Olivier Père

Torso de Sergio Martino

L’éditeur The Ecstasy of Films propose en DVD et en Blu-ray, dans une belle édition, un titre remarquable du « giallo », ces fameux thrillers horrifiques italiens : Torso de Sergio Martino (1973).

Pour explorer l’enfer du cinéma italien, soit la part à la fois maudite et populaire d’une cinématographie qui revisita absolument tous les genres (comédie, fantastique, érotisme, western, science fiction, polars) avec une inventivité, une démesure, une folie typiquement latines, il suffirait presque de visionner la filmographie complète de Sergio Martino puisque cet honnête artisan s’est successivement illustré dans presque tous les sous-catégories du cinéma bis.

Sergio Martino est sans doute l’artisan le plus représentatif du système de production du cinéma populaire italien. En effet sa filmographie épouse les modes successives qui sévirent dans le Cinecittà bis du début des années 60 à la fin des années 80. Armé d’un modeste talent mais d’un solide professionnalisme, et malgré une absence manifeste d’ambition artistique, le versatile Martino se distingue de la plupart de ses collègues de l’époque, plus ou moins à l’aise dans un filon particulier (Fulci et l’horreur, Margheriti et l’aventure, Castellari et l’action, Corbucci et le western) en comptant à son actif au moins une réussite dans chacun ou presque des sous-genres qui envahirent successivement les salles de quartier. Cependant, on constate que les « gialli » occupent une place particulière dans la filmographie de Martino, soit une salve de cinq titres réalisés à la suite entre 1971 et 1973 parmi lesquels trois interprétés par la belle Edwige Fenech en victime frémissante (on peut ajouter à ce tir groupé un retour tardif et raté au « giallo » fantastique en 1982 avec l’ennuyeux Crime au cimetière étrusque). Tous sont produits par Luciano Martino, le frère de Sergio, sauf celui qui nous intéresse aujourd’hui, et qui est aussi le dernier de la liste. Torso est en effet produit par Carlo Ponti, le puissant et prestigieux producteur italien qui à l’instar de son confrère Dino De Laurentiis financera aussi bien des films de genre et des bandes commerciales très rentables que les grands auteurs italiens (Fellini, De Sica, Antonioni…) ou des superproductions européennes. Les moyens alloués à Martino pour ce film sont donc plus importants que ses petits budgets habituels. Il va en tirer un « giallo » bien mis en scène et à l’atmosphère visuelle extrêmement soignée, comme en témoignent une scène d’angoisse très réussie dans un bois de bouleaux ou la dernière partie en huis clos quasiment dénué de paroles.

Torso est une histoire de tueur en série très au-dessus de la moyenne du « giallo », on peut même le considérer comme l’opus magnum de Martino, écrit par son scénariste régulier Ernesto Gastaldi qui brode habillement autour des thèmes et motifs du cinéma criminel, formes dégradées du suspense hitchcockien avec trauma enfantin, crimes sadiques, faux coupables et victimes sacrificielles. L’action se déroule à Pérouse, ville universitaire de la province de l’Ombrie. La première partie est un « whodunit » assez classique avec l’élimination violente de jeunes étudiantes et de témoins gênants par un mystérieux tueur qui mutile les corps de ses proies, scènes prétextes à ses gros plans « gore » qui corsent le film et lui confèrent parfois un côté Grand-Guignol. Torso se caractérise aussi par son voyeurisme et un érotisme morbide. Il est sans doute inspiré par le thriller britannique Terreur aveugle de Richard Fleischer réalisé en 1971, surtout pour sa seconde partie, la plus impressionnante, qui piège une jeune femme dans une maison isolée avec la silhouette anonyme du tueur qui rode dans la demeure sans savoir qu’elle s’y trouve après avoir massacré ses trois amies. Le film a l’idée de ne pas filmer les meurtres mais au contraire de s’appesantir sur les cadavres que le maniaque découpe en morceaux sous les yeux horrifiés de la survivante. Décrites comme de « stupides poupées de chair et de sang » par le psychopathe, les personnages féminins du film sont toutes des étudiantes sexy et dévergondées qui s’exhibent ou s’ébattent lascivement entre elles. La séquence pré-générique, une séance de poses érotiques avec deux filles faisant l’amour devant l’objectif d’un photographe renvoie directement à une fameuse séquence de Blow Up d’Antonioni, chef-d’œuvre matriciel du « giallo » moderne, produit par… Carlo Ponti.

La séquence suivante, un cours d’histoire de l’art sur Le Pérugin et son traitement dédramatisé du martyre de Saint Sébastien, présenté comme une déclinaison au « formalisme embrouillé et provincial » de la peinture de Piero Della Francesca, livre un commentaire introductif sur le film qui va suivre : on est invité à interpréter que Le Pérugin est à Piero Della Francesca ce que Sergio Martino est à Alfred Hitchcock.

Le « giallo » en général et ce film en particulier posent les bases du « slasher » anglo-saxon (Black Christmas, Halloween, Fright…) avec ses tueurs masqués ou invisibles adeptes de l’arme blanche et une répression impitoyable de la sexualité de jeunes femmes aguichantes. La jouissance appelle la souffrance et la mort. L’acte criminel est un substitut au coït pour un assassin impuissant et humilié par les femmes dès son enfance.

On retrouve dans Torso une distribution de petites célébrités du cinéma européen des sixties très actives en Italie parmi lesquelles les Anglais Suzy Kendall (photo en tête de texte, vue dans L’Oiseau au plumage de cristal) et John Richardson (Le Masque du démon), les Français Tina Aumont (Partner) et Luc Merenda (plein de polars), plus les starlettes et acteurs de second plan abonnés à ce type de films.

 

Torso est demeuré inédit en France, on le découvrit à la Cinémathèque en janvier 2001, puis dans une édition DVD américaine, le film ayant là bas une petite réputation de « slasher » européen précurseur des classiques du genre. Le titre original est aussi long que son titre international est court : I corpi presentano tracce di violenza carnale, soit « les corps présentent des traces de violence charnelle », « violenza carnale » signifiant aussi « viol » en italien. Tout un programme…

 

 

 

Catégories : Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *