Drive de Nicolas Winding Refn

ARTE diffuse Drive réalisé par Nicolas Winding Refn en 2011, dimanche 18 février à 20h55. Le film sera également disponible en télévision de rattrapage pendant sept jours sur le site d’ARTE.

Avec Drive, Nicolas Winding Refn apporte du sang neuf au polar urbain, tout en jouant avec les références et les hommages cinématographiques. Le cinéaste transforme une intrigue de série noire en conte de fée moderne, et donne libre cours à une vision très personnelle du romantisme et de la violence. Le prince charmant de Drive est un cascadeur psychopathe et la princesse qu’il doit sauver, sa voisine mariée à un ancien taulard menacé par la mafia.

On assiste dans Drive à l’osmose parfaite entre un cinéaste et un acteur, une idée de cinéma et une idée de jeu. Nicolas Winding Refn filme Ryan Gosling comme un nouveau modèle de virilité à la fois séduisant et dangereux. Leur couple fonctionne à plein régime comme celui formé par Alain Delon et Jean-Pierre Melville, période Samouraï. Ryan Gosling incarne une figure davantage qu’un personnage, une silhouette mutique et impénétrable, bombe à retardement qui peut exploser à tout moment, où laisser à l’improviste parler des pulsions contradictoires (voir l’incroyable scène où il embrasse sa voisine quelques secondes avant de massacrer à coup de poing et de pied un tueur dans un ascenseur.) Nicolas Winding Refn poursuit son exploration d’univers mentaux, associant violence physique, projections fantasmatiques et fétichisme machiste (le déjà mythique blouson du héros, orné d’un scorpion doré, référence à Scorpio Rising de Kenneth Anger et sans doute aussi au personnage de Snake Plissken dans New York 1997 de John Carpenter.) Ce cinéaste danois remarqué pour sa trilogie mafieuse Pusher, Bronson (tourné en Angleterre) et Vallalah Rising, relecture du film de viking, donne le meilleur de lui-même et franchit un cap important pour sa carrière avec cette première incursion sur le territoire américain. Drive dresse le portrait fascinant de Los Angeles filmé à travers le regard d’un cinéaste européen. Avec sa photographie et sa mise en scène à couper le souffle, Drive se charge d’une poésie onirique qui sublime la Cité des Anges.

Ryan Gosling dans Drive de Nicolas Winding Refn

Ryan Gosling dans Drive de Nicolas Winding Refn

 

 

 

 

 

Catégories : Sur ARTE

Comments