Olivier Père

Symbol de Hitoshi Matsumoto

En 2009, le comique japonais hors case Hitoshi Matsumoto signe son deuxième long métrage : Symbol (Shinboru). Après Big Man Japan, il invente une forme de film concept encore plus radicale, qui emprunte une nouvelle fois aux jeux vidéo et à l’art surréaliste (narration qui avance par paliers successifs, imaginaire poétique foisonnant). Toujours aussi perché, Symbol se partage entre une histoire de catcheur mexicain dans la mouise – totalement inattendue dans une production nippone – et une sorte d’installation gag audiovisuelle à la Jean-Christophe Averty. Dans cette seconde entrée du film, Matsumoto en personne est la victime d’un dispositif piège. Il incarne un personnage ridicule et anonyme, vêtu d’un pyjama à pois et prisonnier d’une chambre blanche aux murs tapissés d’interrupteurs en forme de petits sexes d’anges. Chaque pression sur un « interrupteur » va déclencher un gag, une apparition, un danger, une histoire devant un Matsumoto à la fois spectateur et acteur de son propre film, passant d’une chambre à une autre dans l’espoir de trouver la porte de sortie. Au-delà de l’imprévisible, le film se conclut sur une image métaphysique, avec un écho à l’apocalypse, obsession du cinéaste. Il faut préciser que si Matsumoto arbore une coupe au bol à la Mireille Mathieu dans Symbol, c’est parce qu’il s’est fait la tête du chef d’une secte religieuse japonaise ayant défrayé la chronique à cause d’attentats criminels. Tandis que Big Man Japan faisait l’apologie d’un cinéma impur, perméable à toutes les intrusions esthétiques et narratives, Symbol est un exemple rare de cinéma pur et de comédie expérimentale, qui relie les audaces du cinéma burlesque muet et de l’art contemporain.

 

Comme Big Man Japan, Symbol est disponible gratuitement sur ARTE.tv et la chaîne Youtube d’ARTE du 7 juillet au 30 septembre 2019, dans le cadre de notre été asiatique sur le web et à l’antenne.

Hitoshi Matsumoto en pyjama dans Symbol

Hitoshi Matsumoto en pyjama dans son film Symbol

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *