Olivier Père

Le Pionnier de l’espace de Robert Day

Artus édite en DVD Le Pionnier de l’espace (First Man Into Space, 1959) de Robert Day, qui sera disponible à la vente début septembre. Il s’agit d’une production anglaise, même si son action, sa localisation et ses protagonistes sont américains, sujet oblige (la conquête spatiale). A la fin des années 50 la science-fiction britannique a déjà produit quelques belles réussites, notamment Le Monstre (The Quatermass Xperiment, 1955) de Val Guest. Le Pionnier de l’espace ne provient pas des studios Hammer, grand fournisseur de films de genre, mais d’une firme concurrente, Amalgatamed Productions, elle aussi spécialisée dans le fantastique et la science-fiction. Aux manettes de la mise en scène on retrouve l’honnête artisan Robert Day et dans les coulisses, le producteur indépendant Richard Gordon, figure incontournable du cinéma d’exploitation britannique. Le Pionnier de l’espace partage les mêmes qualités que les films de la série Quatermass : il s’agit de s’inspirer de postulats scientifiques avérés pour déboucher sur des péripéties délirantes, sans jamais se départir d’une approche sérieuse, à la lisière du documentaire, renforcée par un noir et blanc austère et des acteurs inconnus. Le film conte l’histoire de deux frères, l’un officier de l’US Nay, l’autre pilote, casse-cou incorrigible qui doit emmener une fusée expérimentale en très haute altitude. Le pilote, excité à l’idée de devenir le premier homme dans l’espace, pousse trop loin l’appareil et perd le contrôle de la fusée, prise dans un nuage de particules inconnues. L’appareil s’écrase mais le corps du pilote, qui a réussi à s’éjecter dans l’espace, est porté disparu. Au même moment, des meurtres horribles et des massacres de bétail sont commis dans les environs… On ne tarde pas à découvrir que l’accident dans l’espace a transformé l’infortuné pilote en monstre avide de sang.

Le Pionnier de l'espace de Robert Day

Le Pionnier de l’espace de Robert Day

Davantage qu’une mise en garde sur les dangers d’une science sans conscience, Le Pionnier de l’espace se veut un drame plein de pathos sur le calvaire d’un cosmonaute victime de sa témérité et de ses proches, témoins impuissants de sa mutation irréversible en créature hideuse et sanguinaire, ayant néanmoins conservé une parcelle d’humanité. Cela pourrait être ridicule mais c’est en réalité poignant, et cet homme dénaturé permet au film de se hisser parmi les petits classiques de la SF des années 50. Ni pensum ennuyeux, ni nanar de série Z, Le Pionnier de l’espace est un bon petit film, à redécouvrir.

 

PS : Le Pionnier de l’espace fait penser à un autre film d’exploitation américain réalisé en 1979, Le monstre qui vient de l’espace, dont on parlait ici :

https://www.arte.tv/sites/olivierpere/2013/05/31/le-monstre-qui-vient-de-lespace-de-william-sachs/

 

 

Catégories : Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *