Olivier Père

Le Dossier Odessa de Ronald Neame

ARTE diffuse lundi 16 avril à 20h50 Le Dossier Odessa (The Odessa File) réalisé en 1974 par Ronald Neame entre deux films catastrophe, L’Aventure du Poséidon (1972) et Meteor (1979). Le Dossier Odessa annonce avec quelques années d’avance d’autres thrillers d’espionnage sur le thème de la traque de criminels de guerre nazis cachés sous de fausses identités, Marathon Man (1976) et Ces garçons qui venaient du Brésil (1978).

Le film de Neame, adapté du roman homonyme de Frederick Forsyth paru en 1972, s’inspire de faits réels et de personnages historiques. Le sigle Odessa désigne l’organisation des anciens membres de la SS. Si cette société secrète est une invention de l’auteur, elle recoupe le phénomène bien réel des filières d’exfiltration de criminels nazis après 1945 vers le Moyen-Orient ou l’Amérique latine.

Le célèbre chasseur de nazis Simon Wiesenthal est interprété par un acteur dans deux scènes du Dossier Odessa. Il est également crédité au générique comme conseiller documentaire. Quant à l’officier SS Eduard Roschmann, joué par Maximilian Schell, il a réellement existé et était surnommé le boucher de Riga, responsable de l’assassinat de milliers de Juifs. Ces cautions historiques, et certaines inscriptions temporelles – le film débute par l’annonce à la radio de la mort de John F. Kennedy le 22 novembre 1963, et contient des flash-backs en noir et blanc situés pendant la guerre – donnent au Dossier Odessa un certain cachet réaliste dilué dans une intrigue aux multiples rebondissements.

Cette prise de conscience tardive par un jeune journaliste cynique de l’horreur nazie apparaît d’abord comme naïve – nous sommes en 1963 – avant d’être tempérée par un coup de théâtre final. Récit d’une traque et d’une vengeance au dénouement imprévisible, Le Dossier Odessa explore les zones d’ombre de la République fédérale d’Allemagne. Derrière les succès économiques et diplomatiques du chancelier Adenauer, survivent les inquiétants nostalgiques du nazisme, dissimulés sous de fausses identités. Le film reproduit bien l’ambiance de la RFA en plein boom mais frappée d’amnésie collective. Il bénéficie de la participation en tueur patibulaire de Klaus Löwitsch, acteur allemand vu chez Fassbinder mais aussi familier des productions anglo-saxonnes tournées en RFA comme Croix de fer et sa suite La Percée d’Avranches.

Jon Voigt dans Le Dossier Odessa de Ronald Neame

Jon Voigt dans Le Dossier Odessa de Ronald Neame

 

 

 

 

 

 

Catégories : Sur ARTE

3 commentaires

  1. Josebic Ernesthecheguevara dit :

    Je ne connaissais pas ! Je regarderai ça ! Belle programmation, encore une fois !

    Quid de la prestation de Jon Voight dans ce film ? Je le trouve sous-estimé comme acteur, alors qu’il a souvent été immense dans des films parfois négligés… (ex : Runaway Train)

    • olivierpere dit :

      Il est bien. Du pur Jon Voight avec ce charisme un peu fade qui correspond au personnage, dont la blondeur aryenne n’est pas étrangère au déroulement de l’action. Il est crédible en Allemand même si le film est tourné en anglais. Runaway Train est un très grand film sous-estimé en effet dans lequel Voight se livre à une prestation assez monstrueuse. Dans Le Dossier Odessa c’est Max Schell qui cabotine comme un forcené.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *