Europe et Hop - le JT européen30/04/2019

4 min
Disponible du 30/04/2019 au 02/05/2030
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE
Où partent les Britanniques en vacances ? En ce moment, ils préfèrent éviter l’Union européenne. C’est ce que nous verrons dans Europe et hop, avant de partir en Slovaquie où un parti d’extrême droite a été sauvé par une décision de la Cour suprême. Il sera aussi question de l’avis donné par la Cour de Justice de l’Union européenne sur les tribunaux d’arbitrages, et nous finirons par les Allemands, ces Européens laxistes.
Les vacanciers britanniques voyagent de moins en moins dans les pays européens. L’agence de voyage britannique Thomas Cook a des chiffres. Selon elle, 43% des clients ont déclaré qu'ils préféraient ne pas partir en vacances dans l’Union. 
De plus en plus de gens s'envolent maintenant vers la Turquie ou la Tunisie. Et de préférence pour des séjours tout compris. Et bien sûr, c'est la faute du Brexit et au coût de la vie dans les pays européens ! 
Eh oui, le pouvoir d’achat des Britanniques a fortement diminué… la livre sterling a perdu de la valeur par rapport à l'euro. Et puis, personne ne sait exactement quand et comment la Grande-Bretagne quittera l'UE, et quelle sera la situation à l'entrée et à la sortie du pays.
Les Britanniques jouent donc la carte de la sécurité : même les pays hors de l'UE ont de belles plages !
 
Ce n’est pas une nouveauté. L’extrême droite gagne du terrain en Europe, et notamment en Slovaquie. Le parti d’ultra droite LSNS, "Notre Slovaquie" dispose de 13 députés au Parlement national depuis 2016. Ouvertement xénophobe, il surfe sur les thématiques sociales et la lutte anti-corruption.
Il est directement attaqué par le gouvernement qui l’accuse de fascisme. Joignant la parole aux actes, le ministre de la Justice y est allé franco. Il a demandé la dissolution du parti devant la Cour suprême. Mais la Cour a jugé que son argumentation n’était pas suffisamment "étayée".
Difficile d’interdire un parti populaire. Selon un sondage national réalisé avant le verdict, 27% des Slovaques ne seraient pas dérangés par un gouvernement soutenu par ce parti d’extrême droite.
 
C’est une défaite pour les opposants à l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada. La Cour de Justice de l’Union européenne a jugé que les tribunaux d’arbitrage privés inclus dans cet accord sont compatibles avec le droit européen.
Pour vous expliquer le fond de l’affaire, ces tribunaux d’arbitrage permettent à une entreprise d’attaquer en justice un État parce qu’elle se sent lésée de manière directe ou indirecte. On les retrouve déjà dans de nombreux accords bilatéraux entre les États.
C’est d’ailleurs ce qui a permis à la société néerlandaise Achmea de demander à la Slovaquie 20 millions d’euros de dédommagement pour avoir ouvert son marché de l’assurance maladie à la concurrence étrangère puis avoir fait volte-face.
Maintenant, les États réfléchissent à deux fois avant de légiférer pour ne pas avoir ensuite à payer. Les opposants au CETA et aux autres accords de libre-échange craignent la généralisation de cette pratique et la mise en place d’une justice parallèle favorable aux multinationales au niveau européen.
La justice de l’Union européenne a donc tranché. En droit, rien n’empêche leur création. Les multinationales européennes et canadiennes peuvent donc enfin dormir sur leurs deux oreilles.

Au fait, le seul pays européen où l’on peut manger, boire, fumer et vapoter sans problème… c’est l’Allemagne. Ça pourrait donner envie de passer outre-Rhin, n’est-ce pas ?
 C’est en tout cas ce que dit une étude réalisée par des groupes de réflexion européens et nommé : le "Nanny-State-Index", soit l’Indice des états les plus moralisateurs.  
Et selon lui, la France est très moralisatrice. L’État français taxe beaucoup plus l’Alcool, le sucre et le tabac que les autres. Par exemple, il interdit la publicité pour le tabac à la télévision. Et les radios ont droit de les diffuser uniquement le soirMais les plus moralisateurs, ce sont les finnois qui battent tous les records de taxes.
À l’inverse, les Tchèques, les slovaques et les autrichiens peuvent se goinfrer à convenance. Tout comme les Allemands. Pas si sûre de vouloir les envier finalement.

  • Journaliste :
    • Anja Maiwald
    • Loreline Merelle
  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2019