Olivier Père

L’Armées des douze singes de Terry Gilliam

Dans le cadre d’une nuit Chris Marker, organisée à l’occasion de la rétrospective et l’exposition (« les 7 vies d’un cinéaste ») qui lui seront consacrées à la Cinémathèque française à partir du 3 mai, ARTE diffuse dimanche 6 mai à 20h55 L’Armée des douze singes (Twelve Monkeys) de Terry Gilliam, réalisé en 1995.

Un homme du futur est envoyé dans le présent pour tâcher de comprendre comment cinq milliards d’humains ont été tués par un virus d’origine inconnue. L’Armée des douze singes combine de manière originale deux thèmes majeurs de la science-fiction : les voyages dans le temps et les visions post-apocalyptiques, mêlés à une fugace rencontre amoureuse.

L’Armée des douze singes convoque plusieurs souvenirs de spectateurs. Son existence même est intimement liée au souvenir d’un film en particulier. Le film est né du désir du producteur Robert Kosberg (qui débuta sa carrière avec Commando de Mark L. Lester) d’adapter à Hollywood le génial court métrage La Jetée, réalisé en 1962 par Chris Marker. David Webb Peoples (Blade Runner, Impitoyable) est l’auteur du scénario original, qui développe l’histoire de La Jetée en respectant son idée centrale : une scène décisive vue par un homme à deux âges de sa vie, de deux points de vue différents. Un paradoxe temporel permettra en effet au personnage principal des deux films d’assister enfant à sa propre mort, sans le savoir mais en demeurant hanté par ce souvenir fugace.

Terry Gilliam n’avait pas vu le film original de Marker avant le tournage. Le réalisateur de Brazil apporte au projet son univers visuel foisonnant et parfois surchargé sans pour autant dénaturer la force et l’originalité du scénario. L’Armée des douze singes s’enrichit au contraire de nouvelles strates de références cinéphiles. Les douze singes du titre renvoient au Magicien d’Oz, et Gilliam cite un autre chef-d’œuvre de l’histoire du cinéma sur le thème du « déjà vu », Vertigo d’Alfred Hitchcock – qui était le film préféré de Chris Marker.

L’Armée des douze singes permet d’apprécier Bruce Willis et Brad Pitt dans des registres inhabituels. Le premier y apparait plus vulnérable que dans les films d’action qui ont fait sa gloire tandis que le second bouscule son image de beau gosse dans le rôle d’un activiste psychotique. Le film offre aussi à la belle Madeleine Stowe, en psychiatre prise en otage par le voyageur du futur, l’un de ses meilleurs rôles.

La Jetée de Chris Marker sera diffusé sur ARTE tout de suite après L’Armée des douze singes. Nous y reviendrons.

Bruce Willis dans L'Armée des douze singes de Terry Gilliam

Bruce Willis dans L’Armée des douze singes de Terry Gilliam

 

 

 

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.