Olivier Père

Tabou de Miguel Gomes

Tabù de Miguel Gomes

Tabou de Miguel Gomes

Le premier – et sans doute le plus beau – chef-d’œuvre de l’année 2012, Tabou de Miguel Gomes a été révélé lors du Festival de Berlin, où il a été scandaleusement – mais c’était hélas prévisible – oublié au palmarès. Qu’importe. Tabou est ce que les anglo-saxons appellent un classique instantané, et apporte une preuve éclatante que Miguel Gomes, après La gueule que tu mérites et Ce cher mois d’août, est l’un des meilleurs cinéastes contemporains.

Le cinéaste Miguel Gomes, "crocodile dandy"

Le cinéaste Miguel Gomes, “crocodile dandy”

De quoi parle Tabou ? De la vie d’une femme, tout simplement, racontée sur un mode totalement nouveau qui convoque à la fois la poésie, la littérature et le cinéma muet. Malgré son titre murnaldien (le film aurait dû à l’origine s’intituler « Aurora », du nom de son héroïne), Tabou n’est pas un film de références cinéphiliques, un pastiche ou un hommage, mais plutôt un film qui retrouve les origines du cinéma, les émotions et les surprises que pouvaient procurer aux premiers spectateurs les images projetées sur un écran blanc. Un film élémentaire, qui nettoie les yeux. Là où Tabou est frère des films de Murnau, mais aussi de Mizoguchi ou de Renoir (autant dire les plus grands), c’est dans la façon où il accède à une forme de pureté absolue dans le brassage d’une matière, artistique et vivante, très hétérogène, faite de ruptures de ton et de mélange de genre. C’était déjà le cas de La Gueule que tu mérites (film coupé en deux) et Ce cher mois d’août (film monde entre fiction, essai et documentaire). Dans Tabou, le monde devient cosmos, et c’est l’espace et le temps qui se mêlent pour une sublime histoire d’amour impossible qui avance longtemps cachée – le film est absolument imprévisible, délivrant merveilles après merveilles – avant de s’épanouir dans la dernière partie du film. Passé et présent, Portugal et Afrique, slapstick et mélodrame, vie et mort, hommes et animaux, serviteurs et maîtres, silences et chansons sont les ingrédients d’un poème d’images et de sons qui ressuscite avec beaucoup de mélancolie un monde éteint, un âge d’or, un paradis perdu, qui fait rire et pleurer à cause de ses péripéties mais aussi parce qu’on a le sentiment pendant la projection d’assister à un miracle égaré dans une époque qui ne le mérite pas. Ils sont rares les films qui donnent l’impression de réinventer le cinéma, de nous offrir une expérience inoubliable, où tout est grâce. Tabou est de ces films.

Tabù de Miguel Gomes

Tabou de Miguel Gomes

Sortie prévue en décembre en France, on aura l’occasion d’en parler encore, et de le revoir.

Catégories : Actualités

9 commentaires

  1. Rémi dit :

    Ca donne très très très envie de le voir. Merci.

  2. Sylvie dit :

    Je viens de le voir aujourd’hui à Lisbonne et partage votre enthousisasme. Merci.

  3. Laurent dit :

    Vu @pariscinema. C’est vraiment magnifique. D’accord en tout point avec votre critique. Un poème sur la mémoire et le temps. Je me pencherai sur les autres films de Miguel Gomes.

    • Olivier Père dit :

      Le nombre des admirateurs de Tabu ne cesse d’augmenter à chaque nouvelle projection, en attendant sa sortie française en décembre. Déjà l’un des plus beaux films de l’année. Ce cher mois d’août est aussi un chef-d’oeuvre.

      • fredastair dit :

        Comme Laurent, je viens grossir le rang des admirateurs en confirmant que le film de Gomes est un pur chef-d’oeuvre, et que les notions que vous brassez dans votre critique (notamment celle de “pureté” dans une époque qui ne “le mériterait pas”) sont tout à fait justes pour le décrire. Sans aucun doute l’un des deux ou trois plus belles oeuvres cinématographiques qu’on retiendra cette année, à l’heure des bilans.

  4. Cousumain dit :

    Bonjour à tous,
    Dans le cadre de la Journée du Prix Lux, organisée par le Parlement Européen, projection exceptionnelle avant sortie nationale, du film “TABU” de Miguel Gomes.
    Date: jeudi 8 novembre à 20H45
    Lieu: Cinéma l’Arlequin (76, rue de Rennes 75006 PARIS)
    Réservations par mail: prixlux@cousumain.net
    Informations: http://www.cousumain.net et http://www.luxprize.eu

    • Olivier Père dit :

      J’en profite pour signaler que Tabou de Miguel Gomes sera également projeté en avant-première dans la cadre de la 2ème édition du cinéma d’Arte, le samedi 10 novembre à 14h, au nouveau cinéma Etoile Lilas, Place du Marquis de Vercors, 75020 Paris métro Porte des Lilas. venez nombreux. J’aurai le plaisir de présenter le film.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *