Olivier Père

ARTE Kino Festival

ARTE et la plateforme Festival Scope s’associent pour lancer la première édition d’ARTE Kino Festival, un festival européen en ligne entièrement gratuit.

Du 30 septembre au 9 octobre 2016, le site dédié

www.artekinofestival.com

permettra aux internautes de 44 pays européens de visionner une sélection de dix longs métrages récents en quatre versions sous-titrées (français, allemand, anglais, espagnol).

 

ARTE Kino Festival est une manifestation innovante destinée aux cinéphiles et aux spectateurs de toute l’Europe, désireux de découvrir une sélection de productions européennes parmi les plus originales et stimulantes de l’année.

ARTE Kino Festival est ouvert à tous. Les 50 000 spectateurs invités à voter pour le Prix Nespresso du Public seront les seuls juges de productions indépendantes européennes repérées dans les grands festivals et marchés internationaux.

L’objectif d’ARTE Kino Festival est de permettre à une large audience l’accès à des films qui trouvent parfois difficilement le chemin des salles de cinéma, malgré la reconnaissance critique et la présentation en festivals.

ARTE Kino Festival a sélectionné dix films représentatifs de l’éclectisme et de l’audace de la nouvelle production cinématographique européenne. Il s’agit à la fois de films de jeunes réalisatrices et réalisateurs émergents, ou des derniers travaux de cinéastes confirmés (Ulrich Seidl, Philippe Faucon). L’animation et le documentaire ne sont pas oubliés (La Jeune Fille sans mains, Safari), tandis que d’autres films s’apparentent davantage à des essais dont les images oscillent entre rêve, fiction et réalité (Bella e perduta, I tempi felici verranno presto). Plusieurs films s’intéressent sur un mode intime à des sujets de société ou à l’histoire de l’Europe, d’autres préfèrent explorer toute la palette du sentiment amoureux. On distingue enfin une riche présence de films issus du sud de l’Europe et du bassin méditerranéen, signe du talent d’une nouvelle génération de cinéastes d’Italie, de Grèce ou du Portugal.

 

 

Prix Nespresso du public
Pour faire partie des festivaliers, il suffit de se connecter sur le site

www.artekinofestival.com

et réserver en ligne. Il est possible de réserver sa place pour un ou plusieurs films dès le lundi 12 septembre. La jauge maximale pour chaque film a été fixée à 5000 internautes. Au terme de son festival, chaque spectateur aura pu noter de 1 à 5 les films vus, contribuant ainsi à désigner l’œuvre lauréate du Prix Nespresso du public. Celui-ci consiste en une bourse de 50 000 euros, partagée entre le réalisateur et le vendeur international, afin de les aider à ouvrir de nouveaux territoires de diffusion à l’œuvre primée. Un projet développé avec le soutien de Festival Scope, une plateforme qui permet de visionner des œuvres sélectionnées dans les grands rendez-vous cinéphiles du monde.

La Mort de Louis XIV de Albert Serra

La Mort de Louis XIV de Albert Serra

 

La sélection

 

Sélectionnés ou primés récemment dans les plus prestigieux festivals internationaux (Sundance, Rotterdam, Cannes, Locarno, Venise, Annecy…), ces films n’ont, pour la plupart, pas encore bénéficié d’une sortie sur toute l’Europe. Sept d’entre eux sont des avant-premières françaises :

 

Safari de Ulrich Seidl (Autriche)

Le nouveau documentaire choc de Ulrich Seidl, découvert hors compétition à Venise. Des couples d’Autrichiens fortunés partent en Afrique pour tuer des animaux de la savane. Une critique sans concession du néo-colonialisme occidental.

 

I tempi felici verranno presto de Alessandro Comodin (Italie)

Après le très bel Eté de Giacomo, I tempi felici verranno presto (présenté en séance spéciale à la Semaine de la Critique du Festival de Cannes) se situe dans une forêt magique hantée par les conflits du siècle passé. Le film de Comodin navigue entre le documentaire et le conte de fées, la mythologie et le pur enregistrement du réel, avec beaucoup de grâce et de poésie.

 

Wild de Nicolette Krebitz (Allemagne)

Une jeune femme mal dans sa peau rencontre un loup et retourne à l’état sauvage. Un conte urbain présenté au Festival de Sundance.

 

La Mort de Louis XIV de Albert Serra (Espagne)

La lente agonie de Louis XIV filmée en toute splendeur par le prodige catalan Albert Serra, avec un Jean-Pierre Léaud royal. Prix Jean-Vigo 2016.

 

John From de João Nicolau (Portugal)

Chronique acidulée des amours d’été de jeunes adolescentes dans un quartier de Lisbonne. L’affirmation du cinéma poétique et musical de João Nicolau, révélé par de très beaux courts métrages.

 

A Good Wife de Mirjana Karanović (Serbie)

Un femme de cinquante ans affronte simultanément la découverte de la maladie et du terrible passé de son mari pendant la guerre. Festival de Sundance 2016.

 

La Jeune Fille sans mains de Sébastien Laudenbach (France)

Superbe premier long métrage d’animation d’après un conte des frères Grimm, découvert à l’ACID et primé au Festival d’Annecy. Au Moyen-Age, un meunier vend sa fille au Diable. Protégée par sa pureté, elle lui échappe mais est privée de ses mains.

 

Suntan de Argyris Papadimitropoulos (Grèce)

Sur une île grecque, un docteur développe une obsession pour une jeune touriste, lorsque celle-ci l’invite dans son groupe d’amis, fêtards de l’extrême. Film d’ouverture du Festival de Rotterdam 2016.

 

Fatima de Philippe Faucon (France)

L’histoire de trois femmes d’origine maghrébine de la même famille, avec un rapport différent à la France, sa langue et sa société. Le très beau film de Philippe Faucon a obtenu le Prix Louis-Delluc 2015, ainsi que trois César dont celui du meilleur film français en 2016.

 

Bella e perduta de Pietro Marcello (Italie)

Tomasso, simple berger, veille jusqu’au jour de sa mort sur un palais abandonné dans la région de Naples, en proie au pillage et réduit à l’état de décharge par la Camorra. Polichinelle émerge alors des profondeurs du Vésuve pour accomplir sa dernière volonté : prendre soin d’un jeune buffle.

Entre mythe et réalité, une fable sur l’Italie contemporaine, belle et perdue. Le film manifeste du nouveau cinéma de poésie italien (photo en tête de texte).

I tempi felici verranno presto de Alessandro Comodin

I tempi felici verranno presto de Alessandro Comodin

wild de Nicolette

Wild de Nicolette Krebitz

Safari de Ulrich Seidl

Safari de Ulrich Seidl

 

 

 

Catégories : Actualités · Coproductions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *