Olivier Père

Suez de Allan Dwan

Sidonis vient d’éditer en DVD deux films de Allan Dwan, appartenant à deux périodes distinctes de sa longue et riche carrière. On parlera du second demain.

Suez (1938) est une superproduction à prestige de la Fox, aux manettes desquelles Allan Dwan se substitue au cinéaste maison Henry King habituellement mandaté par Darryl F. Zanuck sur ce type de projets, d’autant plus que la vedette en est Tyrone Power, qui tournera de nombreux films sous la direction de King. Film historique à grand spectacle, Suez retrace de manière très romancée l’odyssée de Ferdinand de Lesseps, diplomate français qui va soulever des montagnes – c’est le cas de le dire – pour accomplir un chantier visionnaire et démiurgique destiné à modifier le destin politique et économique de toute une partie du globe, le creusement du canal de Suez long de 160 kilomètres effectué entre 1859 et 1869, qui va relier, via trois lacs naturels, la ville portuaire située en Egypte de Port-Saïd sur la mer Méditerranée et la ville de Suez sur le golfe de Suez (partie septentrionale de la mer Rouge), permettant ainsi de relier les deux mers.

Lesseps va d’abord se heurter au mépris de Napoléon III et à la méfiance des Anglais qui refusent dans un premier temps de s’associer avec les Français sur un tel projet pour ne pas voir leur influence décliner dans la région, puis le creusement du canal va provoquer des tensions politiques avec la Turquie. C’est du moins ce qui est expliqué dans le scénario de Philip Dunne qui ne prétend certes pas raconter ces faits avec une rigueur historique sans failles. Lesseps y est présenté comme un pur idéaliste et il n’est jamais question des affaires de corruption qui entachèrent la réputation de Lesseps, de la faillite de nombreux actionnaires en raison du gouffre financier que constitua le Canal de Suez et des probables 125 000 morts parmi les ouvriers égyptiens durant les dix ans de travaux. Les enjeux géopolitiques liés au canal croisent très vite les déboires amoureux de Lesseps qui se fait piquer sa maîtresse Eujénie de Montijo par l’Empereur, ce qui retarde puis favorise l’avancée du projet. Cette relation est le fruit de l’imagination des scénaristes, tout comme celle entre Lesseps et une jeune Française vivant en Egypte Toni Pèlerin qui deviendra son assistante. Le spectateur ne se plaindra pas de ces licences romanesques puisque Suez est autant un mélodrame qu’un film d’aventures, et qu’il doit beaucoup au pouvoir de séduction de ses interprètes principaux : Tyrone Power bien sûr, incarnation masculine du charme et de l’élégance, aussi beau moralement que physiquement, et les deux éblouissantes actrices qui se succèdent dans son cœur : Loretta Young dans le rôle de la Comtesse Eujénie de Montijo et Annabella dans le rôle du garçon manqué Toni qui va s’amouracher de Lesseps. Ils se rencontrent pour la première fois dans une oasis où Toni s’est imprudemment baignée toute nue, une charrette tirée par un âne récalcitrant faisant office de cabine de bain. La cocasserie et l’érotisme bon enfant de cette scène témoignent de la personnalité de Allan Dwan, qui déplace le film sur le terrain des sentiments et de l’humour, avec sans doute davantage de fantaisie que n’en aurait apportée Henry King. Annabella, actrice française partie à Hollywood et qui avait épousé Tyrone Power en 1936 est absolument irrésistible de fraicheur et de sensualité. La contemplation de sa frêle poitrine au travers d’un chemisier mouillé rappelle que les actrices françaises étaient moins prudes que leurs collègues américaines. Suez illustre le triomphe du glamour hollywoodien. Les décors et les costumes constituent un écrin somptueux pour les stars. Le morceau de bravoure de Suez est une scène très impressionnante des destructions meurtrières engendrées par une tornade sur le chantier, représentative de la mode des films catastrophe à Hollywood dans les années 30, et de la qualité des effets spéciaux à cette époque, capables de concilier ivresse spectaculaire et puissance émotionnelle.

Annabella dans Suez

Annabella dans Suez

 

 

Catégories : Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *