Olivier Père

Une nouvelle amie de François Ozon

Dans le cadre de son cycle François Ozon, ARTE diffuse Une nouvelle amie (2013) lundi 9 septembre à 20h50, suivi du temps qui reste (2004) à 22h40.

Pour son quinzième long métrage en seize ans, Ozon adapte le roman de Ruth Rendell « Une amie qui vous veut du bien », publié en 1985. Avant Ozon, Pedro Almodóvar et Claude Chabrol ont porté à l’écran l’univers de l’écrivaine anglaise. A la croisée du goût de la transgression et du mélodrame d’Almodóvar, de la perversité et des faux-semblants de Chabrol, Ozon poursuit sa comédie humaine miniature, son petit théâtre de la cruauté. Le cinéaste s’amuse aussi à traiter une nouvelle fois de l’homosexualité de manière biaisée. Le cross-dressing désigne une pratique bien particulière, où des hommes prennent du plaisir à s’habiller en femme. Sans être homosexuels, ils considèrent la femme comme un absolu esthétique. C’est le cas de David (Romain Duris), jeune veuf qui revêt les robes de sa défunte épouse, dans un double geste d’amour inconditionnel et d’accomplissement de soi. L’histoire de secret et de complicité entre un homme travesti occasionnel et sa confidente (Anaïs Demoustier) que raconte Ozon l’invite à dépasser l’approche sociologique. Le cross-dressing lui permet de revisiter un film matriciel, Vertigo d’Alfred Hitchcock, dans lequel une femme endosse, sous l’autorité successive de deux hommes, l’identité d’une autre femme. Avec l’ironie et la malice qui le caractérisent, Ozon réunit dans une même enveloppe physique, banale et quotidienne à souhait, Scottie, Madeleine et Judy, soit le démiurge et sa création, la masculinité et la féminité, le metteur en scène et l’actrice, le souvenir d’une femme morte et le fantasme de la ressusciter. Être l’auteur de sa propre vie, de son apparence et de son corps, s’inventer une identité qui transcende les clivages et les interdits, telles sont les idées que véhicule le film, qui se conclut sur un clin d’œil à un houleux débat de société et une loi controversée de 2013, le mariage et l’adoption pour les couples du même sexe.  

Romain Duris et Anaïs Demoustier dans Une nouvelle amie de François Ozon

 

 

 

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *