Olivier Père

Listen Up Philip de Alex Ross Perry

Listen Up Philip, sorti en France le 21 janvier, est édité ces jours-ci en DVD par Potemkine, qui l’avait aussi distribué en salles. L’occasion de revenir sur un film étonnant signé par un très talentueux réalisateur américain.

Nous nous exprimons sur Alex Ross Perry et son film dans les suppléments du DVD de Listen Up Philip.

Agé de 30 ans et déjà auteur complet de quatre longs métrages, le new yorkais Alex Ross Perry est sans doute la personnalité la plus singulière du jeune cinéma indépendant américain, creusant un sillon voisin du courant « mumblecore » en terme de production légère mais dont il se distingue radicalement du point de vue de l’ambition, des partis-pris formels et des références artistiques.

Listen Up Philip est son troisième long métrage et il en a déjà réalisé un quatrième, Queen of Earth, dévoilé cette année à la Berlinale dans la section Forum.

Listen Up Philip marque pour Alex Ross Perry un pas vers la reconnaissance professionnelle – critique et publique – après deux premières œuvres réalisées dans des conditions semi amateurs (Impolex et l’excellent The Color Wheel), sans pour autant se rallier aux conventions du cinéma indépendant US, en cultivant un humour cynique et son goût pour les dialogues et la littérature.

Avec Listen Up Philip Alex Ross Perry a l’audace de faire un film centré autour d’un personnage profondément antipathique et déplaisant, Philip (Jason Schwartzman, remarquable) jeune écrivain arrogant, malheureux, agressif… qui traverse une crise existentielle à l’occasion de la parution prochaine de son second roman. Il noue alors une amitié avec le romancier Ike Zimmermann (Jonathan Pryce), vieil ermite calqué sur Philip Roth qui devient son mentor.

Jason Schwartzman et Dree Hemingway dans Listen Up Philip de Alex Ross Perry

Jason Schwartzman et Dree Hemingway dans Listen Up Philip de Alex Ross Perry

Alex Ross Perry s’intéresse à ce qui se passe dans la tête des hommes quand ils se retrouvent confrontés au succès, à la célébrité et à la notoriété, notamment dans leur vie sentimentale et leur relation avec les femmes. Cela ne va pas sans une certaine cruauté.

Alex Ross Perry ne cache pas sa dette envers Philip Roth, mais aussi David Foster Wallace et Richard Yates. La continuité dramatique est rompue en plein cœur du film pour accorder un chapitre entier à un personnage secondaire, l’ex petite amie de Philip superbement interprétée par Elisabeth Moss. Sur le plan visuel ARP et son directeur de la photographie Sean Price Williams s’inspirent beaucoup de Maris et Femmes, l’un des meilleurs films de Woody Allen, avec ses teintes automnales et ses incessants mouvements de caméra. L’importance d’un narrateur omniscient (Eric Bogosian lui prête sa voix sans jamais apparaître à l’écran) souligne l’intérêt que ARP porte à la littérature, lui empruntant des procédés pour nourrir son écriture cinématographique. Cette appréhension de la notion d’auteur et de la mise en scène par un jeune cinéaste américain mérite d’être saluée. Et de rester attentif à la suite de la filmographie de Alex Ross Perry.

Alex Ross Perry © Festival del film Locarno

Alex Ross Perry © Festival del film Locarno

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories : Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *