Olivier Père

Tabou de Miguel Gomes

Dans le cadre de son Festival du Cinéma ARTE diffuse le mercredi 19 novembre à 22h30 Tabou (Tabu) de Miguel Gomes, coproduction franco-germano-portugaise accompagnée par ZDF / ARTE et qui fut l’un des plus beaux films de l’année 2012, sinon le plus beau.

Tabou est ce que les anglo-saxons appellent un classique instantané (un classique à la fois moderne et primitif, évidemment) et apporte une preuve éclatante que Miguel Gomes, après La gueule que tu mérites et Ce cher mois d’août, est l’un des meilleurs cinéastes contemporains (Gomes travaille actuellement au montage de son prochain film, Les 1001 Nuits.)

Ana Moreira dans Tabou

Ana Moreira dans Tabou

De quoi parle Tabou ? De la vie d’une femme, tout simplement, racontée sur un mode totalement nouveau qui convoque à la fois la poésie, la littérature et le cinéma muet. Malgré son titre murnaldien (le film devait à l’origine s’intituler « Aurora », du nom de son héroïne, mais le cinéaste roumain Christi Puiu a eu la même idée et a tourné son film, également diffusé lors de notre Festival, avant lui), Tabou n’est pas un film de références cinéphiliques, un pastiche ou un hommage, mais plutôt un film qui retrouve les origines du cinéma, les émotions et les surprises que pouvaient procurer aux premiers spectateurs les images projetées sur un écran blanc. Un film élémentaire, tourné en noir et blanc, en 35 et en 16mm, qui nettoie les yeux. Là où Tabou est frère des films de Murnau, mais aussi de Mizoguchi ou de Renoir (autant dire les plus grands) mais aussi du cinéma américain classique (période muette et début du parlant, Borzage, Walsh, DeMille), c’est dans la façon où il accède à une forme de pureté absolue dans le brassage d’une matière, artistique et vivante, très hétérogène, faite de ruptures de ton et de mélange de genre. C’était déjà le cas de La Gueule que tu mérites (film coupé en deux) et Ce cher mois d’août (film monde entre fiction, essai et documentaire). Dans Tabou, le monde devient cosmos, et c’est l’espace et le temps qui se mêlent pour une sublime histoire d’amour impossible qui avance longtemps cachée – le film est absolument imprévisible, délivrant merveilles après merveilles – avant de s’épanouir dans la dernière partie du film. Tout est dans Tabou. Passé et présent, Portugal et Afrique, slapstick et mélodrame, vie et mort, hommes et animaux, serviteurs et maîtres, silences et chansons sont les ingrédients d’un poème d’images et de sons qui ressuscite avec beaucoup de mélancolie un monde éteint, un âge d’or, un paradis perdu, qui fait rire et pleurer à cause de ses péripéties mais aussi parce qu’on a le sentiment pendant la projection d’assister à un miracle égaré dans une époque qui ne le mérite pas. Rares sont les films qui donnent l’impression de réinventer le cinéma, de nous offrir une expérience inoubliable, où tout est grâce. Tabou est de ces films.

 

Tabou est disponible en Replay sur ARTE+7, comme tous les films du Festival du Cinéma d’ARTE.

 

Catégories : Coproductions · Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *