Olivier Père

L’Amour à cheval de Pasquale Festa Campanile

Revu récemment L’Amour à cheval (La matriarca, 1968) de Pasquale Festa Campanile grâce au DVD édité il y a quelques mois par SNC dans sa riche collection des « maîtres italiens » et qui couvre aussi la partie la plus intéressante du cinéma commercial transalpin des années 60-70. L’Amour à cheval est l’une des références de la comédie polissonne italienne qui allait triompher sur les écrans pendant la décennie suivante. L’histoire sert de prétexte à dévoiler le plus souvent et le mieux possible la délicieuse Catherine Spaak, mais pas seulement : comme souvent chez Festa Campanile le film est moins misogynie qu’il en a l’air et procède au contraire à une forme d’inversion libératrice entre les sexes. La jeune veuve éplorée devient prédatrice et les mâles italiens ses proies et ses victimes. Le libertinage dans L’Amour à cheval est présenté comme une voie de l’émancipation féminine, décidé, désiré et non pas subi par l’héroïne.

Catherine Spaak dans L'Amour à cheval

Catherine Spaak dans L’Amour à cheval

Spaak y interprète Mimi, une jeune bourgeoise qui découvre à la mort de son mari que ce dernier la trompait et organisait des séances de sadomasochisme dans sa garçonnière. Elle est choquée mais surtout vexée que son défunt mari ait réservé son imagination et son appétit sexuel à ses maîtresses.

Elle se plonge alors dans la lecture de la « Psychopathia Sexualis » et découvre dans la bonne humeur les joies du fétichisme et des déviations sexuelles. Déçue par ses nombreuses expériences érotiques avec les hommes de son entourage, elle est finalement troublée par un médecin qui lui révèle par hasard son fantasme secret : chevaucher son amant (d’où le titre français !)

Il se confirme à chaque redécouverte d’un de ses nombreux films que Festa Campanile (1927-1986) est un cinéaste formidable, qui a dédié une œuvre chamarrée (films historiques, comédies psychologiques ou grosses pantalonnades, satires sophistiquées ou farces triviales) à l’érotomanie, son beau souci. Obsédé sexuel et moraliste ironique, il dresse un portrait amusé des passions humaines, des mœurs du mâle italien et de la femme moderne. L’Amour à cheval est un film élégant qui explore la libido d’une jeune veuve sur le ton de la comédie pop, sexy en diable. Catherine Spaak est un régal pour les yeux, bien entourée de nombreux acteurs, de Paolo Stoppa à Luigi Pistilli, sans oublier Jean-Louis Trintignant dans le rôle de l’amant salvateur qui ramènera la belle jeune femme à la raison – et au mariage. Le DVD français permet d’apprécier dans les compléments des images déshabillées (sans le son) coupées par la censure, plus explicites que celles du montage final.

Affiche italienne de L'Amour à cheval

Affiche italienne de L’Amour à cheval

Catégories : Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *