Olivier Père

La Bonne Année de Claude Lelouch

ARTE diffuse La Bonne Année (1973) lundi 2 janvier à 20h50, en version restaurée. Le film idéal pour inaugurer un cycle Claude Lelouch et, accessoirement, bien commencer l’année, en cinéma et en chanson. Quoi qu’on pense de la carrière de son auteur, souvent mal aimé des cinéphiles français, La Bonne Année est un film extraordinaire. Au-delà de sa volonté de confronter un voyou machiste à un personnage de femme libérée, sujet dans l’air du temps au début des années 70, La Bonne Année est l’exemple le plus probant de la virtuosité de Lelouch qui donne ici le meilleur de lui-même. L’alchimie est parfaite. Le cinéaste trouve l’équilibre parfait entre son goût de l’improvisation, un duo d’acteurs irrésistibles (Lino Ventura et Françoise Fabian, photo en tête de texte), un scénario astucieux et une mise en scène réglée au millimètre. C’est un titre à part dans la longue et inégale filmographie du cinéaste, qui possède un pouvoir de séduction exceptionnel et impressionne par son harmonie. On y sent à chaque plan le plaisir de filmer mais aussi une inspiration sans limite, et des idées qui visent juste. La Bonne Année rappelle, avec Le Voyou et La Vie, l’amour, la mort, que Lelouch a utilisé de manière profondément originale le flash-back dans ses films des années 70. La Bonne Année mélange avec beaucoup d’inventivité différentes natures d’images. Ainsi le film débute-t-il de manière ironique par la fin d’Un homme et une femme, projeté devant un public de prisonniers, qui le sifflent. Plus tard, Lelouch insère dans son montage des images mentales qui montrent des versions alternatives de l’action. Le cinéaste joue également sur la confusion entre passé et présent, retours en arrière et bonds en avant grâce à l’utilisation du noir et blanc et de la couleur. La Bonne Année regorge de trouvailles sidérantes, qui montrent un Lelouch maître de sa matière narrative et de son écriture temporelle, capable de faire passer plusieurs années de prison et une tranche d’Histoire de France avec un carton noir et deux ou trois phrases.

Lino Ventura dans La Bonne Année © Studiocanal Foto: ARTE France Honorarfreie Verwendung nur im Zusammenhang mit genannter Sendung und bei folgender Nennung "Bild: Sendeanstalt/Copyright". Andere Verwendungen nur nach vorheriger Absprache: ARTE-Bildredaktion, Silke Wölk Tel.: +33 3 881 422 25, E-Mail: bildredaktion@arte.tv

Lino Ventura dans La Bonne Année de Claude Lelouch
© Studiocanal

Comédie loufoque, romance sociologique, film noir, La Bonne Année est tout ça à la fois. Lelouch réitère son affection pour les voyous, les couples de maîtres et de valets, les rencontres improbables et les histoires d’amour impossible. La Bonne Année réinvente avec jubilation les codes du polar français avec la préparation à la fois minutieuse et rocambolesque du « premier casse psychologique », avec des plans que n’aurait pas renié Jean-Pierre Melville, mais avec beaucoup plus d’humour et d’excentricité. Il n’est pas anodin que La Bonne Année compte parmi les films français préférés de Stanley Kubrick, William Friedkin ou Sydney Pollack. Lelouch y marie l’expérimentation et l’émotion, y raconte une histoire simple avec des personnages attachants mais dont la structure et la chronologie se révèlent ludiques et savantes. La Bonne Année tient une place à part dans la filmographie de Lelouch mais aussi du cinéma français. C’est l’exemple parfait du film d’auteur populaire, un cas d’école dont la réussite tient du miracle et dont la recette n’est pas reproductible.

 

 

 

 

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *