Olivier Père

L’Ombre d’un doute de Alfred Hitchcock

ARTE diffuse L’Ombre d’un doute (Shadow of a Doubt, 1943) de Alfred Hitchcock lundi 5 septembre à 22h30.

Hitchcock avait pour habitude de désigner L’Ombre d’un doute comme son film préféré. Suprême honneur pour un long métrage qui remporta dès sa sortie, contrairement à plusieurs chefs-d’œuvre du cinéaste, les suffrages à la fois du public et de la critique, déclenchant un enthousiasme unanime qui pourrait s’expliquer par des qualités singulières qui le différencient des autres thrillers et films criminels du maître du suspens. Hitchcock délaisse les atmosphères sophistiquées ou européennes de ses films d’espionnage et situe L’Ombre d’un doute dans une paisible ville de province. Cette proximité avec le genre de l’Americana est nouvelle pour le cinéaste anglais. Mais sa fascination pour le Mal et ses missionnaires terrestres demeure. L’Oncle Charlie (Joseph Cotten) est un tueur de riches veuves esseulées qui abuse de son pouvoir de séduction pour accomplir ses crimes. Hitchcock dresse le portrait d’un assassin idéaliste et exalté sous son apparente froideur, convaincu de son droit et de sa supériorité. Dès sa première apparition à l’écran, couché sur son lit, Hitchcock le filme dans une posture morbide, comme habité par la mort. Cette représentation trouvera un écho direct avec l’entrée en scène de sa nièce qui lui voue une admiration sans bornes et se réjouit de son retour au bercail, elle aussi couchée sur son lit dans sa chambre, comme si elle attendait, offerte, la visite charnelle de son oncle. La jeune fille (Teresa Wright) s’appelle elle aussi Charlie, ce qui souligne la symétrie entre cette gamine provinciale beaucoup plus intelligente qu’elle n’en a l’air et l’oncle chéri aux pulsions secrètes. Ils commencent par s’en amuser. Un courant télépathique circule entre les deux parents, une attraction incestueuse qui laissera bientôt la place à des soupçons, puis à un jeu cruel du chat et de la souris. Sous son décor rassurant de pastorale américaine L’Ombre d’un doute est un conte angoissant et sexuel. Hitchcock montre l’émancipation d’une jeune fille qui se libérera de l’emprise de son oncle et deviendra femme en donnant, comme lui, la mort. Le Mal est partout, sous le lourd manteau du secret et le voile des apparences trompeuses.

(Joseph Cotten) hat leichtes Spiel mit Šlteren, vor allem verwitweten, Damen (Isabel Randolph, li., und Frances Carson, re.). © 1942 Universal Studios. All Rights Reserved. Foto: ZDF Honorarfreie Verwendung nur im Zusammenhang mit genannter Sendung und bei folgender Nennung "Bild: Sendeanstalt/Copyright". Andere Verwendungen nur nach vorheriger Absprache: ARTE-Bildredaktion, Silke Wšlk Tel.: +33 3 881 422 25, E-Mail: bildredaktion@arte.tv

Joseph Cotten, Isabel Randolph et Frances Carson dans L’Ombre d’un doute de Alfred Hitchcock
© 1942 Universal Studios. All Rights Reserved.

(Joseph Cotten), d(Teresa Wright, Mi.), macht es sich in trŸgerischer Idylle im Haus seiner Schwester Emma Spencer Oakley Newton (Patricia Collinge, re.) und deren Familie bequem. © 1942 Universal Studios. All Rights Reserved. Foto: ZDF Honorarfreie Verwendung nur im Zusammenhang mit genannter Sendung und bei folgender Nennung "Bild: Sendeanstalt/Copyright". Andere Verwendungen nur nach vorheriger Absprache: ARTE-Bildredaktion, Silke Wšlk Tel.: +33 3 881 422 25, E-Mail: bildredaktion@arte.tv

Joseph Cotten, Teresa Wright et Patricia Collinge dans L’Ombre d’un doute de Alfred Hitchcock
© 1942 Universal Studios. All Rights Reserved.

 

 

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *