Olivier Père

Les Sorcières de Salem de Raymond Rouleau

ARTE diffuse Les Sorcières de Salem (1957) lundi 4 juin à 22h35. On pourra aussi le voir en télévision de rattrapage sur le site d’ARTE pendant sept jours, gratuitement. Il est également disponible en combo DVD Blu-ray depuis le 29 mars 2017, édité par Pathé, en version restauré en 2K à partir du négatif original. Longtemps invisible, le film de Raymond Rouleau a donc refait surface récemment, à la faveur d’un regain d’intérêt pour le cinéma patrimonial français. Les Sorcières de Salem n’est pourtant pas un film français comme les autres, et il se distingue par son ambition hors du commun. Adaptation par Jean-Paul Sartre (d’après la traduction de Marcel Aymé) de la pièce de Arthur Miller « The Crucible », créée à Broadway en 1953, puis jouée en France en 1955, le film réemploie les principaux protagonistes de la version théâtrale française : Raymond Rouleau à la mise en scène, Yves Montand et Simone Signoret dans les rôles principaux. La principale modification concerne le personnage d’Abigail, interprétée par Nicole Courcel à la scène, remplacée par Mylène Demongeot à l’écran. On peut regretter cette décision (Nicole Courcel est une excellente comédienne et elle avait brillé sur le planches) mais la débutante Mylène Demongeot est sûrement l’actrice qui attire le plus l’attention dans le film de Rouleau. Moins expérimentée de Courcel, Mylène Demongeot, dont c’est la première apparition notable au cinéma, apporte sans doute une sensualité immédiate et une spontanéité appréciable dans une œuvre un peu trop inféodée à sa source théâtrale. La pièce de Miller s’inspirait d’une histoire vraie – un procès en sorcellerie dans la ville de Salem, Massachusetts, en 1692 – pour proposer une allégorie du maccarthysme. A trois siècles d’intervalle, les Etats-Unis étaient de nouveau en proie au fanatisme, à la délation, à l’hystérie collectives et à des peurs irrationnelles qui déchiraient les Américains entre eux, avec des victimes dont la vie fut brisée, accusées sans preuve par l’opinion publique et des représentants impartiaux de la justice. La petite communauté de Salem, sous l’égide du clergé protestant ultra puritain, est le théâtre d’un drame où les différents politiques et religieux entre habitants et les tensions sexuelles inavouables se règlent hypocritement en convoquant le diable et la sorcellerie. Œuvre étendard de la gauche américaine et européenne des années 50, Les Sorcières de Salem devient au cinéma l’une des quatre coproductions entre la France et la République Démocratique d’Allemagne, au travers du studio d’état DEFA. Les trois autres étaient des productions d’aventures historiques réalisées par des cinéastes sympathisants ou membres du parti communiste : Les Aventures de Till l’espiègle de Gérard Philipe, Les Misérables de Jean-Paul Le Chanois et Les Arrivistes de Louis Daquin. On imagine que la RDA accueillit avec bienveillance un projet qui présentait la religion – et les Etats-Unis – sous un aspect guère flatteur.

Film sur un sujet américain, tourné et interprété par des français, dans des extérieurs et des studios en Allemagne de l’Est, Les Sorcières de Salem restitue la puissance de la pièce de Miller. Raymond Rouleau est davantage apprécié pour son travail théâtral que pour sa carrière de cinéaste. Les quelques films qu’il a réalisés n’ont pas laissé beaucoup de trace. Les Sorcières de Salem demeure son film le plus célèbre, même si Arthur Miller s’opposa longtemps à son exploitation commerciale, d’abord parce qu’il préparait lui-même une nouvelle adaptation cinématographique dans les années 90 (avec son gendre Daniel Day-Lewis), ensuite parce qu’on le suspecte d’avoir empêché la diffusion du film en raison de la présence d’Yves Montand, amant notoire de Marilyn Monroe lors de son séjour à Hollywood, au générique. On reprocha à Rouleau une certaine grandiloquence dans sa version cinématographique, qui se concentre sur le jeu et les dialogues très théâtraux. Les scènes de (fausses) possessions annoncent celle d’un autre film qui lui aussi s’inspirait de faits réels et d’un matériau littéraires pour étudier et dénoncer les liens entre l’Eglise, la politique et la frustration sexuelle, et stigmatiser l’intolérance, le fanatisme et l’hypocrisie : Les Diables (The Devils, 1971) de Ken Russell, dont l’action se déroule en France dans la première moitié du XVIIème siècle.

Yves Montand et Mylène Demongeot dans Les Sorcières de Salem de Raymond Rouleau

Yves Montand et Mylène Demongeot dans Les Sorcières de Salem de Raymond Rouleau

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *