Olivier Père

Cul-de-sac de Roman Polanski

ARTE diffuse Cul-de-sac de Roman Polanski lundi 15 juillet à 23h40. Le film sera également disponible gratuitement en télévision de rattrapage sur ARTE.tv jusqu’au 13 août.

Deux gangsters maladroits tombent en panne de voiture sur une presqu’île. A la marée montante, ils se réfugient dans un château isolé du reste du monde où vivent un homme riche et sa jeune et séduisante épouse. Réalisé en 1966, Cul-de-sac est le deuxième film britannique de Roman Polanski. Cette période anglaise marque le début du succès et de la reconnaissance critique pour le cinéaste polonais. Une nouvelle fois, Polanski privilégie les ambiances confinées et l’humour noir, en se concentrant sur un lieu unique et un petit groupe de personnages, avec la complicité de son scénariste attitré, le Français Gérard Brach. Cul-de-sac est un huis-clos sexuel, criminel et tragicomique, centré sur les relations perverses qui s’installent entre un intrus en cavale et un couple étrange, déjà lié par un pacte sadomasochiste. La scène où la belle Françoise Dorléac s’amuse à travestir son mari Donald Pleasence est représentative du film, qui montre la conjugalité comme une mascarade cruelle. Très inspiré par la folie, la faiblesse et la férocité humaines, Polanski ne cache pas sa dette envers les maîtres du film noir et Orson Welles, mais c’est surtout l’influence du théâtre de l’absurde et de Samuel Beckett qui se fait ressentir dans Cul-de-sac. Le cinéaste transcende un budget modeste et démontre son incroyable habileté à raconter des histoires avec les moyens spécifiques du cinéma. Le film consacre Polanski comme le nouvel enfant terrible du cinéma européen des années 60. Sa maîtrise du langage cinématographique, son inspiration visuelle et sa direction d’acteurs sont impressionnantes, tandis que son regard sur l’humanité accuse déjà une distance amusée.

Françoise Dorléac et Donald Pleasence dans Cul-de-sac de Roman Polanski

 

 

Catégories : Sur ARTE

Un commentaire

  1. Franck Bouvat dit :

    Magnifique ! Pour moi, son film le plus fou, le plus drôle, le plus fascinant ! (Dans son « Roman par Polanski », il dit d’ailleurs que c’est son film préféré, le seul ou il ait eu une liberté totale)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *