Olivier Père

Mort d’un pourri de Georges Lautner

Dans le cadre de son printemps du polar, ARTE consacre lundi 20 mars une soirée spéciale à Alain Delon avec deux films : Mort d’un pourri à 20h55 et L’Insoumis à 22h55. Quoi de plus normal si l’on considère que l’acteur français a souvent joué les flics, les voyous ou les aventuriers et a marqué le cinéma criminel de son empreinte, avec des titres essentiels du genre signés Melville, Clément, Deray, Winner, Tessari et quelques autres.

Mort d’un pourri (1977) est un cas particulier dans la filmographie de Georges Lautner, et même dans celle de Delon, ici producteur et acteur tout-puissant.

C’est du côté de Boisset que lorgne ce thriller politique mouvementé comme un sérial, qui nous plonge dans les sales draps de la Cinquième république, avec magouilles financières et conspirations de groupuscules d’extrême droite en croisade contre la gangrène socialiste qui menace l’Europe. Cherchant à protéger son meilleur ami le député Philippe Dubaye (Maurice Ronet) qui lui avoue avoir tué un politicien véreux, Xavier Maréchal (Alain Delon) accepte de lui fournir un alibi puis rentre en possession d’un dossier compromettant lorsque Dubaye est à son tour assassiné. Des tueurs et la police se lancent à ses trousses pour récupérer ces documents. Lautner, Delon et Audiard à l’assaut de la fiction de gauche ? Pas vraiment. Mort d’un pourri est avant tout l’histoire de la vengeance d’un homme seul. Le film, adapté d’une série noire de Raf Valet (pseudonyme de Jean Laborde qui était aussi chroniqueur judiciaire à « France-Soir ») se nourrit de scandales et faits-divers réels et retranscrit l’atmosphère de corruption et d’instabilité politique des années 70. Mort d’un pourri figure parmi les nombreux films français écrits ou réécrits en secret par Claude Sautet qui louait ses services de scénariste à de nombreuses productions commerciales sans apparaître au générique. Quant aux dialogues ils sont bien signés Michel Audiard plutôt en forme qui évite de justesse le « tous pourris » de rigueur et parvient à mettre son antigaullisme viscéral en sourdine tout au long du film pour délivrer in fine un message anarchisant dans la bouche de Delon, sur le point de régler son compte à un flic fasciste exécuteur de basses œuvres (Michel Aumont excellent dans le même registre veule et halluciné que dans Nada de Chabrol) : « Les deux fléaux qui menacent l’humanité sont le désordre et l’ordre » et « la corruption me dégoûte et la vertu me donne le frisson. »

Comme Le Septième Juré (autre réussite « sérieuse » de Lautner) Mort d’un pourri est un film sur le dégoût, traité sur le mode du thriller d’action. Ni flic ni truand mais fier justicier évoluant parmi les nombreux « pourris » du film Delon est convainquant au cœur de cette ténébreuse affaire menée tambour battant. Comme d’autres polars de cette époque Mort d’un pourri parvient à capter les transformations urbanistiques de la capitale et Lautner dans ses choix de décors modernes, froids et déshumanisés, vise juste. Le film offre une riche galerie de personnages grotesques, minables ou inquiétants qui existent le temps de quelques scènes grâce à leurs interprètes : Daniel Ceccaldi, Julien Guiomar, François Chaumette, Klaus Kinski plus plein de « gueules » et seconds couteaux du cinéma français de cette époque. Sans oublier le grand Maurice Ronet, copain de Delon et son double pervers dans trois films : Plein soleil, La Piscine et celui-ci. Le meurtre de Stéphane Audran en caméra subjective, sa défenestration semblent échappés d’un « giallo » de Umberto Lenzi. Belle photographie de Henri Decaë, belle musique de Philippe Sarde avec Stan Getz au saxophone.

Ornella Muti dans Mort d'un pourri © Pathé Films Foto: ARTE France Honorarfreie Verwendung nur im Zusammenhang mit genannter Sendung und bei folgender Nennung "Bild: Sendeanstalt/Copyright". Andere Verwendungen nur nach vorheriger Absprache: ARTE-Bildredaktion, Silke Wölk Tel.: +33 3 881 422 25, E-Mail: bildredaktion@arte.tv

Ornella Muti dans Mort d’un pourri
© Pathé Films

MIchel Aumont dans Mort d'un pourri © Pathé Films Foto: ARTE France Honorarfreie Verwendung nur im Zusammenhang mit genannter Sendung und bei folgender Nennung "Bild: Sendeanstalt/Copyright". Andere Verwendungen nur nach vorheriger Absprache: ARTE-Bildredaktion, Silke Wölk Tel.: +33 3 881 422 25, E-Mail: bildredaktion@arte.tv

MIchel Aumont dans Mort d’un pourri
© Pathé Films

 

Catégories : Sur ARTE

3 commentaires

  1. Regnault dit :

    Vu récemment. J’ai beaucoup apprécié. Agréablement surpris par cette scène en question avec Audran, comme venue d’un autre monde.
    La présence de Kinski est également réjouissante.
    Par ailleurs, j’ai été étonné de le découvrir, à son aise, dans un Giallo. La Clinique Sanglante de Fernando Di Leo. Je ne savais pas qu’il avait fréquenté ce registre.

  2. JICOP dit :

    Qui pourrait résister à la divine Ornella éclairée par Henri Decae avec Stan Getz en musique ?
    C’est carré , efficace , et sur le fond ; ç’est toujours d’actualité malheureusement .
    C’est meme radical si l’on accepte une absence totale d’idylle entre Delon et Mutti .
    Les cascades sont un peu décevantes mais on se rattrape avec une brochette d’acteurs et des dialogues aux petits oignons .
    Du temps ou le cinéma traitait de la politique sans faux col , et pas seulement en France .
    Je ne savais pas que Sautet avait travaillé sur ce film . Etonnant .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *