Olivier Père

Cannes 2013 Jour 12 : Palmarès

Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux dans « La Vie d’Adèle »

La Palme d’Or a été attribuée à La Vie d’Adèle – chapitres 1 et 2 d’Abdellatif Kechiche (photo en tête de texte, en compagnie de ses deux magnifiques actrices Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos), grand favori depuis sa présentation triomphale. Ce n’est que justice, et il faut en remercier le jury, présidé par Steven Spielberg.

« A Touch of Sin » de Jia Zhangke

Le Prix du scénario récompense l’un des plus beaux films de la sélection officielle, A Touch of Sin de Jia Zhangke. Décision un peu étonnante pour un cinéaste qui aurait sans doute mérité davantage le Prix de la mise en scène ou le Grand Prix, mais c’est quand même formidable qu’il figure au palmarès car Jia Zhangke est l’un des plus grands cinéastes en activité.

« Heli » d’Amat Escalante

Le Prix de la mise en scène a été attribué à Heli de Amat Escalante (coproduction ARTE / ZDF), film mexicain controversé qui obtient la même récompense l’année dernière que Post Tenebras Lux de Carlos Reygadas, autre film mexicain controversé. Surprenante coutume. Le film s’était fait remarquer en début de festival par des scènes de violence et de torture paraît-il insoutenables (une marque de fabrique de ce réalisateur) et avait beaucoup divisé la critique et le public. Nous ne l’avons pas vu.

Bruce Dern dans « Nebraska »

Inattendu aussi le Prix d’interprétation masculine à Bruce Dern dans Nebraska d’Alexander Payne (pas vu non plus), alors que beaucoup de gens pariaient sur Michael Douglas et/ou Matt Damon dans Ma vie avec Liberace de Steven Soderbergh.

Mais Bruce Dern (76 ans), père de Laura Dern, l’a sans doute bien mérité. Cette vieille ganache du Nouvel Hollywood a accumulé les rôles secondaires de détraqués, salopards ou losers cabotinant dans des westerns avec John Wayne, des films de motards de Roger Corman, des titres signés Hitchcock, Ashby, Frankenheimer, Walter Hill, Pollack, pas mal de séries Z mais aussi Silent Running de Trumbull ou Folies bourgeoises de Chabrol. Donc il mérite tout notre respect et cette consécration tardive est sympathique.

Nous n’avons vu ni Tel père, tel fils de Hirokazu Kore-Eda (Prix du Jury), ni Inside Llewyn Davis (Grand Prix), ni Le Passé (Prix d’interprétation féminine), ni Ilo Ilo, premier long métrage singapourien d’Anthony Chen qui a gagné la Caméra d’Or (jury présidé par Agnès Varda) et dont nous avons entendu du bien après sa présentation à la Quinzaine des Réalisateurs.

Nous avons déjà signalé hier la victoire de Rithy Panh (Grand Prix Un Certain Regard pour L’Image manquante) et celle d’Alain Guiraudie (Prix de la mise en scène Un Certain Regard pour L’Inconnu du lac.) Et le très beau film de Guiraudie a également remporté la Queer Palm.

Salvo

« Salvo » de Fabio Grassadonia et Antonio Piazza

Le Grand Prix Nespresso et le Prix Révélation France 4 de la Semaine de la Critique ont été attribués à une coproduction ARTE France Cinéma, Salvo, premier long métrage italien coréalisé par Fabio Grassadonia et Antonio Piazza. Un film réussi qui propose un point de vue nouveau et original sur la mafia sicilienne à travers le portrait d’un tueur à gages taiseux, sous influence melvillienne. Nous reviendrons sur Salvo à l’occasion de sa sortie en salles, distribué par Bodega.

Voilà Cannes c’est fini et ce fut une belle édition seulement gâchée par un froid de canard persistant et une relative absence de surprises ou de bouleversements majeurs. Et même pas de polémique ! Mais le niveau général de la sélection officielle était élevé et le jeune cinéma français présenté dans les sections parallèles s’est montré digne de nos attentes. Plus quelques belles rencontres que nous avons été heureux de partager avec vous par l’intermédiaire de ce blog. En épilogue en voici d’autres avec les photos de quelques cinéastes et acteurs passés nous rendre visite sur le bateau d’ARTE.

Jane Campion (Présidente du jury Cinéfondation et court métrage) (© Paul Blind)

 

Golshifteh Farahani (actrice dans « My Sweet Pepper Land d’Hineer Salem) (© Paul Blind)

Remerciements chaleureux à tous ceux qui ont participé à ce blog durant le Festival de Cannes où ont aidé à sa réalisation, avec un enthousiasme et une efficacité remarquables : l’équipe d’ARTE descendue sur la Croisette, l’équipage du bateau, les réalisateurs et les monteurs des sujets filmés. Remerciements particuliers à Cécile Braun et Lila Bérard pour leur soutien logistique, à Barbara Fuchs pour sa vélocité, à Virginie Apiou pour ses conseils avisés et à Paul Blind, notre talentueux photographe.

 

Catégories : Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *