Olivier Père

Blue Jasmine de Woody Allen

Cate Blanchett est la présidente du jury du 71ème Festival de Cannes. Pour la saluer, ARTE diffuse lundi 7 mai à 20h50 Blue Jasmine écrit et réalisé par Woody Allen en 2013. L’interprétation de Jasmine Francis, new-yorkaise ruinée au bord de la crise de nerfs, par Cate Blanchett vaudra à l’actrice australienne le deuxième oscar de sa carrière.

Sous les apparences séduisantes d’une comédie légère, Blue Jasmine est sans doute l’un des titres les plus pessimistes de Woody Allen. Il fallait le talent et l’humour (noir) de Woody Allen, et la cinégénie de San Francisco pour rendre supportable cette plongée dans la déchéance morale et sociale d’une grande bourgeoise.

C’est un film terrible qui dresse le portrait d’une femme perdue, brisée par ses aveuglements et ses mensonges. Il appartient à la veine sombre de Woody Allen qui a consacré plusieurs films au meurtre aux conséquences tragiques d’une trahison amoureuse et de la vengeance d’une femme. Les films communiquent entre eux et on peut voir le dernier en date, Wonder Wheel, comme une déclinaison – plus inégale – de Blue Jasmine : dans les deux cas, une femme trompée, aveuglée par la douleur, provoque la mort d’un être humain par un acte de délation. Avec la folie et la solitude au bout du chemin.

On l’aura compris, Woody Allen continue de puiser son inspiration dans sa vie privée mais aussi dans la littérature et l’actualité. La trame de Blue Jasmine reprend des éléments de la pièce de Tennessee Williams Un tramway nommé désir. Le film évoque directement le fameux scandale Madoff, avec le personnage central de l’épouse d’un financier new-yorkais condamné pour escroquerie. Ce n’est plus seulement l’héroïne de Blue Jasmine mais le monde et l’époque où elle vit qui sont malades, pourris par l’argent, le cynisme et l’hypocrisie.

Dans le rôle de Jasmine, Cate Blanchett est géniale, à la fois pathétique et glaçante. Mais il faut saluer tous ses partenaires, et en particulier Sally Hawkins qui joue sa sœur (adoptive) prolétaire, lumineuse et optimiste, qui surmonte les épreuves grâce à sa spontanéité et sa générosité. Tout le contraire de Jasmine. Blue Jasmine est l’un des meilleurs films de Woody Allen, dernière période.

Cate Blanchett et Sally Hawkins dans Blue Jasmine de Woody Allen

Cate Blanchett et Sally Hawkins dans Blue Jasmine de Woody Allen

 

 

 

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *