Olivier Père

Convoi de femmes de William A. Wellman

ARTE diffuse dimanche 1er avril à 22h55 Convoi de femmes (Westward the Women, 1951) de William A. Wellman.

Convoi de femmes est un chef-d’œuvre atypique du western au sujet puissant et original, qui compte parmi les meilleurs films de William A. Wellman, un aventurier du cinéma américain. Convoi de femmes retrace le voyage long et dangereux de 150 pionnières issus d’horizons divers et parties de Chicago pour épouser les cow-boys d’une petite ville de Californie.

Convoi de femmes frappe par son réalisme. Wellman fait le choix du noir et blanc, des décors naturels et d’une véracité presque documentaire qui va à l’encontre des standards hollywoodiens. Sans musique ni inflation spectaculaire, le réalisateur parvient à nous bouleverser en racontant l’odyssée collective de ces héroïnes anonymes. Wellman étouffe la moindre tentation de lyrisme et signe une œuvre âpre, à la splendeur austère, qui n’a rien à envier à Ford sur le plan formel mais évite tout sentimentalisme. Les événements les plus tragiques ou violents (un viol, la mort accidentelle d’un enfant) surviennent hors-champs tandis que les séquences spectaculaires (pluies diluviennes, destructions de chariots) sont enregistrées sans emphase, ce qui le rend encore plus impressionnantes. Wellman se permet même de ne pas filmer le clou du film, longtemps retardé (l’attaque des Indiens) en choisissant de n’en montrer que les conséquences : la longue litanie des noms des victimes accompagnée d’un plan sur leurs corps inertes.

Le film de Wellman donne la vedette aux femmes, souvent absentes des westerns. Il rappelle l’importance de celles qui participèrent à la conquête de l’ouest en affrontant les mêmes périls que les hommes : accidents, maladies, intempéries et attaques d’indiens. Les préjugés machistes du chef du convoi, interprété par Robert Taylor, fondront l’un après l’autre devant le courage et l’endurance de ces femmes exceptionnelles.

Convoi de femmes de William A. Wellman

Convoi de femmes de William A. Wellman

 

 

Catégories : Sur ARTE

3 commentaires

  1. MB dit :

    Chef d’oeuvre en effet et je suis toujours ému par l’arrivée des femmes au camp lorsqu’elles refusent d’aller plus loin pour rencontrer les hommes, avant de s’être dûment maquillées et apprêtées avec les moyens du bord! Le machisme de Taylor est remis en question mais il fouette et poursuit à cheval la sublime Denise Darcel, la rattrape, elle lui sourit et ils s’embrassent! (dans des paysages escarpés magnifiques).

    • olivierpere dit :

      Le film regorge de scènes inoubliables, et celle que vous citez est l’une des plus fameuses. Il est vrai que le personnage de Taylor est un gros macho mais le film montre surtout le puissant et immédiat désir d’une femme pour un homme. Elle fait tout pour obtenir de lui ce qu’elle veut, et arrive à ses fins.

      • MB dit :

        Exact. Et Darcel est inoubliable (cf VERA CRUZ), elle fait partie de celles immédiatement érotiques sans dévoiler plus de peau que la décence n’autorise! Un mystère… Un mystère aussi, le tournant loupé de sa carrière ensuite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *