Olivier Père

Fatima de Philippe Faucon

ARTE diffuse mercredi 28 février à 20h55 Fatima, réalisé en 2015 par Philippe Faucon, et plus grand succès du cinéaste français. Le film sera également disponible en télévision de rattrapage pendant sept jours sur le site d’ARTE.

« Fatima est femme de ménage dans un quartier de Lyon. Elle est séparée de son mari et habite seule avec leurs deux filles, âgées de 15 et 18 ans. Elle maîtrise mal le français, qu’elle continue d’apprendre aux cours d’alphabétisation, entre ses journées de travail. Elle vit avec frustration cette séparation par la langue avec ses filles, nées en France.

Fatima est également habitée par la crainte que ses filles ne puissent connaître autre chose que le parcours de relégation sociale qui a été le sien… »

Trois femmes d’origine maghrébine de la même famille, avec un rapport différent à la France, sa langue et sa société. Au courage de la mère, prête à travailler jusqu’à l’épuisement pour garantir un avenir à ses filles, répondent deux types de réactions, deux formes de rage de la part de ces dernières : saisir la chance qu’offre le système éducatif républicain pour s’élever dans la société et échapper à la discrimination (y compris celle de sa propre communauté qui a des idées bien arrêtées sur le rôle et la place des femmes), où laisser sa mauvaise humeur saborder tout espoir de réussite. Nasserine l’aînée bosse comme une folle pour réussir des examens en fac de médecine tandis que Souad, révoltée et défaitiste, n’en fout pas une au lycée. Deux visages d’une jeunesse d’aujourd’hui, sous le regard d’une mère qui n’est qu’amour et dévotion.

De films en films, réalisés pour le cinéma ou la télévision, Philippe Faucon construit une œuvre trop discrète mais remarquable dont l’honnêteté et l’intelligence finiront par s’imposer dans le paysage du cinéma français contemporain. La plupart de ses films s’intéressent à l’immigration maghrébine dans notre pays, souvent au travers de portraits féminins, avec quelques entorses à la règle. La Trahison (2004) est l’un des rares films récents à parler – bien – de la Guerre d’Algérie tandis que La Désintégration (2011) étudiait avec lucidité le phénomène de l’endoctrinement islamiste dans les cités. A chaque fois Faucon prend soin de ne pas se répéter, d’éviter les lieux communs et les généralités. Fatima ne parvient pas à s’exprimer correctement en français, en éprouve un sentiment de honte et d’infériorité. Le soir elle tient un journal intime écrit en arable où éclatent toute sa sensibilité et la finesse de sa compréhension des choses.

Fatima est une nouvelle et éclatante réussite qui dispense des petits miracles de vérité grâce à une mise en scène et une écriture qui savent allier réalisme et stylisation. La mise en scène de Faucon se construit autour des ses personnages féminins, leur façon de parler et de se comporter dans la vie. Faucon dirige au mieux des comédiennes non professionnelles placées dans des situations à la fois ordinaires et primordiales. Le film conte une histoire simple et très émouvante qui pose les questions de la transmission et des origines (savoir d’où on vient) et de la possibilité de s’extraire d’une sorte de déterminisme communautaire et socioculturel (savoir où on veut aller) grâce au système républicain de l’éducation nationale. Le cinéaste parvient à transcender les qualités sociologiques de son film en procédant par de subtils effets de distanciation et d’humour qui mènent à la grâce. Cinéaste humaniste mais sans illusions, sensuel mais sans insistance, Philippe Faucon est peut-être le plus crédible héritier de Maurice Pialat, en plus doux, et de Jean Renoir, en plus inquiet (époque oblige).

La série Fiertés, réalisée par Philippe Faucon pour ARTE, sera prochainement diffusée sur notre chaîne. Philippe Faucon termine aussi le montage de son nouveau long métrage Amin, coproduit par ARTE France Cinéma.

Zita Hanriot dans Fatima de Philippe Faucon

Zita Hanrot dans Fatima de Philippe Faucon

Catégories : Coproductions · Sur ARTE

Comments