Olivier Père

La Cicatrice intérieure de Philippe Garrel

La Cicatrice intérieure de Philippe Garrel avec Pierre Clémenti et Nico est le film du mois d’octobre d’ARTE Kino Sélection, disponible gratuitement sur ARTE.tv, la plateforme Festival Scope et la chaîne Youtube d’ARTE à partir du 1er octobre. Cette mise en ligne s’inscrit dans le cadre de l’hommage à Philippe Garrel sur ARTE.tv avec trois films (Marie pour mémoire, Le Lit de la vierge, L’Enfant secret), tandis que la Cinémathèque française programme toute l’œuvre du cinéaste jusqu’au 20 octobre.

La Cicatrice intérieure est un titre mythique du cinéma underground, fruit de l’aventure artistique menée à l’époque par Garrel et ses amis du groupe Zanzibar. Et pourtant, au-delà du folklore hippie véhiculé par le film, forcément daté, La Cicatrice intérieure, comme les autres films de Garrel des années 70, est un chef-d’œuvre en liberté capable d’envoûter chaque nouvelle génération de cinéphiles, un précurseur en errance et en angoisse des expériences contemporaines de Gerry ou The Brown Bunny. Le cinéma de Garrel, c’est avant tout la modernité au présent, des films voués à une éternelle jeunesse, réfractaires à l’embaumement muséographique, malgré leur proximité revendiquée avec la peinture, et pas n’importe laquelle (Ingres, Titien, Georges de La Tour).

En 1975, Philippe Garrel déclarait, à propos de La Cicatrice intérieure : « Il ne faut pas regarder La Cicatrice intérieure en se posant des questions, il faut le regarder juste par plaisir, comme l’on peut prendre plaisir à se promener dans le désert. Ce sont des traces avec ce qui ce passe dans ma tête au moment ou je tourne, cela ne peut être que des traces ou des jalons. »

La Cicatrice intérieure, tourné entre 1970 et 1972 aux quatre coins du monde, est le premier film de Philippe Garrel où apparaît Nico, la chanteuse du Velvet Underground. Figure centrale de La Cicatrice intérieure, Nico en compose la musique et les chansons, et improvise ses dialogues, en anglais et en allemand, sa langue natale que Garrel ne comprend pas. Au début du film, dans le même désert où Stroheim tourna les derniers plans des Rapaces, Philippe Garrel et Nico, couple à l’étrange accoutrement médiéval, se livrent à une errance immobile. Lors d’un fameux plan séquence, Philippe Garrel tourne en rond autour de Nico tandis qu’elle se tient prostrée, pleurant, criant, étouffant et suppliant.

Si pour Garrel le bonheur est dans la création, ses films ne sont pas dans les années 70 des films sur le bonheur. La Cicatrice intérieure, magnifique film poème, est le film désert par excellence. Dans des paysages arides, brûlants ou glacés, Garrel y soustrait beaucoup pour ne garder que l’essentiel : la beauté, la pureté, mais aussi la souffrance. La Cicatrice intérieure, avec ses faux airs d’Heroic Fantasy sous acide, montre la détresse d’une génération et la vie d’un couple, entre incompréhension, fusion et expérience des limites. C’est aussi un film de bande, de communauté impossible, où Garrel met en scène femme, amis et enfants. 

 

 

 

 

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *