Olivier Père

ARTE Kino Festival 3

Festival de cinéma numérique européen créé en 2016 par ARTE et Festival Scope, ArteKino Festival propose, pour sa troisième édition du 1er au 31 décembre 2018, de découvrir 10 longs métrages européens, disponibles en 10 langues*, dans 45 pays. Au total, 50 000 visionnages seront proposés aux internautes européens qui pourront voter pour le Prix du Public. Ce prix, d’un montant de 30 000 € répartis entre le réalisateur et le vendeur international du film lauréat, incitera à distribuer le film plus largement sur de nouveaux territoires.

Les internautes pourront à leur tour gagner par tirage au sort un voyage au Locarno Festival.

ArteKino Festival a sélectionné dix films représentatifs de l’éclectisme et de l’audace de la nouvelle production cinématographique européenne. Nous nous avons mis l’accent cette année sur les nouveaux talents, avec des premiers longs métrages ambitieux et des films qui confirment l’importance de jeunes auteurs.

Ces dix films sont tous inédits en France en salles, et la plupart n’ont pas été distribués commercialement non plus dans les autres territoires européens, en dehors de leur pays d’origine.

Les films seront disponibles gratuitement sur le site artekinofestival.com et sur les applis ArteKino et Google Play.
A partir de janvier 2019, le site artekinofestival.com proposera de découvrir gratuitement un nouveau film européen tous les mois, inédit ou choisi parmi la production récente.

ArteKino Festival a reçu le soutien de Europe Créative, programme Media de l’Union européenne.

* Les 10 langues proposées sont les 6 langues déjà disponibles sur l’offre ARTE Europe (français, allemand, anglais, italien, espagnol et polonais) enrichies cette année de l’ukrainien, le roumain, le hongrois et le portugais.

 

Les 10 films de l’édition 2018 :

 

24 weeks (24 Wochen)

de Anne Zohra Berrached

Allemagne, 2016, 103’ 

Astrid, une humoriste de cabaret enceinte de six mois, apprend que son bébé est handicapé. Soutenue par son mari Markus, la jeune femme doit prendre une décision mais a très peu de temps pour le faire. Perdue, bouleversée, Astrid n’est plus capable d’agir.

 

Flesh Memory

de Jacky Goldberg

France, 2018, 60’, essai documentaire.

Finley Blake est «cam girl» : elle gagne sa vie en faisant de l’exhibition sexuelle sur internet, devant sa webcam. Elle a 33 ans, vit seule dans une maison isolée à Austin, au Texas, et tente de récupérer la garde de son fils qui lui a été retirée du fait de sa profession. Flesh Memory est un documentaire qui la suit quelques jours dans sa vie, à la fois solitaire et très peuplée.

 

For Some Inexplicable Reason (Van valami furcsa és megmagyarázhatatlan)

de Gábor Reisz – 1er film

Hongrie, 2014, 96’ 

Áron est un garçon de 29 ans un peu bizarre. Il a beaucoup de complexes, vient de finir ses études universitaires et sa copine l’a quitté. Il dépend financièrement de ses parents, cherche un emploi et souffre de son amour perdu. Il semble subir sa vie…

 

Il cratere

de Silvia Luzi et Luca Bellino (photo en tête de texte)

Italie, 2017, 93’

Le cratère est un lieu négligé, sombre et constamment plongé dans le bruit. Rosario tient un stand dans les foires de village, il donne une peluche à quiconque tire le bon numéro. Il a déclaré la guerre à sa propre destinée à travers le corps adolescent de sa fille Sharon qui est jolie et sait chanter. Elle est son arme de survie, sa réussite devient une obsession. Premier long métrage de fiction du couple de documentaristes Silvia Luzi et Luca Bellino.

 

L’animale

de Katharina Mückstein

Autriche, 2018, 100′

Mati et sa bande de copains font des courses de vélo, embêtent le voisinage et harcèlent les filles. Ils font la loi dans leur village. Quand Sebastian, le meilleur ami de Mati, tombe amoureux d’elle, Carla, son ancienne ennemie, devient son amie. Mais Mati risque de la perdre si elle continue de traîner avec les garçons. Pendant ce temps, les parents de Mati ont une décision à prendre : qu’est-ce qui importe le plus, les apparences ou la réalité ?

 

Le Ciel flamand

de Peter Monsaert

Belgique, 2016, 112′

Monique exploite, avec sa fille Sylvie, une maison close au bord d’une route nationale
à la frontière franco-belge. Eline, la fille de six ans de Sylvie, est fascinée par ce lieu mystérieux, mais s’en voit constamment refuser l’accès. Le jour de son anniversaire, elle décide de braver l’interdit et d’y entrer.

 

Mug (Twarz)

de Malgorzata Szumowska

Pologne, 2018, 91’
Ours d’argent – Berlinale 2018. 

Un ouvrier, suite à un accident sur un chantier, a le visage tellement abîmé qu’il nécessite une lourde opération de chirurgie reconstructrice. Il revient dans sa communauté rurale, il est méconnaissable – avec les effets que cela va avoir sur ses proches.

 

Pin Cushion

de Deborah Haywood – 1er film

Royaume-Uni, 2017, 82’

Comme un sombre conte de fées basé dans le Derbyshire, Pin Cushion raconte l’histoire de Lyn et de Iona, mère et fille qui arrivent dans une petite ville pour commencer une nouvelle vie. Tandis que Iona, avec sa beauté délicate, ne semble pas touchée par les conventions de la vie moderne et devient populaire, sa mère Lyn a du mal à se faire des amis.

 

Pity

de Babis Makritis

Grèce, 2018, 97’ 

C’est l’histoire d’un homme qui se sent heureux uniquement quand il est malheureux. Il est dépendant de la tristesse et a tellement besoin d’être plaint qu’il est prêt à tout pour être consolé. Mais le monde n’est pas assez cruel pour lui.

 

Those Who Are Fine (Dene wos guet geit)

de Cyril Schäublin – 1er film

Suisse, 2017, 71’ 

Alice travaille dans un centre d’appel des environs de Zurich, où elle vend des abonnements à internet et des contrats d’assurance à des inconnus à l’autre bout du
fil. En sortant du travail, elle marche dans la ville, où tout semble fonctionner sans problème. Inspirée par son activité professionnelle, elle appelle des grands-mères isolées en prétendant être leur petite-fille et avoir urgemment besoin d’argent. Alors qu’elle fait rapidement fortune grâce à son arnaque, le film dépeint et explore différents lieux de la ville de Zurich et y brosse le portrait de diverses personnes, toutes curieusement liées aux actions d’Alice.

Le festival est accessible sur ARTE.tv ou directement sur artekinofestival.com 

 

 

 

Catégories : Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *