Olivier Père

Que la bête meure de Claude Chabrol

ARTE poursuit sa redécouverte de l’œuvre de Claude Chabrol à travers ses meilleurs films avec la diffusion lundi 3 juin à 20h55 de Que la bête meure (1969). Le film sera également disponible gratuitement en télévision de rattrapage sur le site d’ARTE pendant sept jours. Dans Que la bête meure, Claude Chabrol s’intéresse au thème de l’abjection et à la question du meurtre, décliné sous différentes formes. Le cinéaste s’amuse à malmener une situation de départ extrêmement forte, empruntée à un roman policier anglais publié en 1938 de Nicholas Blake, pseudonyme de Cecil Day-Lewis, le père de l’acteur Daniel Day-Lewis. Un jeune garçon rentrant d’une partie de pêche pendant ses vacances est renversé sur la place d’un village par un chauffard qui prend la fuite. Après une période de dépression, le père de la victime jure de venger son fils. Il se lance dans longue enquête solitaire pour retrouver le criminel. Au duo antagoniste formé par l’assassin et son bourreau se superposent deux autres figures, celles de leurs enfants : la présence fantôme du petit garçon tué et celle du fils du chauffard, potentiellement parricide. Ainsi, Que la bête meure n’est pas seulement l’histoire d’une vengeance impossible, mais celle d’un double transfert. Le personnage joué par Jean Yanne est un salaud immonde que le film et son interprète parviennent à humaniser, tandis que le père meurtri, métamorphosé en justicier, adopte une attitude de plus en plus cynique et perverse au cours de sa quête vengeresse. Très influencé par Fritz Lang, Que la bête meure est l’un des chefs-d’œuvre de Chabrol. Il constitue l’un des points culminants de sa riche collaboration avec le scénariste Paul Gégauff et le producteur André Génovès, auxquels il faudrait aussi ajouter le directeur de la photographie Jean Rabier et le compositeur Pierre Jansen. Parmi les grands films de Chabrol de cette période faste, c’est aussi l’un de ses titres les plus foisonnants et baroques, dans lequel l’humour noir côtoie la pure tragédie.

Michel Duchaussoy et Jean Yanne dans Que la bête meure de Claude Chabrol

Michel Duchaussoy et Jean Yanne dans Que la bête meure de Claude Chabrol

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *