Olivier Père

L’Ile sanglante de Michael Ritchie

Dans les années 70 et 80, Michael Caine enchaine à un rythme stakhanoviste des productions commerciales à Hollywood. Au sein de cette période particulièrement prolixe de sa carrière, où il accepte un peu tout et n’importe quoi, l’acteur britannique participe à des films de genre très étranges. En 1980, il va en effet enchaîner les tournages de L’Ile sanglante de Michael Ritchie, Pulsions de Brian De Palma et La Main du cauchemar de Oliver Stone.

L’Ile sanglante (The Island) est un film d’aventures violent et spectaculaire adapté d’un roman de Peter Benchley, l’auteur des Dents de la mer spécialisé dans les thrillers maritimes. Dans la région du triangle des Bermudes, des touristes sont massacrés par d’étranges pirates. Un journaliste new yorkais, parti enquêter en Floride sur de mystérieuses disparitions de bateaux dans les mers des Caraïbes, est capturé avec son jeune fils par une bande de boucaniers modernes aussi sanguinaires que leurs aïeux. Le film de Michael Ritchie surprend par la cruauté sanguinaire des premières attaques des pirates, avec des effets gore dignes d’une série B horrifique. La mauvaise réputation du film s’explique essentiellement par le caractère invraisemblable de nombreuses situations. C’est aussi ce qui lui confère ses qualités de récit fantastique. Nous sommes plongés dans une histoire feuilletonesque où tout est possible, y compris l’existence d’une communauté de pirates coupée du monde sur une île et qui vit et parle comme au XVIIIème siècle. L’absence de cohérence de l’ensemble et la multiplication des rebondissements sont dignes d’un sérial. Sans trop dévoiler l’intrigue, Michael Caine armé d’une mitrailleuse lourde commet à lui tout seul un massacre qui rendrait jaloux William Holden dans La Horde sauvage. Le cinéaste Michael Ritchie applique au film d’aventures le même traitement « pulp » qu’à son polar Carnage (Prime Cut) réalisé en 1972 : outrance, humour noir et ambiance cauchemardesque. Ritchie s’empare du livre de Benchley et imagine un univers de bande dessinée pour adultes, peuplé de personnages inquiétants, avec des passages insolites – une séance de torture à la méduse géante !

La part la plus sérieuse du film concerne la relation entre le personnage de journaliste divorcé interprété par Michael Caine et son jeune fils. Au début de leur week-end prolongé en Floride, Caine constate le goût des armes du garçon, typique d’une culture archaïque américaine, réactualisé par le climat d’insécurité de la société moderne. Les prédispositions à la violence de l’enfant vont pouvoir s’épanouir au contact des pirates, prêts à l’accueillir dans leur utopie libertaire soudée par des lois cruelles et des coutumes sanguinaires. La tentative de commentaire sur le choc des civilisations et la critique de l’image paternelle tournent court, mais L’Ile sanglante assume son statut de divertissement excentrique, avec un Michael Caine qui conserve son flegme légendaire dans les situations les plus extrêmes.

Film disponible en combo DVD et Blu-ray chez Elephant, dans sa collection dédiée au cinéma fantastique américain moderne.

Michael Caine dans L'Ile sanglante de Michael Ritchie

Michael Caine dans L’Ile sanglante de Michael Ritchie

Catégories : Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *