Olivier Père

Night Tide de Curtis Harrington

Le site byNWR.com est en ligne depuis le mois de juillet, et propose toutes les deux semaines des films gratuits accompagnés de textes critiques. On doit cette initiative à Nicolas Winding Refn, qui a eu envie de partager des films rares et étranges, souvent issus de sa collection personnelle. On connait le goût de Refn pour le cinéma d’exploitation, ses fixations fétichistes sur des titres obscurs de série Z produits dans les années 60 et 70, son obsession pour des objets pervers et déviants, dont certains de ses propres films se font le reflet. Après avoir exhumé lors de l’ouverture du site quelques « redneck movies » particulièrement brut de décoffrage, NWR nous invite à découvrir un film un peu moins rudimentaire, qui doit sa notoriété outre ses qualités poétiques à la personnalité extravagante de son réalisateur et à sa trajectoire fantasque dans les marges de l’industrie hollywoodienne.

Night Tide (1961), production indépendante connue aussi sous le titre de Marée nocturne, est un grand petit film magique. Son auteur, Curtis Harrington, était un ancien collaborateur de Kenneth Anger. Il apparait dans Inauguration of the Pleasure Dome. Harrington a d’abord gravité dans le milieu underground californien. Il réalisa des essais expérimentaux (The Fall of the House of Usher, Picnic, Dangerous Houses, The Wormwood Star) influencé à la fois par l’âge d’or de Hollywood et le célèbre occultiste anglais Alleister Crowley, fondateur d’une « magie sexuelle » qui enchanta aussi Anger.

Night Tide, premier long métrage de Curtis Harrington, connut une distribution commerciale chaotique. La société de production fit faillite et le film ne put sortir que grâce à l’intervention de Roger Corman. Night Tide ne tarda pas à obtenir une réputation flatteuse, grâce aux cinéphiles qui l’avaient vu lors de ses rares projections. Il fut enfin restauré par l’Academy Film Archive en 2007, entrant au panthéon des œuvres secrètes du cinéma américain. Night Tide raconte l’histoire d’un marin en permission, qui rencontre une jeune femme dans un vieux Luna Park de Santa Monica au bord de l’océan Pacifique. Le jeune homme tombe amoureux de la mystérieuse inconnue qui travaille dans une attraction foraine où elle joue une sirène. Il va bientôt douter de sa véritable identité et craindre qu’elle ne soit une véritable créature marine, obligée de tuer les nuits de pleine lune. Night Tide est un poème cinématographique bricolé avec des bouts de ficelle, le film d’un esthète qui transforme la réalité avec quelques éléments de décoration ou des angles de caméra surprenants. Harrington parvient avec un budget de misère à créer une ambiance onirique, exprimant dans chaque plan son admiration pour Sternberg, Cocteau, l’expressionnisme et les productions Val Lewton. Hanté par son goût du bizarre, Harrington ne renouvèlera pas cette réussite inaugurale et continuera à travailler de manière sporadique dans les circuits bis du cinéma. Night Tide offre au jeune Dennis Hopper son premier grand rôle. Il y est très beau en marin amoureux, presque un personnage de Jean Genet perdu dans un épisode de La Quatrième Dimension.

Night Tide de Curtis Harrington

Night Tide de Curtis Harrington

Catégories : Actualités

Un commentaire

  1. John Nada dit :

    ça donne drôlement envie…
    très belle initiative de NWR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *