Olivier Père

Black Coal de Diao Yinan

ARTE diffuse Black Coal (Bai Ri Yan Huo, 2014) de Diao Yinan lundi 6 février à 22h40, dans le cadre de sa programmation spéciale Berlinale. Ce film chinois a en effet obtenu l’Ours d’or et l’Ours d’argent du meilleur acteur pour Fan Lia lors de sa présentation au Festival de Berlin en sélection officielle l’année de sa réalisation.

Black Coal sera également disponible en télévision de rattrapage pendant sept jours, sur ARTE+7.

Black Coal dresse un état des lieux accablant de la Chine en pleine déliquescence morale, en se livrant à une subversion inventive et brillante des codes du cinéma de genre.

Back Coal

Back Coal de Diao Yinan

Black Coal est le troisième long métrage de Diao Yinan, déjà remarqué par les sinophiles cinéphiles avec Uniform et Train de nuit mais qui a gagné une reconnaissance exceptionnelle et méritée avec ce nouveau film en Chine et à l’étranger, grâce à ses récompenses berlinoises.

En 1999, un employé d’une carrière minière est assassiné et son corps dispersé aux quatre coins de la Mandchourie. L’inspecteur Zhang mène l’enquête, mais doit rapidement abandonner après avoir été blessé lors de l’interpellation des principaux suspects.
Cinq ans plus tard, deux nouveaux meurtres sont commis dans la région, tous deux liés à l’épouse de la première victime. Devenu agent de sécurité, Zhang décide de reprendre du service. Son enquête l’amène à se rapprocher dangereusement de la mystérieuse jeune femme.

Black Coal

Black Coal de Diao Yinan

Cette traque obsessionnelle de la vérité aux ramifications labyrinthiques donne l’occasion au cinéaste de dresser le portrait d’une Chine rurale sinistrée au travers des nombreux personnages rencontrés par Zhang au fil de ses investigations. A la différence de A Touch of Sin de Jia Zhangke le film de Diao Yinan n’a pas été interdit en Chine où il a même rencontré un immense succès. Le fait que l’action s’y déroule il y a dix ans et pas de nos jours explique peut-être en partie la permissivité de la censure qui a quand même demandé au réalisateur de réécrire son scénario plusieurs fois. Il n’empêche que Black Coal, qui doit beaucoup au film noir et à la littérature policière américaine, avec son intrigue opaque et son atmosphère sordide, propose un témoignage accablant sur la violence et la confusion qui s’est emparée de la Chine moderne. Film politique, Black Coal rivalise avec les meilleurs thrillers et la mise en scène de Diao Yinan et particulièrement brillante, au même titre que l’interprétation. Le film a été immédiatement comparé à A Touch of Sin, mais on pense aussi à Memories of Murder du Coréen Bong Joon-ho qui procédait d’une même démarche cinématographique à la fois virtuose, romanesque et critique.

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *