Olivier Père

La Bête humaine de Jean Renoir

La Bête humaine ressort aujourd’hui sur les écrans de cinéma, distribué en copie neuve par Les Acacias. On pourra aussi redécouvrir le classique de Jean Renoir dans une édition limitée restaurée et remastérisée en DVD et Blu-ray chez Studio Canal, avec de nombreux compléments, à la vente à partir du 3 décembre.

Fernand Ledoux et Simone Simon

Fernand Ledoux et Simone Simon

Produit par Robert Hakim et réalisé par Jean Renoir en 1938 à la demande de Jean Gabin, La Bête humaine prend certaines libertés avec le roman d’Emile Zola que Renoir connaît bien (il a déjà adapté Nana dans sa période muette) en transposant le récit à l’époque contemporaine et en modifiant la fameuse scène de meurtre passionnel dont Jacques Lantier, le cheminot victime de l’hérédité violente des Rougon-Macquart, est le témoin involontaire. Le film est très marqué par la lutte des classes et l’inégalité sociale, thèmes qui préoccupent beaucoup Renoir à cette époque (son film suivant sera La Règle du jeu). La Bête humaine est organisé autour de plusieurs trios humains liés par des rapports conjugaux, amoureux, ou simplement charnels. Par exemple Simone Simon, son mari Fernand Ledoux et son protecteur, un aristocrate libidineux qui a abusé d’elle dans son enfance, et qui finira assassiné, mais aussi la double relation surprenante qu’entretient Lantier avec Simone Simon, devenue sa maîtresse, et son instrument de travail, la locomotive « Louison ».

Jean Gabin et Simon Simon

Jean Gabin et Simon Simon

Le génial Carette, dans le rôle du meilleur ami de Gabin est à la fois le témoin impuissant du drame qui se noue et la figure positive du prolétaire bon vivant et honnête. Jean Renoir s’est octroyé le petit rôle d’un braconnier impulsif et sincère injustement accusé par la police. La déposition qu’il livre aux enquêteurs est l’un des plus bouleversants passages du film. La Bête humaine n’est pas seulement un film politique. C’est un chef-d’œuvre sur la passion sensuelle et le poids du destin. Mais contrairement à Carné et le réalisme poétique, Renoir ne se réfugie pas derrière la notion de fatalité. Il désigne les coupables, les corrupteurs, critique la société, décrit et analyse chaque comportement avec une acuité qui le fait, in fine, rejoindre Zola, l’écrivain qui incarne, pour paraphraser Deleuze, la plus haute idée du naturalisme. Les accords passés avec la SNCF et le long travail préparatoire des acteurs confèrent au film de Renoir un réalisme hallucinant et quasi documentaire sur le métier de cheminot.

 

Catégories : Actualités

Un commentaire

  1. BENOIT GUITTET dit :

    Bonjour
    Je suis à la recherche d’images, de photos de prise de vue car la doublure de Jean Gabin, chauffeur de la locomotive était un ami de mon grand-père,… Il me serait agréable de retrouver des images de ce tournage où la doublure apparaît.
    Merci de m’aider dans cette recherche
    Benoît Guittet Envoyé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *