Olivier Père

ARTE France Cinéma coproduit les prochains films de Bertrand Bonello et Lav Diaz et les premiers longs métrages de Chen Bo Yilin et Vincent Le Port

Le comité de sélection d’ARTE France Cinéma, qui s’est réuni le 13 septembre, s’est engagé sur quatre nouveaux longs métrages, dont deux premiers films.

 

Money Boys de Chen Bo Yilin
Zorba Production (France), KGP (Autriche)

Premier film.

A travers l’expérience de Fei, jeune villageois qui se prostitue pour subvenir aux besoins de sa famille, Money Boys aborde le tabou de l’homosexualité masculine dans la société chinoise, tiraillée entre les valeurs rurales traditionnelles et celles du capitalisme galopant.  Réalisateur chinois immigré en Autriche en 1994, Chen Bo Yilin a été formé à l’Académie du film de Vienne sous la direction de Michael Haneke. Money Boys est son premier long métrage. Tournage prévu en Chine en décembre 2018 et janvier 2019.

Chen Bo Yillin © Chen Bo Yilin

Chen Bo Yilin © Chen Bo Yilin

 

Bruno Reidal de Vincent Le Port

Capricci Films, Stank (France)

Premier film.

En 1905, dans une forêt du Cantal, Bruno Reidal, jeune paysan séminariste de 17 ans, décapite un enfant de 12 ans. Afin de mieux comprendre son geste et sa personnalité, le médecin criminologue qui le suit, lui demande d’écrire ses mémoires. Vincent Le Port a puisé dans cette matière biographique pour reconstituer le cheminement de Bruno Reidal. Comme dans son précédent court métrage Le Gouffre (Prix Jean Vigo 2016), la quête du « Monstre » se mêle à la recherche d’une vérité qui ne se dévoile jamais totalement. Tournage prévu dans l’Aveyron et en Corrèze, été et l’hiver 2019.

Vincent le Port © DR

Vincent Le Port © DR

 

Zombi Child de Bertrand Bonello

My New Picture, Les Films du Bal (France)

A la frontière de l’ethnologie et du fantastique, Bertrand Bonello retrace le destin du Haïtien Clairvius Narcisse, victime d’un sortilège vaudou, qui l’a transformé en zombi. Entremêlant les récits et les époques entre Haïti en 1962 et Paris aujourd’hui, entre Narcisse, une jeune haïtienne de 15 ans et sa tante, prêtresse vaudou, Bonello redonne au zombi haïtien son histoire et sa dimension politique.  

Tournage prévu en France fin 2018 et en Haïti été 2019.

Bertrand Bonello © Carole Bethuel

Bertrand Bonello © Carole Bethuel

2019 (titre provisoire) de Lav Diaz

ARP (France), Sine olivia pilipinas (Philippines)

Lav Diaz (photo en tête de texte © Bradley Liew), l’un des grands auteurs du cinéma contemporain, a été primé dans de nombreux festivals internationaux pour son cinéma radical et engagé. Il a déjà réalisé près de 30 films depuis 1998, documentaires, courts ou (très) longs métrages de fiction. Mais c’est seulement depuis 2015 et Norte, la fin de l’histoire (présenté au Festival de Cannes en 2013) que certains de ses films ont connu une distribution commerciale en France. Le dernier en date, La Saison du diable, est sorti cet été. Avec ce nouveau projet Lav Diaz signe un thriller politique d’anticipation, dont le scénario a été écrit il y a près de 20 ans. « J’ai ressenti une urgence, et objectivement, avec la distance du temps, il me semble qu’on y trouve une sorte de prémonition, d’immédiateté, puisqu’il prévoit l’ascension d’un nouveau despote philippin ». (Lav Diaz)

Tournage prévu à Taiwan et au Vietnam de fin septembre à fin octobre 2018.

Catégories : Actualités · Coproductions

Un commentaire

  1. ballantrae dit :

    Des projets excitants surtout le Bonello pour ma part car je n’ai vu que deux films de Lav Diaz pour l’instant ( Norte et La saison du diable): retour aux sources du vaudou par un tel cinéaste ne peut que frapper l’esprit après les allusions fines au Zombie de Romero dans son dernier film.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *