Olivier Père

Le Convoi de la peur de William Friedkin

ARTE diffuse Le Convoi de la peur (Sorcerer, 1977) de William Friedkin lundi 19 janvier à 20h50, dans une version restaurée et remasterisée, soit le lendemain de la première diffusion du célèbre film de Clouzot Le Salaire de la peur dont il s’inspire librement.

Trois hommes de nationalités différentes, un gangster américain, un banquier français et un terroriste palestinien, chacun recherché par la police de son pays, s’associent pour conduire un chargement de nitroglycérine à travers la jungle sud-américaine, afin de stopper l’incendie d’une exploitation pétrolière. La cargaison hautement explosive est uniquement transportable par voie routière, expédition qui relève de la mission suicide. Mais les trois aventuriers ont désespérément besoin d’argent pour quitter ce lieu infernal… Un quatrième homme (Francisco Rabal), tueur à gages lui aussi en fuite, les rejoint au dernier moment dans ce dangereux périple.

Ce prétendu remake a acquis une réputation exceptionnelle au fil des ans, au même titre que trois autres nouvelles versions modernisées de grands films classiques d’abord méprisées ou incomprises lors de leurs sorties au début des années 80, aujourd’hui admirées par les amateurs de cinéma : The Thing de John Carpenter, La Féline de Paul Schrader et Scarface de Brian De Palma. Trois cinéastes qui s’engouffrent dans la violence et le pessimisme le plus total comme Friedkin avant eux.

Mais Le Convoi de la peur, qu’on a le droit de préférer au film de Clouzot (les téléspectateurs d’ARTE sont invités à s’exprimer sur le sujet) demeure un cas à part dans l’histoire mouvementée du Nouvel Hollywood.

Ce récit d’aventure moderne sur le thème du destin et de la dualité au cœur de chaque être humain (« personne n’est quelque chose et rien de plus » – « No one is just anything » est prononcé au début du film dans l’épisode parisien, comme une sentence éclairant ce qui va suivre) dresse aussi, à la différence du film de Clouzot, le tableau géopolitique d’un monde qui bascule dans le chaos, régi par des forces opaques – mafieuses, financières et politiques qui broient les individus, leur interdisant toute forme de salut.

Roy Scheider dans Le Convoi de la peur

Roy Scheider dans Le Convoi de la peur

Fascinant, éprouvant pour les nerfs et magnifiquement interprété par Roy Scheider, Bruno Cremer, Francisco Rabal et Amidou, Le Convoi de la peur connut un des tournages les plus compliqués de l’histoire du cinéma avant d’accéder au statut de chef-d’œuvre maudit.

Il s’agit sans doute du film le plus passionnant de Friedkin et d’un titre majeur du cinéma américain contemporain. L’hyperréalisme cher à l’auteur de French Connection, le goût du cinéaste pour les ambiances à la fois cauchemardesques et documentaires, débouchent dans Le Convoi de la peur sur des images criantes de vérité (aucun trucage) et en même temps proches de l’hallucination, grâce au montage, à l’investissement physique des comédiens et à la musique obsédante du groupe de rock progressif allemand Tangerine Dream.

 

 

 

 

 

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *