Olivier Père

Olivia de Jacqueline Audry

Jacqueline Audry fut l’une des premières femmes à avoir régulièrement exercé les professions de scénariste et réalisatrice de cinéma en France, avec quinze longs métrages entre 1946 et 1967. Durant les années 40 et 50, elle était aussi la seule, accompagnée par son mari Pierre Laroche qui écrivait ses films avec elle. Elle parvint à s’imposer dans un milieu masculin, malgré de nombreux obstacles et une relative absence de reconnaissance qui perdure encore aujourd’hui. Produit dans le système commercial, ses films obtinrent les faveurs du grand public, et contribuèrent à démocratiser une pensée féministe. Après plusieurs films tirés de Colette ou de la Comtesse de Ségur, Audry décide d’adapter à l’écran Olivia, un roman anglais de Dorothy Bussy. Dans une institution de jeunes filles près de Fontainebleau, à la fin du XIXème siècle, une nouvelle pensionnaire tombe en émoi devant Mademoiselle Julie, co-directrice de l’établissement et professeure de français. Cette passion va provoquer un drame. Audry imagine un univers exclusivement féminin, où se nouent des histoires d’amour, d’emprise et de rivalités. Remarquable pour ses décors d’intérieurs laiteux, luxueux et douillets, le film invente un monde sans hommes, sorte de gynécée utopique où les femmes vivent en parfaite autonomie, et occupent tous les postes de pouvoir. Le cloisonnement mais aussi la fascination pour l’image d’une féminité dominante et indépendante sont les thèmes principaux du film. La cinéaste aborde l’homosexualité féminine avec élégance et suggestivité. Cette audace sera récompensée par un succès public. Cela n’empêchera pas le film de provoquer un scandale et d’être très critiqué au moment de sa sortie. Olivia permet d’admirer Edwige Feuillère dans le rôle de Mademoiselle Julie, à la fois autoritaire et charmeuse. Simone Simon est elle aussi parfaite en amante recluse et souffrante, rongée par une jalousie maladive. Au-delà de la beauté de ses images et de ses interprètes, Olivia séduit par l’attention portée aux voix (celle de Feuillère est divine), à la variété des accents et des tessitures.

Olivia a été restauré et numérisé en 4K en 2018, par Les Films de la Pléiade, avec la collaboration des Films du Jeudi et le soutien du CNC.

Film disponible gratuitement sur ARTE.tv jusqu’au 7 juillet 2020, et en DVD dans la collection Solaris Classiques.

Catégories : Actualités · Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.