Olivier Père

Les Coquillettes de Sophie Letourneur

Les Coquillettes

Les Coquillettes

En août 2011 une équipe légère a tourné en quelques jours un film de fiction dans les fêtes du Lido, les hôtels et les sites de la ville occupés par le festival del film Locarno. Sa réalisatrice Sophie Letourneur était également à Locarno cette année-là pour l’excellent Marin masqué dans la section « corti d’autore ». Un an plus tard, Les Coquillettes était présenté dans le même festival, hors compétition, avec un curieux effet de miroir.

Sophie Letourneur, dès ses débuts, a développé des méthodes de travail et d’écriture très particulières, avec l’ambition d’enregistrer la matière brute du réel, en s’inspirant de sa vie et de celles de ses copines tout en procédant à un méticuleux travail d’écriture, littéraire et cinématographique.

Sophie Letourneur aime les défis et les expériences de tournage. Elle avait déjà investi une colonie de vacances pour son moyen métrage Roc et Canyon. Le décor d’un festival de cinéma avec ses habitués et ses rituels immuables permet à la réalisatrice observer une petite communauté en vase clos, propice aux rencontres sexuelles et sentimentales et aux déceptions. Trois amies en manque d’aventures débarquent à Locarno. Sophie vient y présenter son film avec l’espoir d’y retrouver Louis Garrel dont elle est tombée amoureuse à Paris. Gags verbaux, quiproquos et surtout spleen, ratages et occasions manquées. C’est de l’humour éthylique et potache, mais aussi dépressif. On pense plus que jamais à une version féminine de Jacques Rozier ou du premier Pascal Thomas.

Les Coquillettes sort demain dans les salles, distribué par Ad Vitam.

 

 

Catégories : Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *