Pesticides : l’hypocrisie européenne

Eldorado pour les agro-industries chimiques, le Brésil est complaisamment alimenté en pesticides par une Europe qui se débarrasse de ses produits interdits. Un cynisme aux conséquences désastreuses pour la santé, épinglé par une enquête accablante.

C’est un paradis à l’atmosphère viciée. Perverti par une législation poreuse à toutes les manipulations et une classe politique corrompue, le Brésil peut être considéré comme le champion mondial... des agrotoxiques. Avec 3 669 pesticides autorisés, le géant d’Amérique du Sud s’affirme comme l’eldorado des multinationales. Son président, Jair Bolsonaro, n’a-t-il pas assuré “Je suis votre employé” aux patrons de l’agroalimentaire, dès son investiture en 2019 ? Conséquence de cette impunité accordée aux industriels, la population est largement contaminée par des cocktails d’herbicides, pesticides ou fongicides, agissant sur la santé comme des bombes à retardement. Chez les enfants, malformations et problèmes de croissance se multiplient, alors que l’eau de consommation de la moitié des villes serait considérée comme non potable en Europe. Notre continent, justement, s'avère le grand bénéficiaire, cynique et sans scrupules, de cette dérégulation : près de 80 000 tonnes de pesticides désormais interdits sur notre sol sont vendues dans le reste du monde, notamment au Brésil, chaque année par des groupes chimiques comme Bayer (qui a absorbé Monsanto en 2018) et BASF en Allemagne, ou Syngenta en Suisse. Ces firmes réalisent ainsi la moitié de leur chiffre d’affaires... 


Ronde infernale
Ce documentaire accablant décrit les ressorts mondialisés d’une ronde aussi infernale que toxique : les pesticides exportés par les entreprises européennes font leur retour sur notre continent dans les oranges, melons, soja ou café brésiliens. Alors qu’au Brésil meurtres d’opposants, juges fourvoyés (certains eux-mêmes grands propriétaires), aveuglement des agriculteurs ou lobbyings surpuissants (même le roi Pelé a été recruté) causent des ravages, l’Europe ferme les yeux et déverse ses stocks d’invendus. Déjouant l’absurde et l’hypocrisie du système ultralibéral, cette enquête sidère par la litanie de scandales qu’elle fait émerger. Elle rend aussi un hommage appuyé à tous ceux qui se battent contre l’écrasement : chercheurs indépendants, lanceurs d’alerte, militants d’ONG, simples citoyens, qui, parfois au péril de leur vie, portent l’espoir d’un pays en grand danger sanitaire.

Réalisation

Stenka Quillet

Pays

  • France

  • Brésil

Année

2022

Vous pourriez aimer aussi

Regarder Les questions qui fâchent La consommation durable : un privilège de riches ? 27 min Voir le programme

Les questions qui fâchent

La consommation durable : un privilège de riches ?

Regarder Les PFAS, poison de notre avenir ? ARTE Info Plus 10 min Voir le programme

Les PFAS, poison de notre avenir ?

ARTE Info Plus

Regarder Argentine : les pionniers de l’après-glyphosate ARTE Reportage 25 min Voir le programme

Argentine : les pionniers de l’après-glyphosate

ARTE Reportage

Regarder ARTE Regards Trop d’animaux ou le syndrome de Noé 31 min Voir le programme

ARTE Regards

Trop d’animaux ou le syndrome de Noé

Regarder ARTE Reportage Sud-Liban / Cisjordanie / Colombie 53 min Voir le programme

ARTE Reportage

Sud-Liban / Cisjordanie / Colombie

Regarder ARTE Regards Suisse : la police à l'école des psys 30 min Voir le programme

ARTE Regards

Suisse : la police à l'école des psys

Les vidéos les plus vues sur ARTE

Regarder L'Inde, première démocratie du monde ? 10 min Voir le programme

L'Inde, première démocratie du monde ?

Regarder Des oeillets pour la révolution 44 min Voir le programme

Des oeillets pour la révolution

Regarder Les chants de la Terre 89 min Voir le programme

Les chants de la Terre

Regarder Portugal - Des oeillets contre la dictature 53 min Voir le programme

Portugal - Des oeillets contre la dictature

Regarder Trois bonnes raisons de voir "Madres paralelas" 2 min Voir le programme

Trois bonnes raisons de voir "Madres paralelas"