Olivier Père

La Chair et le Sang de Paul Verhoeven

ARTE diffuse La Chair et le Sang (Flesh+Blood, 1985) de Paul Verhoeven lundi 22 janvier à 22h55.

De la même manière que La Chair et le Sang (Flesh+Blood, 1985) se déroule à une époque charnière entre la fin du Moyen-Age et le début de la Renaissance, quelque part en Europe, ce film de Paul Verhoeven est le titre de la transition entre sa période hollandaise et le début de sa carrière aux Etats-Unis. Il s’agit en effet d’une production internationale en anglais montée avec des capitaux américains – la mini-major Orion Pictures finança le film – et tournée en Espagne, comme au bon vieux temps des péplums de Samuel Bronston. Le tournage sera emaillé d’incidents et consommera la rupture entre Verhoeven et son acteur fétiche Rutger Hauer, inquiet d’interpréter un mercenaire violeur et ripailleur à l’orée de sa nouvelle carrière à Hollywood. Dans les marges de l’heroic fantasy mise au goût du jour trois ans plus tôt par Conan le barbare de John Milius, Verhoeven revisite un genre hollywoodien – le film d’aventures historiques, avec Les Vikings de Richard Fleischer comme référence ultime – mais à sa manière, c’est-à-dire avec une vitalité, une crudité et un souci de réalisme typiquement européens. Il est aussi permis d’envisager La Chair et le Sang comme une version médiévale de La Horde sauvage de Sam Peckinpah. C’est moins la description – fantaisiste et volontairement anachronique – du Moyen-Age qui est réaliste que l’évocation des horreurs de la guerre, le déchaînement des pulsions de vie et de mort, les grands sujets du cinéma de Verhoeven. Le film est également hanté par la question de la représentation de la vie, de la mort et de la religion, au travers de nombreuses références picturales, théâtre d’ombres et icônes saintes. Le style picaresque, les détails triviaux, le sens de l’action et de la démesure, l’anarchisme politique et anticlérical renvoient au cinéma de Sergio Leone, Sam Peckinpah ou Robert Aldrich dont Paul Verhoeven est le meilleur et le plus direct héritier. Critiqué au moment de sa sortie en raison de ses excès de sexe et de violence La Chair et le Sang a depuis gagné son statut mérité de chef-d’œuvre. Il s’impose sans conteste comme l’un des meilleurs films d’aventures historiques jamais réalisés. Il confirme aussi l’extraordinaire talent de Verhoeven pour révéler des actrices et leur confier des rôles inoubliables. Agée de 23 ans, Jennifer Jason Leigh est géniale dans La Chair et le Sang, en princesse qui n’a vraiment pas froid aux yeux.

Rutger Hauer dans La Chair et le Sang de Paul Verhoeven

Rutger Hauer dans La Chair et le Sang de Paul Verhoeven

Rutger Hauer dans La Chair et le Sang de Paul Verhoeven

La Chair et le Sang de Paul Verhoeven

Catégories : Sur ARTE

14 commentaires

  1. Philippe Montonna dit :

    J’ai beaucoup de respect pour vos goûts (je les partage !) et pour votre amour du cinéma (je le partage également !), et La Chair et le Sang est effectivement un excellent film, et Total Recall est certes une SF intelligente et jubilatoire, mais par exemple, en ce qui concerne ce dernier, n’importe quelle chaîne pourrait le passer, non ? Et demain, pourquoi Showgirls (quel snobisme autour de cette aberration cinématographique plus amusante que réellement convaincante ! Et c’est pourtant un fan de Verhoeven qui s’exprime ici) avant La Chair et le Sang pour la même soirée ? Pourquoi dans cet ordre si c’est pas pour une raison commerciale ? Et la période hollandaise moins connue du grand public de Verhoeven, elle est passée où ?! Le Quatrième Homme, par exemple ? Ou carrément, l’ambitieux Soldier of Orange, ça aurait été un choix digne d’ARTE, voilà un film hyper rare à la télé ! J’aurais adoré pouvoir enfin le revoir !

    Pourquoi systématiquement ARTE semble préférer désormais (et encore plus ces derniers mois) la facilité dans sa programmation cinéma (même s’il s’agit également de qualité, là n’est pas la question, c’est en gros que du cinéma de langue anglaise, souvent de genre, et du cinéma de langue française d’auteur, de temps en temps…) plutôt que la prise de risque ? C’est normal et respectable de vouloir un minimum d’audience, surtout à notre époque, mais je me souviens d’une époque (y a à peine plus d’une vingtaine d’années) où ARTE pouvait passer un Kagemusha de Kurosawa un lundi soir à 20 h 50 parce que justement PAS une seule autre chaîne n’aurait eu un tel film !

    Autre exemple, votre programmation de Noël ! Pourquoi QUE des classiques du cinéma hollywoodien, grand public, parfois splendide (West Side Story), des fois au moins contestable sur un plan idéologique (Gone With the Wind) voire lamentable au niveau artistique (tel cet effroyable nanar mélo des Quatre filles du docteur March) ? Qu’est-ce qui empêchait ARTE de passer pour les fêtes parmi tant d’options Amarcord, Les Enfants du Paradis, Arizona Dream, Ludwig, ou alors du Cocteau, du Demy, etc., des films accessibles mais d’auteur, ayant même une certaine féerie ou une beauté formelle envoûtante pour la période ? Y avait des possibilités d’offrir du merveilleux, du rêve, voire de l’évasion, mais à la façon d’ARTE quoi !

    Non cette chaîne n’est plus la même que j’ai connue quand j’étais étudiant et que mon moral était souvent sauvé après une journée de fac gonflante par mon enrichissement culturel avec les grilles de l’époque ! Votre programmation (semaine après semaine je l’ai constaté) s’organise maintenant en général (à part j’ai l’impression autour de la période du festival de Cannes où le cinéma d’auteur -classiques comme films plus récents, avec une vraie diversité du pays d’origine- est plus représenté) autour de films en langue anglaise (de préférence hollywoodiens ou grand public ou de genre, comme Sleepy Hollow) le dimanche soir, et souvent aussi le lundi, et parfois un film d’auteur européen le mercredi, et le reste : docs, séries, etc.

    Or, si j’ai une admiration totale pour les grands cinéastes quel que soit leur pays (Europe, USA, Asie, etc.) je constate que tout un pan du cinéma mondial (entre autres Bergman, Angelopoulos, Antonioni, Bresson, Bunuel -oui je sais, vous avez passé plusieurs fois Belle de Jour, mais il a pas fait que ce film quand même ! C’est pratique d’avoir Deneuve et son glamour pour faire découvrir Bunuel à un public peut-être réticent, mais alors encore une fois pourquoi ne pas oser le sublime Tristana ?), tout un fonds culturel passe désormais à la trappe alors que cela pourrait former la cinéphilie des nouvelles générations qui n’ont pas besoin d’Arte pour mater du Tim Burton…

    Alors évidemment, face à C8 et les Bidasses s’en vont en Guerre, Verhoeven c’est un choix forcément courageux en comparaison… Mais c’est donc quelqu’un de déçu qui s’adresse à vous, quelqu’un qui a bien du mal à continuer d’aimer passionnément votre chaîne, et qui croyez-le, en est désolé…

    • olivierpere dit :

      Bonjour, au départ nous voulions présenter des films hollandais de Verhoeven mais ils n’étaient pas disponibles pour des questions de droits, et il y a aussi le problème des films qui ne sont pas sortis en salles à l’époque en France comme en Allemagne (c’est le cas de l’excellent Soldier of Orange). Mais La Chair et le Sang est un film européen et je ne suis pas d’accord sur Showgirls qui n’a rien d’un mauvais film contrairement à sa réputation.
      C’est vrai que nous sommes ouverts à un cinéma populaire de qualité, essentiellement français, et à des classiques du cinéma américain, mais ce n’est pas au détriment du cinéma d’auteur (qui rencontre un grand succès sur ARTE, dernier exemple récent L’Heure d’été de Olivier Assayas diffusé en prime time) et du cinéma du monde entier (cycles sur le cinéma asiatique pendant deux étés, cycle latino-américain et deux films de Lino Brocka prochainement…)
      On a consacré un cycle à Bunuel en 2013 et il y avait aussi deux de ses films espagnols, Tristana et Virdiana.
      Le replay sur notre site donne une plus grande visibilité et un plus grand accès à des films qui sont programmés en deuxième ou troisième parties de soirée, que ce soient des films d’auteur récents du monde entier ou des chefs-d’oeuvre de l’histoire du cinéma).
      Nous restons très attentifs à une programmation cinéma européenne et continuons de diffuser en prime des classiques de Bunuel, Renoir, Chabrol, Becker, Visconti… Cela n’empêche pas de montrer des films de Tim Burton ou des frères Coen comme vous semblez le déplorer, mais il y a aussi des téléspectateurs qui sont heureux de les découvrir sur notre chaîne.
      Quant aux programmations de Noël il nous paraît normal d’y privilégier certaines années des films familiaux, à grand spectacle ou très célèbres. Je dois vous avouer que je n’ai pas vu Les quatre filles du docteur March, Arte France ne fournit qu’environ 50% des films l’autre moitié vient du pôle allemand ou de Arte GEIE à Strasbourg.

      • Philippe Montonna dit :

        Tout d’abord merci de votre réponse rapide, cordiale et personnelle !

        Je suis certes un peu dur avec vous (et peut-être que j’ai sous-estimé l’offre en replay), mais je parle plus en amoureux (relativement) déçu qu’en juge impitoyable, vous l’aurez compris je pense… 😉

        Pour la programmation de Noël, je comprends le côté familial ou grand public lié à cette période, mais mon regret aura été en voyant en décembre la bande-annonce de toute la programmation des fêtes (bande-annonce certes bien fichue et drôle) d’avoir l’impression d’être un citoyen américain se disant « chouette, je vais pouvoir revoir en famille tous nos classiques pour les fêtes » (manquait plus que La Vie est Belle de Capra ?) alors que je pense vraiment que d’autres possibilités plus mélangées (même avec du féerique, du festif, du classique, du « Christmas friendly ») question pays et cinéastes étaient envisageables…

        Pour la période hollandaise de Verhoeven, je m’excuse car j’ignorais vos difficultés à vous procurer les films, et certes La Chair et le Sang est un film charnière dans sa carrière puisque situé avant le « grand saut » vers Hollywood et le corrosif Robocop…

        Pour le cinéma d’auteur international, je reste un peu ferme sur mon argumentation (je veux dire hors France mais également USA le cinéma américain étant visible et accessible assez aisément question médias, DVD, etc), quant à la diminution des horaires en « prime » pour certains films pouvant apparaître difficiles et favoriser deuxième voire troisième partie de soirée (là je parle vraiment d’une période récente de la chaîne)…

        Mais bon, je dis ça, mais en même temps moi aussi j’adore le cinéma américain (entre autres Ford, Hawks, Welles, Kubrick, en passant par Minnelli, Kazan, Scorsese, Lynch etc etc), c’est même dans mon parcours perso celui que j’ai aimé en premier (ex-aecquo avec les films de Truffaut, Demy et Fellini) et m’a fait aller vers les films d’autres contrées…

        Et puis je parle du point de vue d’un spectateur-cinéphile, je me doute que ça doit pas être toujours aisé pour vous de jongler entre excellence du film, disponibilité, horaires, public etc. 😉 Et j’ignorais (pourtant j’aurais dû m’en douter) qu’ARTE France ne fournit que la moitié des films, ce qui fait que vous ne pouvez pas non plus faire peut-être davantage encore…

        Je vous remercie encore de votre réponse, car j’ai du respect pour votre travail et vos choix (au passage, je n’ai rien contre Tim Burton et surtout les Frères Coen dont j’ai toujours été fan !), en particulier votre éclectisme et votre appétit de septième art dont je me sens proche (peut-être entre autres parce qu’on est à peu près de la même génération, je suis né en 1974) et je me souviens avec plaisir également avoir lu vos critiques dans la presse (à l’époque dans les Inrockuptibles si ma mémoire est bonne ?).

        Enfin bref, bonne continuation et vive le cinéma !

        Bien à vous
        Philippe

        • olivierpere dit :

          Merci pour votre message. Nous sommes attentifs à ne pas montrer trop de films américains – et surtout à bien les choisir parmi les classiques et les titres essentiels – car nous voulons accorder une place importante aux films européens et ne pas oublier les autres continents. Nous essayons de proposer une programmation à la fois éclectique, curieuse et de qualité avec un mélange de valeurs sûres, de films moins connus et de choix plus audacieux. Cela est rendu possible par la diversité et la fréquence de l’offre cinéma sur ARTE avec plusieurs rendez-vous hebdomadaires aux tonalités différentes.
          A suivre !

      • MB dit :

        Et le cinéma de patrimoine est sur Arte en début de soirée (ok pas le dimanche soir) quand le service public n’en veut pas (à part le CDM de Brion une fois par semaine) … et le cinéma muet aussi et qui passe Mario Bava ou le cinéma nanar dit « trash » en VO?… C8? et tout ça en HD! non, je ne vois pas de différence fondamentale avec Arte il y a 10 ou 20 ans ou alors en mieux. Il y a aussi que les cinéphiles avec le temps ont vu tant de films qu’ils ne veulent pas de rediffs que les + jeunes, eux, n’ont jamais vu. Et Arte peut passer des films parfois très moyens ça m’est bien égal, je ne compte pas que sur cette chaine pour voir des films à la TV. En fait, j’irai plus loin Arte est une bénédiction inespérée pour les cinéphiles. Où a-t’on son équivalent dans les tvs étrangères?

        • olivierpere dit :

          Merci ! Nous allons continuer de proposer des films de patrimoine rares et restaurés, à côté de titres populaires ou de classiques destinés à la case du dimanche.

        • Philippe Montonna dit :

          Pour nuancer mon propos par rapport à votre réponse, MB, en fait je crois que le souci n’est même pas au fond lié directement à ARTE, si on y réfléchit, il y a un changement énorme des grilles et des programmes en général avec l’arrivée de la TNT, qui a bouleversé selon moi la donne, et qui a créé des situations bizarres (et je parle quand même en tant que quelqu’un qui a été enfant dans la transition années 70-80 et qui a eu le temps et le loisir d’analyser tout ça avec le recul) : les films du « dimanche soir » ou du lundi soir des chaînes « grand public » d’il y a une vingtaine voire une trentaine d’années (Verneuil, Corneau, Pollack, Spielberg, etc.) sont des films qui peuvent passer maintenant sur ARTE (et d’ailleurs ça ne me pose pas vraiment de problème, en particulier par exemple pour Corneau ou de l’excellent ciné US).

          Cependant, à moins de mauvaise foi, je vois pas bien perso quand même quand est-ce que sur le ARTE d’il y a genre une vingtaine d’années (puisque que vous ne voyez pas de différence) aurait pu être diffusé par exemple le (sympathique, d’accord, mais sympathique voilà, c’est tout) « Peur sur la ville » de Verneuil comme ça a été le cas ! Faut-il y voir un mieux comme vous semblez le suggérer ? Je ne le pense pas…

          Les classiques du cinéma muet ou parlant, en NB (ah, la phobie de plein de chaînes ça, le noir et blanc, à part si c’est genre La Vache et le Prisonnier LOL) je suis d’accord avec vous, c’est précieux et ARTE est sur ce terrain imbattable (et les restaurations sont magiques ! On a l’impression de voir un film fait aujourd’hui en termes d’immersion c’est stupéfiant)

          Alors après, j’ai bien sûr comme vous constaté que le service public généraliste n’en a plus grand chose à battre du cinéma d’auteur ou de patrimoine (à part Brion certes), et effectivement c’est pas C8 ou NRJ12 qui vont passer du Bava en VO et en HD (un régal d’ailleurs, et perso je ne vois pas de « nanar » là-dedans mais plutôt de l’excellent et précurseur film de genre, certes parfois décalé et série B !)…

          Cela étant, pour vous amuser (si vous en avez la possibilité), consultez de vieux numéros de la (défunte) Revue du Cinéma (l’un des magazines ciné parmi tant d’autres comme les Cahiers ou Positif que j’ai collectionnés), genre dans les tout débuts années 80 et à la rubrique télé (car oui c’est strange mais la Revue du Cinéma mettait une grille annonçant les films diffusés à la télé au cours du mois !) vous hallucinerez et vous verrez genre du Fellini, du Losey, du Bergman, du Pasolini, du Bunuel ou du Boorman à 20 h 30 ou 22 h sur les seules chaînes qui existaient à l’époque (certes hélas en général, par contre, pas en VO pour ceux tournés en langue étrangère, je veux dire, puisque certaines Bunuel sont en français)…

          Tout ça pour dire que de façon plus globale, le cinéma d’auteur pur et dur a me semble-t-il moins la « carte » qu’auparavant auprès du public en général (peut-être parce que tant de génies ne sont plus là, en Italie, par exemple) et semble moins concerner le « grand public » à l’exception de quelques films parfois touchant aussi une plus large audience grâce à des prix prestigieux (comme par exemple « La leçon de Piano » ou un Polanski).
          Bien sûr, je devrais relativiser, sans doute : ayant été animateur et programmateur d’un ciné-club pendant une quinzaine d’années, j’ai bien vu dans ma ville qu’il y avait encore un public demandeur d’oeuvres exigeantes et diverses (public même nombreux parfois), mais en même temps je trouve (peut-être par nostalgie ?) que l’époque où un Herzog (à l’époque de ses plus grands films, dans les 70’s), ou un Fellini ou un Bunuel sortait, par exemple, et que c’était un événement, que ça faisait l’air de rien même un vrai « buzz », c’était pas si mal !…

          Pour conclure, je veux bien repréciser, pour pas que mes propos soient ici mal interprétés qu’ARTE continue d’être une sorte de refuge INESTIMABLE pour moi, quand j’ai envie de qualité à la télé !… Mais vu le niveau consternant de la plupart des chaînes (hors thématiques payantes ciné + club etc.), c’est simplement moins miraculeux qu’à une autre époque (Kelly’s Heroes est passé plusieurs fois sur France3, dans un temps pas si lointain je crois, mais certes pas en VM -ce qui n’est pas tout à fait pareil que la VO d’ailleurs mais là c’est vraiment pour faire genre mon puriste LOL), enfin voilà quoi…

          • MB dit :

            Si je résume mon avis et le vôtre, mr Stimamiglio, j’arrive à la conclusion que nous pouvons regretter qu’il n’y ait plus qu’une seule chaîne -Arte- qui passe tous les films que l’on trouvait il y a 10 ans sur trois ou quatre chaînes! Le résultat n’est pas vraiment différent, en gros. Bon, c’est un résumé partiel!

            A part celà Olivier, j’apprécie de ne pas trouver le logo qui abîme l’image sur les diffusions de films, il me semble que c’était encore le cas sur les rediffusions d’après-midi et je vois que non: encore une raison pour laquelle je ne regarde plus les films sur certaines chaînes de la tnt. Par contre, un mieux de la tnt que l’on ne trouvait pas il y a 10 ou 20 ans: la vo (en fait vm) qui permet enfin d’éviter les doublages.

          • Philippe Montonna dit :

            Oui c’est vrai que finalement on est à peu près d’accord sur tout vous et moi, mais chacun à notre façon 😉
            D’ailleurs vous pouvez m’appeler Philippe, hein, no problemo, le mr Stimamiglio me rappelle trop mon âge déjà avancé de quadra LOL (en plus comme je cherche du taf depuis déjà un certain temps je l’entends et je le lis trop dans mes démarches ça me fout les boules LOL Je dois être une espèce de « môme éternel » peut-être, comme dans la chanson de Murat !)

            Au passage, vous avez mille fois raison pour cette histoire de logo pour les rediffusions, c’est bien mieux sans, y a pas photo !!

            Et aussi pour la VM sur la TNT (ça m’était complètement sorti de la tête cet aspect-là pourtant essentiel !) c’est très cool, et c’est vrai que ça c’est du nouveau sur la télé gratuite « généraliste » (youpi !)…

            Bon, par contre sur ces chaînes-là y a toujours les pubs pendant les films et y a également (quasiment systématiquement et ça, ça me hérisse peut-être encore plus) les génériques de fin massacrés, virés même globalement, à part un panneau avec les voix françaises de doublage et aussi quand c’est des films français ou là en principe il me semble ils les laissent mais (et c’est encore plus surréaliste LOL) souvent ils les mettent en accéléré (!) quand y a pas d’images et que c’est juste des noms (genre « qui c’est qui s’en rendra compte de toute façon ? » LOL tout ça pour mettre plus vite les pubs et les bandes annonces de la chaîne !)…

            Ils doivent être obligés de le faire (je veux dire pour les génériques qu’ils n’enlèvent pas sur la TNT donc de films français et les panneaux listant le doublage de la VF), je suppose pour une question de droits ou parce que les mecs ils sont là genre dans le pays concerné et donc ils pourraient rouspéter sinon LOL ou un truc de ce genre ?!

            Et d’ailleurs voilà encore un truc que j’adore avec ARTE c’est bien sûr le respect TOTAL de l’intégrité du film proposé, avec pas de pubs, ni de signalétique toute moche (mon cher CSA pourquoi pas un système optionnel pour le téléspectateur assez grand pour décider ce qu’il veut regarder ?! Si j’ai pas de gosses chez moi qu’est-ce que ça me peut me fiche qu’un film soit -12 ou -10 quand je le mate franchement LOL) et puis of course donc les génériques de fin en entier (même quand ils sont longs, parfois très longs de nos jours pour les films américains, avec des équipes parfois genre on dirait la population d’une petite ville ! LOL mais bon ça me gêne pas, je suis le genre de gars bizarre qui regarde souvent les génériques de fin en entier).
            Enfin voilà !.. Sympa de discuter télé et ciné avec vous…
            Philippe

  2. Etienne dit :

    qu’est-ce qu’une major? merci

    • olivierpere dit :

      Un grand studio hollywoodien (Warner, Fox, Sony, Paramount…)

      • Etienne dit :

        qui de fox searchlights qui produit des films «  » » »indés » » » » alors que c’est une major?

        • olivierpere dit :

          Fox Searchlight est une filiale de la 21st Century Fox créée pour produire des films d’auteurs (vous pouvez aussi rajouter des guillemets) et importer des films étrangers aux Etats-Unis – souvent en prévision des Oscars. Comme Paramount Vantage avec Paramount (qui n’existe plus), Sony Classics pour Sony et Miramax pour Disney (dans les années 90).
          On peut parler pour désigner ces sociétés de production dépendantes d’un grand groupe (« major ») de « mini-major ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *