Olivier Père

Massacre à la tronçonneuse 2 de Tobe Hooper

Massacre à la tronçonneuse 2 (The Texas Chainsaw Massacre 2, 1986) est la suite du film le plus célèbre de Tobe Hooper, titre emblématique du cinéma d’horreur moderne. Il fut produit lorsque le cinéaste texan était sous contrat avec la Cannon, compagnie indépendante qui connut son heure de gloire dans les années 80, fournissant à tour de bras des films en haute teneur en excentricité.

Massacre à la tronçonneuse 2 souffrit des habituels problèmes de budget des productions Cannon et Tobe Hooper, malgré sa carte blanche, fut obligé de réduire ses ambitions. Le film fut préparé dans la précipitation et largement réécrit sur le tournage, avec la complicité inattendue de L.M. Kit Carson, scénariste de Paris, Texas. Hooper saisit l’opportunité offerte par cette suite pour expliciter la dimension comique du premier film, occultée par le scandale provoqué par sa violence. Hooper et Carson s’engagent sur une voie satirique, et brocardent le libéralisme et le triomphalisme des années Reagan. L’un des tueurs fous est un vétéran du Vietnam, avec un énorme trou dans le crâne comblé par une plaque de métal. Les deux premières victimes de la famille de dégénérés sont des « yuppies » débiles en virée, tandis que Drayton le cuisinier, spécialiste du chili con carne à la viande humaine, peste contre la grande distribution et prend la défense de la gastronomie artisanale. Malgré ses aspects rigolards, cette suite reste terrifiante et dérangeante. Le film ne lésine pas sur les scènes sanguinolentes, parfois d’un sadisme inouï et lourdement sexuées. Il offre une plongée extrêmement malsaine dans un sous-monde cauchemardesque, avec une galerie de personnages monstrueux, moralement et physiquement hideux. En Texas Ranger à la poursuite de la tribu cannibale, Dennis Hopper y trouve un de ses rôles les plus déments. Il déclara hors promotion que Massacre à la tronçonneuse 2 était le pire film de sa carrière. A sa décharge, c’était avant son apparition dans Palermo Shooting de Wim Wenders. Diversement accueilli au moment de sa sortie, car plus parodique que le premier opus et baignant dans un mauvais goût écœurant, le film a été depuis réhabilité par les admirateurs de Tobe Hooper et contient de purs moments de folie et d’horreur dignes du Crocodile de la mort et de Massacres dans le train fantôme. Avec son décor Luna Park souterrain rempli de guirlandes électriques et de constructions macabres, ses éclairages rougeoyants et ses acteurs hystériques, c’est d’ailleurs à ces deux films que se rattache ce carnavalesque Massacre à la tronçonneuse 2, davantage que le « classique » de 1974.

Edition Collector en combo Blu-ray/DVD disponible à la vente chez Le Chat qui fume.

Massacre à la tronçonneuse 2 de Tobe Hooper

Massacre à la tronçonneuse 2 de Tobe Hooper

Catégories : Actualités

3 commentaires

  1. ballantrae dit :

    Il est curieux celui-là! Pas un chef d’oeuvre contrairement au précédent mais sacrément curieux et poisseux, inscrit dans tous les mauvais goûts des 80′ des couleurs aux yuppies, du nationalisme reaganien aux musiques…tout y est critiqué de manière dévastatrice!
    Tobe Hopper était d’une génération incroyable…et dire qu’ils sont presque tous partis à l’exception de Carpenter et Argento en Italie. Bizarre de voir disparaître tous ces cinéastes qui ont signifié notre zone interdite des années adolescentes avec la délectation de l’interdit…

  2. MB dit :

    Cher Olivier, c’est une critique pour ou une critique contre? à voir avec un sac vomitif?
    Le 1 est un chef d’oeuvre pour lequel ils avaient fourni un effort grandiose pour les décors et accessoires. EATEN ALIVE/LE CROCODILE DE LA MORT (titre français nul et rigolo) était très drôle: pourquoi tous ces touristes n’allaient-ils pas se loger au Holiday Inn le plus proche au lieu d’aller se coller dans le motel cracra (papiers peints suintants à tous les murs) de Neville Brand qui en plus les recevait très mal car se sentant toujours dérangé dans ses très prenantes occupations de soins animaliers?

    • Olivier Père dit :

      POUR ! Plus proche du Crocodile de la mort que du premier Massacre. Du Grand-Guignol vraiment cradingue. Le sac à vomi est une option valable. ça m’avait glacé le sang quand je l’avais vu en salle à sa sortie. Le revoir n’a pas été une mince affaire. Toujours aussi branque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *