino Festival est de montrer des films européens inédits en France, mais cela n’empêche pas certains d’entre eux de trouver un distributeur salles après le festival. Rien n’a été confirmé pour le moment à ma connaissance. Ce n’est pas systématique, mais il arrive que des films sélectionnés lors des précédentes éditions d’ARTE Kino Festival soient diffusés sur ARTE – à condition qu’ils aient connu une sortie en salles en France si ce sont des films de fiction. Je pense au très beau film d’animation La Jeune Fille sans main ou Soleil battant des soeurs Laperrousaz qui a été diffusé en prime time il y a quelques semaines et a enregistré une excellente audience. Parmi les documentaires montrés sur ARTE Kino Festival, la chaîne a également diffusé Safari de Ulrich Seidl et Selfie, qui fait partie de la sélection 2019. En 2020 surveillez nos programmes il est prévu que nous diffusions La Mort de Louis XIV de Albert Serra et The Last Family, remarquable premier film polonais de Jan P. Matuszynski. Joyeuses fêtes à vous.

    • Olivier Père dit :

      PS : Il y a aussi Messi et Maud (La Holandesa) qui sera diffusé jeudi 12 mars sur ARTE. Bonnes fêtes.

  7. Vialle dit :

    Mille mercis en retard pour votre adorable réponse. Très bonne année 2020 à vous.
    J’avais un autre petit problème : j’ai lu que sur le site d’Arte, on pouvait revoir le film de Callisto McNulty Delphine et Carole insoumuses qui a l’air magnifique jusqu’au 15 février, hélas je ne le trouve absolument pas ( ni sur Arte Replay ni sur ArteTv ni sur la chaîne Youtube d’Arte, le lien semble avoir été supprimé. Est-ce normal ?
    Excellente fin de week-end à vous.
    Luc.

    • Olivier Père dit :

      Bonsoir
      en effet ce documentaire a été déprogrammé de notre antenne et devrait être diffusé début mars, le mercredi 4 je crois. A ce moment-là il sera de nouveau disponible en replay sur Arte.tv
      bien à vous,

  8. Aliocha dit :

    Hello !

    Piccoli la légende vient de s’éteindre, et je vois que votre hommage à vous, à la télé, ce sera un dimanche soir, « Les Choses de la Vie » ?!
    Franchement j’adore Sautet et tout, mais bon sang, pourquoi faut-il que « La Belle Noiseuse » se retrouve exilé sur votre site Internet mais pas sur votre chaîne ?
    D’accord, c’est un film très long et très exigeant mais et alors ? C’est si important franchement l’audimat quand s’en va l’un des derniers géants du cinéma français et mondial ? Encore une légende du film d’auteur (et pas que) qui s’en va (après Max von Sydow), et on se contentera des « Choses de la Vie » ?
    Avec la filmo démente de Piccoli, vous aviez le choix pourtant : plusieurs Ferreri, Deville, Oliveira…
    Un peu d’audace à l’heure actuelle, que diable ! Arte a le droit d’être clivant, dans des occasions pareilles !
    Sans rancune évidemment, mais bon, déçu, quoi,
    Aliocha

  9. Ella dit :

    Bonjour, le film Days ( Rizi ) de Tsai Ming Liang qui était censé être disponible jusqu’au 29 octobre est malheureusement indisponible. Est-ce une erreur ?
    Très belle journée à vous.

    • Olivier Père dit :

      bonjour merci de nous avoir prévenu oui il s’agit d’un dysfonctionnement nous avons alerté les personnes concernées pour que le film soit de nouveau disponible.
      bien à vous,

  10. Ella dit :

    Merci cher Olivier Père, une très belle journée à vous.
    Et merci pour ces belles programmations.

    • Olivier Père dit :

      Bonsoir
      je viens d’apprendre que RIZI coproduit par ARTE a dû être retiré plus tôt que prévu de notre site car un événement important autour de l’oeuvre de Tsai Ming Liang est prévu prochainement au Centre Pompidou. Nous en sommes désolés.

  11. Aliocha dit :

    Hello ! Juste un petit coup de gueule (dans le désert, peut-être, mais tant pis) en passant : pourquoi passer des films du médiocre Beresford ou du peut-être encore pire Tornatore ?! Tucker de Coppola, j’étais aux anges, ça faisait longtemps que je l’avais pas vu, et Bigelow est certes intéressante (j’avais adoré Near Dark, mais je pense que l’auteuriser à outrance me paraît too much, cette dame, c’est pas non plus Varda ou Akerman, alors tout un CYCLE, quand même ?!), mais parfois j’avoue que je vous comprends plus trop les gars d’Arte ! Je veux dire, pourquoi nous donner du moyen voire du médiocre, parfois même dans la même soirée ? S’il vous plaît, la vie est assez dure en ce moment, alors donnez-nous le bonheur encore de pouvoir juste zapper sur sa télé et d’arriver sur Monteiro, Ruiz, Tarr, Oliveira, Paradjanov, Kalatozov, Garrel, Akerman, Pasolini, Ferreri, et tant d’autres merveilleux cinéastes du monde que votre excellente chaîne serait la seule à passer évidemment !! (Spy Game, Démineurs, ça pourrait se voir n’importe où non ?)…
    Cordialement quand même,
    A

  12. Mathieu dit :

    Bonjour Monsieur Père,

    Des questions biographiques: Sur quel thème avez rédigé votre thèse de Master? Avez vous fait une licence de lettres ou d’une autre matière?
    Une question cinéma: Quel est votre top 10 des meilleurs films (je sais réponse difficile et presque infaisable, mais un essai de liste serait intéressant)

    Cordialement Mathieu

    • Olivier Père dit :

      Bonjour
      j’ai obtenu une licence de lettres modernes à Paris IV dont le sujet était Sade.
      voici un projet de liste de films préférés dans le désordre qui s’arrête aux années 80 mais est plus proche de 100 que de 10 – et il manque beaucoup de titres.

      Pickpocket de Robert Bresson
      L’Aurore de Friedrich W. Murnau
      Tabou de Friedrich W. Murnau et Robert Flaherty
      Les Rapaces d’Eric von Stroheim
      Loulou de Georg W. Pabst
      L’Age d’or de Luis Bunuel
      Jeux dangereux d’Ernst Lubitsch
      La Petite Lise de Jean Grémillon
      Gueule d’amour de Jean Grémillon
      La Chienne de Jean Renoir
      Partie de campagne de Jean Renoir
      Boudu sauvé des eaux de Jean Renoir
      La Règle du jeu de Jean Renoir
      Toni de Jean Renoir
      La Bandera de Julien Duvivier
      Lettre d’une inconnue de Max Ophuls
      Les Contes de la lune vague après la pluie de Kenji Mizoguchi
      L’intendant Sansho de Kenji Mizoguchi
      Nuages flottants de Mikio Naruse
      Profond désir des dieux de Shoei Imamura
      Allemagne année zéro de Roberto Rossellini
      Voyage en Italie de Roberto Rossellini
      L’Atalante de Jean Vigo
      La dolce vita de Federico Fellini
      La terre tremble de Luchino Visconti
      Mort à Venise de Luchino Visconti
      Voyage au bout de l’enfer de Michael Cimino
      Ludwig de Luchino Visconti
      Le Secret de Veronica Voss de Rainer Werner Fassbinder
      Faisons un rêve de Sacha Guitry
      Angèle de Marcel Pagnol
      Dodes Kaden d’Akira Kurosawa
      Les Sept Samouraïs d’Akira Kurosawa
      Stalker d’Andreï Tarkovski
      La Prisonnière du désert de John Ford
      L’homme qui tua Liberty Valance de John Ford
      Frontière chinoise de John Ford
      La Poursuite infernale de John Ford
      Croix de fer de Sam Peckinpah
      La Charge fantastique de Raoul Walsh
      Gentleman Jim de Raoul Walsh
      L’enfer est à lui de Raoul Walsh
      La Mort aux trousses d’Alfred Hitchcock
      Sueurs froides d’Alfred Hitchock
      Les Enchaînés d’Alfred Hitchcock
      Psychose d’Alfred Hitchcock
      La Grande Parade de King Vidor
      Autopsie d’un meurtre d’Otto Preminger
      M le maudit de Fritz Lang
      Règlements de comptes de Fritz Lang
      Le Tigre du Bengale de Fritz Lang
      Le Tombeau hindou de Fritz Lang
      2001, l’odyssée de l’espace de Stanley Kubrick
      Barry Lyndon de Stanley Kubrick
      Shining de Stanley Kubrick
      Taxi Driver de Martin Scorsese
      Le Parrain de Francis Ford Coppola
      Blow Out de Brian De Palma
      Le Convoi de la peur de William Friedkin
      Le Trou de Jacque Becker
      Bob le flambeur de Jean-Pierre Melville
      Le Mépris de Jean-Luc Godard
      Accattone de Pier Paolo Pasolini
      Blow Up de Michelangelo Antonioni
      Profession : reporter de Michelangelo Antonioni
      Dressé pour tuer de Samuel Fuller
      Deep End de Jerzy Skolimowski
      Le Dieu noir et le diable blond de Glauber Rocha
      Le Locataire de Roman Polanski
      Chinatown de Roman Polanski
      Le Professeur de Valerio Zurlini
      Phantom of the Paradise de Brian De Palma
      Les Parapluies de Cherbourg de Jacques Demy
      Van Gogh de Maurice Pialat
      Cléo de 5 à 7 d’Agnès Varda
      Docteur Jerry et Mister Love de Jerry Lewis
      Les parachutistes arrivent de John Frankenheimer
      Le Rebelle de King Vidor
      Chantons sous la pluie de Gene Kelly et Stanley Donen
      Comme un torrent de Vincente Minnelli
      Mirage de la vie de Douglas Sirk
      Dillinger est mort de Marco Ferreri
      Le Boucher de Claude Chabrol
      La Chambre verte de François Truffaut
      Le Fanfaron de Dino Risi
      Le Pigeon de Mario Monicelli
      Inferno de Dario Argento
      L’Amour l’après-midi d’Eric Rohmer
      Gertrud de Carl Th. Dreyer
      L’Homme de l’ouest d’Anthony Mann
      King Kong de Ernest B. Schoedsack et Merian C. Cooper
      Un condamné à mort s’est échappé de Robert Bresson
      Vidéodrome de David Cronenberg
      Il était une fois dans l’ouest de Sergio Leone
      Il était une fois en Amérique de Sergio Leone
      Fanny et Alexandre d’Ingmar Bergman
      Persona d’Ingmar Bergman

  13. Aliocha dit :

    Très belle liste ! Bon, je suis prêt à arrêter de faire le cinéphile grincheux de service LOL, si d’ici la fin de l’année, vous arrivez à passer (à un horaire normal !) seulement dix de ces films (hors Hitchcock diffusé et rediffusé, ou les westerns de toute façon fréquents eux)… Chiche ??…

  14. Olivier Père dit :

    Le Professeur et Autopsie d’un meurtre viennent d’être récemment diffusés sur ARTE en deuxième partie de soirée. La Chambre verte, Contes de la lune vague après la pluie, L’Intendant Sansho, Profond désir des dieux, Mort à Venise, Le Fanfaron, Chantons sous la pluie, Sueurs froides (vous trouvez qu’il est trop diffusé ? faudrait savoir ce que vous voulez…)
    ça fait dix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *