Olivier Père

ARTE coproduit les prochains documentaires de Alexandre Sokourov et de Julie Bertuccelli

ARTE France Cinéma et ARTE France (l’Unité de Programmes Société et Culture dirigée par Martine Saada) participent à la production de trois longs métrages documentaires de cinéma par an en moyenne.

La semaine dernière nous avons choisi de soutenir les deux projets suivants : FRANCOØONIA, le Louvre sous l’occupation d’Alexandre Sokourov et La Cour de Babel de Julie Bertuccelli.

FRANCOØONIA, le Louvre sous l’occupation (Idéale Audience, Zero One Film, en coproduction avec le Musée du Louvre) sera une coproduction entre la France, L’Allemagne et la Russie.

Avec ce nouvel essai documentaire Alexandre Sokourov (né en 1951 à Podorvikha, photo en tête de texte sur le tournage de Faust en 2011) poursuit sa réflexion élégiaque sur l’importance du patrimoine culturel européen et sa conservation, à travers les siècles, les œuvres et les idéologies. Sokourov est l’un des derniers grands maîtres du cinéma mondial, dont les créations semblent flotter dans les limbes et dialoguent avec la poésie et la peinture, au-dessus ou au-delà du cinéma contemporain. Le cinéaste avait déjà consacré un film magnifique au rôle de l’art dans l’Histoire, L’Arche russe, fascinant voyage dans le temps tourné en un unique et virtuose plan séquence de près de cent minutes dans les salles du musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, en 2002.

Le projet est passionnant, à l’image de la note d’intention d’Alexandre Sokourov dont nous vous proposons un extrait :

« Voilà qu’un siècle encore a passé…  Heure après heure – jour après jour… Et dans cet inéluctable mouvement du temps, une vie humaine et ce que, dans son insignifiance, l’homme crée dérivent comme un grain de sable. En proie au doute, en lutte contre ses semblables, contre les dieux, contre les éléments. Et l’on se demande pourquoi l’homme se bat, à quelles fins il souffre dans cette vie si brève – et crée ce qui est beau et ce qui est effroyable…

Et voilà qu’une nouvelle éclipse a recouvert l’Ancien Monde. De lourdes armées foulent le cœur de la civilisation et de nouveaux canons frappent les villes. Et dans le massacre et les ruines, le beau, le magnifique, le sacré, créé au cours de millions de minutes et d’heures de labeur obstiné, –  murs, tableaux, sculptures, lieux de culte, ateliers, bibliothèques – est anéanti … »

 « FRANCOØONIA, le Louvre sous l’occupation, à travers l’histoire de Jacques Jaujard (directeur des Musées Nationaux durant la Seconde Guerre mondiale) et le comte Franz Wolff-Metternich (responsable de 1940 à 1942 du « Kunstschutz », soit la préservation du patrimoine artistique), deux hommes remarquables, ennemis puis collaborateurs, mais dont la « collaboration » sera au cœur de la préservation des trésors du Musée et de quelques unes des nombreuses œuvres spoliées aux Juifs, explore les rapports de l’art et du pouvoir, du musée comme lieu vivant de civilisation, de ce que l’art nous dit de nous mêmes au cœur de l’un des conflits les plus meurtriers qu’ait connu le monde », renchérissent ses producteurs.

La Cour de Babel (produit par Les Films du Poisson) est le nouveau film très réussi de la cinéaste Julie Bertuccelli, remarquée pour ses deux longs métrages de fiction Depuis qu’Otar est parti… (2003) et L’Arbre (2010), également coproduits par ARTE, mais aussi plusieurs documentaires dont un consacré à Otar Iosseliani dont elle fut l’assistante (Otar Iosseliani, le merle siffleur en 2006.)

Ils viennent d’arriver en France. Ils sont Irlandais, Serbes, Brésiliens, Tunisiens, Chinois ou Sénégalais… Pendant un an, Julie Bertuccelli a filmé les échanges, les conflits et les joies de ce groupe de collégiens âgés de onze à quinze ans, réunis dans une même « classe d’accueil » pour apprendre le français. Dans ce petit théâtre du monde s’expriment la force et les contradictions de ces adolescents qui, animés par le même désir de changer de vie, remettent en cause beaucoup d’idées reçues sur l’école, la jeunesse, l’intégration et nous font croire en un avenir meilleur…

Ce film extrêmement émouvant et juste, actuellement en postproduction, devrait sortir à la rentrée. Il sera distribué par Pyramide.

Julie Bertuccelli sur le tournage de L'Arbre

Julie Bertuccelli sur le tournage de L’Arbre

 

Catégories : Actualités · Coproductions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *