Olivier Père

Le Lac aux oies sauvages de Diao Yinan

Quatrième long métrage de Diao Yinan après Uniform (2003), Train de nuit (2007) et Black Coal (Ours d’or à la Berlinale en 2014), Le Lac aux oies sauvages (Nan Fang Che Zhan De Ju Hui, 2019) est un étourdissant film noir aux couleurs fluorescentes. Diao Yinan met en scène un ballet de corps meurtris dans la nuit, une chasse à l’homme où se croisent flics, voleurs et prostituées. Avec une incroyable virtuosité, le cinéaste s’empare des codes du polar d’action pour composer une fresque où se mêle le passé et le présent, la violence et les sentiments. Diao Yinan se livre à d’infinis jeux d’ombre et de lumière, qui semblent inviter aussi bien les fantômes d’une Chine millénaire que les silhouettes survoltées de l’époque actuelle. Ce flux d’images tantôt poétiques, tantôt triviales navigue à travers les âges du cinéma chinois, entre hyper-réalisme et sublimation des corps et des mouvements. On le doit au génial directeur de la photographie Dong Jongsong, déjà responsable de l’incroyable tour de force visuel d’Un grand voyage vers la nuit de Bi Gan. Mais Le Lac aux oies sauvages n’est pas qu’un simple exercice de style qui s’étourdit de sa propre beauté. Le film s’inspire d’un fait-divers, mais puise aussi dans un source littéraire fondatrice de la culture chinoise : Au bord de l’eau, roman du XIVème siècle tiré de la tradition orale, qui relate les exploits de bandits en lutte contre la corruption du gouvernement et des hauts fonctionnaires de la cour de l’empereur. Le Lac aux oies sauvages s’inscrit donc, au même titre que Les Eternels de Jia Zhangke dans la tradition ancestrale du Jiang Hu (« rivières et lacs ») qui désigne les sociétés parallèles des brigands, combattants et chevaliers errants, de la dynastie Zhou jusqu’aux bas-fonds de la pègre contemporaine. Le gangster traqué par la police et en quête de rédemption du film de Diao Yinan est un lointain descendant de ces combattants de la Chine féodale, comme les flics et les membres de bandes rivales lancés à ses trousses. Transposés dans la banlieue de Wuhan, au centre de la Chine, les complots, stratégies, ruses et offensives obéissent aux ressorts dramatiques classiques de la haine, de la vengeance et de la trahison, mais aussi de l’amour. Ce vaste réseau de signes et de correspondances permet à Diao Yinan de dresser un tableau accablant de la Chine d’aujourd’hui, totalitaire et paranoïaque, en proie à un système généralisé de surveillance et de délation.  

Le Lac aux oies sauvages est disponible en VOD sur ARTE boutique, et en Blu-ray et DVD, édité par Memento Films.

 

Catégories : Actualités · Coproductions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.