Olivier Père

Et si on vivait tous ensemble? de Stéphane Robelin

Le deuxième long métrage de Stéphane Robelin sort aujourd’hui dans les salles françaises, distribué par Bac Films. Et en Suisse Romande par Frenetic.
En août 2011, Nous ouvrions le Festival del film Locarno avec les jeunes adolescents de Super 8, et nous le concluions avec les « seniors » de Et si on vivait tous ensemble?

Rien de plus logique donc. Si les héros du film de Stéphane Robelin ne croisent aucune créature extraterrestre, ils vivent des aventures qui ne sont pas moins extraordinaires malgré leur quotidienneté : des histoires d’amour, d’amitié, de maladie, de désir et de courage. Deux couples et un célibataire qui se connaissent depuis très longtemps affrontent les tourments du troisième âge, lorsque l’un d’entre eux a cette idée : « Et si on vivait tous ensemble ? » Cette existence communautaire va donner une seconde jeunesse aux vieux amis, mais faire également resurgir des secrets et provoquer des petits drames. Stéphane Robelin brise un tabou en consacrant une comédie à des problèmes et des situations liées à la vieillesse, et qui ne sont pas toujours drôles : la peur de la mort, mais surtout du déclin physique, de l’humiliation, de la solitude et des maisons de retraite. Le film est réussi car il ne sombre ni dans le pathétique, ni dans la farce et traite son sujet avec beaucoup de finesse et de tact, aidé par l’enthousiasme et la justesse d’une distribution aussi prestigieuse qu’inattendue : Jane Fonda (dans son premier film en français depuis Tout va bien de Godard et Gorin) est mariée à Pierre Richard, Guy Bedos à Geraldine Chaplin, tandis que Claude Rich (qui retrouve Guy Bedos cinquante ans après Le Caporal épinglé, un des plus beaux films de Jean Renoir) campe un truculent vieux garçon Don Juan et érotomane. Le petit groupe est rejoint par Daniel Brühl (excellent acteur allemand et polyglotte, admiré dans Inglourious Basterds de Quentin Tarantino), un étudiant en ethnologie qui consacre sa thèse au vieillissement de la population. Cette troupe d’acteurs formidables apporte beaucoup de fantaisie et d’émotion à un film qui a séduit et ému aux larmes les jeunes (qui sont des vieux en puissance) et les moins jeunes sur la Piazza Grande lors de sa première mondiale à Locarno.

http://www.pardolive.ch/it/Pardo-Live/today-at-the-festival/2011/PG-et-si-on-vivait-tous-ensemble.html

Catégories : Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.