Olivier Père

2 films ARTE primés à la 71ème Mostra de Venise

Après la Palme d’Or (Winter Sleep) et le Grand Prix du Jury (Le meraviglie) au Festival de Cannes ce sont encore des films soutenus par ARTE qui ont remporté les deux plus hautes récompenses du palmarès de la Mostra de Venise, dont le président du jury était le compositeur français Alexandre Desplat. Nos compliments aux auteurs et à leurs producteurs pour des prix qui consacrent un réalisateur suédois issu de la publicité à l’œuvre et à l’esthétisme atypiques (Roy Andersson) et un documentariste déjà acclamé pour son film précédent, The Act of Killing (Joshua Oppenheimer, photo en tête de texte). A Pigeon Sat on a Branch Reflecting on Existence (Suède-Allemagne-Norvège-France) est la troisième partie d’une trilogie sur le sens de la vie que Roy Andersson a mis quatre ans à réaliser entièrement dans ses propres studios et qui propose une série de saynètes ultra stylisées tentant d’explorer la condition humaine avec un humour froid et de longs plans fixes.

A Pigeon Sat on a Branch Reflecting on Existence

A Pigeon Sat on a Branch Reflecting on Existence

« C’est un grand honneur de recevoir ce prix et particulièrement ici, en Italie, pays qui a donné tant de chefs-d’œuvre au cinéma », a déclaré Roy Andersson en recevant son trophée sur la scène du Palais du cinéma, sur le Lido.

 

Après The Act of Killing, The Look of Silence (Danemark-Indonésie) est un nouveau documentaire choc de Joshua Oppenheimer consacré au génocide indonésien sous le régime de Suharto, cette fois-ci du point de vue des victimes : un homme, cadet d’une famille, rencontre les bourreaux qui ont assassiné son frère, mort en 1965, soit trois ans avant sa naissance.

 

Les dates de sorties françaises de ces deux films ne sont pas encore connues.

 

Nous sommes curieux de découvrir le nouveau film d’Andreï Konchalovski cinéaste plus qu’intéressant qui débuta sa carrière aux côtés de Tarkovski, signa de beaux premiers films en URSS, partit en exil aux Etats-Unis (le grand Runaway Train) et qui semble connaître un second souffle depuis son retour à la terre natale.
Curieux aussi de découvrir Hungry Hearts primé pour ses acteurs, car nous avions aimé le film précédent de Costanzo, La Solitude des nombres premiers déjà avec Alba Rohrwacher. Hungry Hearts tourné à New York a été décrit par ses premiers spectateurs comme une version végétarienne de Rosemary’s Baby, comprenne qui pourra…

Dans un palmarès controversé qui conclut une édition vénitienne difficile soumise à de sévères critiques de la part de la presse internationale nous regrettons l’absence de Pasolini d’Abel Ferrara et 3 Cœurs de Benoit Jacquot, deux coproductions ARTE France Cinéma réussies et chaleureusement accueillies lors de leur présentation sur le Lido. Nous reviendrons sur ces deux films au moment de leur sortie française…

 

 

Palmarès complet de la 71ème Mostra de Venise :

 

 

Lion d’Or : A Pigeon Sat on a Branch Reflecting on Existence de Roy Andersson

(Grand Accord d’initiative allemande ZDF/ARTE France Cinéma)

 

Lion d’Argent du Meilleur Réalisateur : Andreï Konchalovski pour The Postman’s White Nights

 

Grand Prix du Jury : The Look of Silence de Joshua Oppenheimer (ZDF/ARTE)

 

Coupe Volpi de la Meilleure Interprète Féminine : Alba Rohrwacher pour Hungry Hearts de Saverio Costanzo

 

Coupe Volpi du Meilleur Interprète Masculin : Adam Driver pour Hungry Hearts de Saverio Costanzo

 

Prix Marcello Mastroianni du meilleur jeune interprète : Romain Paul pour

 

Le Dernier Coup de marteau d’Alix Delaporte

 

Prix Osella pour le meilleur scénario : Rakhshan Bani-Etemad & Farid Mostafavi pour Ghesseha (Tales)

 

Prix spécial du jury : Sivas de Kaan Mujdeci

 

Prix Orizzonti : Court de Chaitanya Tamhane

 

Prix Luigi de Laurentiis du 1er film : Court de Chaitanya Tamhane

 

Catégories : Actualités · Coproductions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *