Europe et hop - le JT européen08/05/2019

3 min
Disponible du 08/05/2019 au 10/05/2039
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE
Après cinq ans à la tête de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker fait le bilan de son mandat. En Irlande du Nord, après plus de deux ans sans gouvernement, les négociations ont repris. Et on fait le compte des listes électorales en France et en Allemagne. 
"Ok, bye bye"

Ce sont les derniers mots prononcés par Jean-Claude Juncker, lors de sa conférence de presse mardi. Le président de la Commission européenne depuis 2014 disait au revoir aux journalistes, mais aussi au revoir à son mandat. À deux jours du sommet informel des 27 à Sibiu, en Roumanie, il a tiré son propre bilan. Et comme tout le monde, il a fait sa colonne des plus et sa colonne des moins. 

Côté positif, il cite la relance des investissements grâce au bien nommé "plan Juncker", la baisse du chômage ou encore le maintien de la Grèce dans la zone euro... 

Côté négatif, il reconnaît deux erreurs : ne pas avoir pris part à la campagne du Brexit, comme le lui avait demandé le Premier ministre britannique d’alors, David Cameron. Et avoir trop longtemps gardé le silence sur le scandale LuxLeaks  - qui le concernait d’autant plus que, dans une vie antérieure, il a été Premier ministre du Luxembourg.  

Bon, il y a aussi la montée des nationalismes, le sort des réfugiés… Son successeur va avoir du pain sur la planche… 

Négociations

En Irlande du Nord, les négociations ont repris hier pour former un gouvernement local… Il était temps ! Car cette province du Royaume-Uni n’a plus de dirigeant depuis plus de deux ans ! Le record des Belges est battu ! 

Pour tout comprendre, il nous faut un petit flash-back. Depuis 1998 et les accords du Vendredi saint, le pouvoir est partagé entre deux acteurs. D’un côté, les républicains, partisans de l’unification de l’Irlande, comme le Sinn Fein. De l’autre côté, les unionistes, qui veulent rester avec le Royaume-Uni, c’est le cas du DUP. Mais depuis le 10 janvier 2017, rien ne va plus. 
La Première pinistre Arlene Foster, membre du DUP, est alors empêtrée dans un scandale de subventions aux énergies renouvelables et le vice Premier ministre du Sinn Fein démissionne. Depuis, c’est la crise, les deux partis ne se parlent plus… Et avec le Brexit, c’est encore moins simple. 

Il aura fallu un drame pour renouer le dialogue : la mort de la jeune journaliste Lyra McKee, tuée pendant des affrontements entre un groupe républicain dissident et la police… La paix est toujours bien fragile du côté de Belfast…

Dites 33 ! 

Avez-vous remarqué les panneaux électoraux qui commencent à fleurir près des bureaux de vote ? Et les avez-vous comptés ? 

En France, on a tendance à exploser les scores en matière de listes électorales pour les européennes. Et cette année, nouveau record : 33 listes ! 
Mais, mais il y a mieux - ou pire, ça dépend ! En Allemagne il y a… 41 listes ! Il y a une raison à cela. L’Allemagne n’a pas de seuil minimal pour faire élire un député européen. Ce qui veut dire que même avec moins de 1% des voix, une liste peut espérer envoyer un élu à Strasbourg ! 

En France, c’est différent, il faut atteindre au moins 5% des suffrages. Avec tous ces candidats, vous allez bien réussir à trouver votre bonheur ?

  • Journaliste :
    • Anja Maiwald
    • Anne-Lyse Thomine
  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2019