Olivier Père

Le Secret des poignards volants de Zhang Yimou

Dans le cadre de son cycle estival « Voyages en Asie » ARTE diffuse jeudi 16 juillet à 20h50 Le Secret des poignards volants (Shi mian mai fu, 2003) de Zhang Yimou.

Né en 1951 et ayant grandi pendant la révolution culturelle Zhang Yimou est l’un des principaux chefs de file (avec Chen Kaige) de la « cinquième génération » des cinéastes chinois, la première à avoir réussi à atteindre une reconnaissance internationale grâce aux récompenses dans les grands festivals et les nominations aux oscars, malgré les tracasseries de la censure. D’abord critique envers certains aspects de la société et des traditions chinoises, au travers de reconstitutions historiques, le cinéma de Zhang Yimou s’est bientôt orienté vers des films spectaculaires et esthétisants destinés aussi bien au vaste marché chinois qu’au public occidental. Il met pour la première fois en scène un « wu xia pian » (film de cape et d’épée) avec Hero interprété par les plus grandes stars du genre puis Le Secret des poignards volants qui prolonge cette recherche effrénée de la splendeur visuelle et de la séduction, chaque plan atteignant un picturalisme insensé où Zhang Yimou et son directeur de la photographie Zhao Xiaoding osent dorures et monochromes. Parmi les nombreux morceaux de bravoure les combats aériens dans une forêt de bambous renvoient directement à une scène d’anthologie de A Touch of Zen de King Hu (qui ressort cet été en salles), maintes fois reprise ensuite (Tigre et Dragon). Comme souvent sur les tournages de ce type de productions plusieurs équipes se sont réparties les taches. Toutes les extraordinaires chorégraphies et scènes d’action sont signées Ching Siu-Tung, lui-même cinéaste (Histoire de fantômes chinois) et spécialiste aux côtés de Tsui Hark de la vague acrobatique des films en costumes hongkongais apparue dans les années 80.

Zhang Ziyi et Takeshi Takeshiro dans Le Secret des poignards volants

Zhang Ziyi et Takeshi Kaneshiro dans Le Secret des poignards volants

Comme dans le polar Infernal Affairs – également interprété par Andy Lau et réalisé un an plus tôt – le film de Zhang Yimou multiplie les faux semblants et les retournements de situations de manière étourdissante. Tous les personnages mentent et possèdent au moins deux identités. Dans un contexte de guerre des clans au IXème siècle sous la dynastie Tang, Le Secret des poignards volants utilise un récit d’espionnage pour décrire un triangle amoureux et la naissance fulgurante d’une passion entre un homme et une femme en fuite. Le film oppose au mensonge, à la violence et à la corruption la pureté d’une rencontre impossible, atteignant des cimes de lyrisme et de romantisme tragique. Avec Le Secret des poignards volants Zhang Yimou offre une nouvelle fois un sublime écrin à la grâce surhumaine et au talent de son égérie Zhang Ziyi (photo en tête de texte), inoubliable en danseuse rebelle et aveugle.

 

 

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *