Olivier Père

La Main du diable de Maurice Tourneur

Laissez-passer de Bertrand Tavernier consacre plusieurs scènes à La Main du diable de Maurice Tourneur, produit par Continental-Films en 1942 et sorti en 1943, sur lequel Jean-Devaivre était assistant-réalisateur. Devaivre a terminé le tournage du film, en raison de l’état de santé de Tourneur. C’est lui qui imagine le trucage de la main coupée dans le coffre, alors que le scénariste Jean-Paul Le Chanois ne souhaitait pas la montrer à l’écran. Le Chanois (de son vrai nom Dreyfus) était juif, communiste et résistant. Cela ne l’a pas empêché de travailler pour la Continenal. En effet, Greven ne va pas tarder à prendre des libertés avec les directives de Goebbels, qui voulait imposer aux Français des œuvrettes stupides, légères et apolitiques, pour se concentrer sur la qualité des films produits par la Continental. C’est la raison pour laquelle il n’hésitera pas longtemps à embaucher des scénaristes compétents tout en les sachant juifs, Henri Calef, Le Chanois) à condition qu’ils utilisent des prête-noms.

La Main du diable est un titre à part dans la production Continental, dans la mesure où il est réalisé par un cinéaste prestigieux au crépuscule de sa carrière, alors que Greven préférait employer des nouveaux talents comme Henri-Georges Clouzot ou André Cayatte. Tourneur avait déjà derrière lui de nombreux films muets réalisés en France et aux Etats-Unis lorsqu’il entreprend La Main du diable, adaptation moderne de la nouvelle La Main enchantée de Gérard de Nerval. Le film illustre un courant fantastique peu usité du cinéma français et s’avère une grande réussite esthétique, avec un soin particulier apporté aux jeux d’ombre et aux décors qui parviennent à créer une atmosphère onirique et inquiétante. La Main du diable, loin de divertir le public en ces temps de privation, se permet des allusions à la situation de la France en narrant les mésaventures d’un homme au destin tragique, victime de ses choix et d’un désir de gloire et de fortune qui le conduisent à pactiser avec le diable.

 

La Main du diable est diffusé sur ARTE lundi 3 janvier à 23h35. Nous vous conseillons la lecture de l’ouvrage de référence de Christine Leteux sur Maurice Tourneur paru dans l’excellente collection la muse celluloïd de l’éditeur La Tour Verte, Maurice Tourneur, réalisateur sans frontières, ainsi que Continental Films, cinéma français sous contrôle allemand, toujours par C. Leteux dans la même collection et tout aussi recommandable.

 

La Main du diable est disponible en DVD et Blu-ray, édité par Gaumont.

Catégories : Sur ARTE

2 commentaires

  1. Perrault Jerome dit :

    Un des plus beaux rôles de Fresnay. Je crois que le film a été diffusé pour la première fois au cinéma de minuit en 1977. Souvenir inoubliable pour un ado de l’époque.

  2. derouet dit :

    Une des plus belle réussite de la Continental-films comprenant une séquence expressionniste remarquable par sa grande créativité formelle .
    Un film rare d’apres une nouvelle de Gérard de Nerval la main enchantée.
    A noter que son fils Jacques Tourner réalise la meme année La féline autre grande réussite du cinema fantastique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.