Olivier Père

ARTE Kino Festival : Safari de Ulrich Seidl

Cinéaste de la provocation et de l’inconfort, Ulrich Seidl est d’abord un grand documentariste, un essayiste du cinéma. Son projet repose sur un principe esthétique qui correspond à son désir de montrer ce que l’on ne veut ou ne peut généralement pas voir : la frontalité. Seidl pense ses films en tableaux, natures mortes, portraits silencieux ou parlants dans lesquels le cinéaste privilégie des compositions symétriques.

Son style colle particulièrement à son nouveau film Safari, qui met en scène une série de trophées : trophées de chasse exhibés et collectionnés par ces amateurs de gros gibier, et les chasseurs eux-mêmes épinglés par l’entomologiste Seidl dans ses plans en forme de boîte.

Le film donne la parole à des touristes autrichiens et allemands qui vont en Afrique du sud ou en Namibie, en couple ou en famille, pour gouter au grand frisson du safari, autorisés à tuer des animaux de la savane. Seidl expose une réalité – la démocratisation de la chasse de gros gibier en Afrique grâce à des fermes d’animaux gérées par des Blancs – qui souligne les relations entre tourisme et néocolonialisme, avec un racisme latent ou assumé, tel celui que l’on retrouve dans les propos d’un organisateur allemand de safaris.

Plus profondément, Seidl explore la fascination pour la mort et le sentiment d’impunité de ces blancs occidentaux en quête d’émotions fortes sur le continent africain. Ils pensent faire partie d’une société d’élus, autorisés à donner la mort à des animaux dans des combats inégaux et au suspens artificiellement entretenu. Leur pseudo philosophie de guerriers appartenant à la race supérieure, exprimée en toute franchise et sans aucun complexe, exhale les relents d’une idéologie nauséabonde qui n’appartient malheureusement pas qu’au passé. Au-delà des fantômes du nazisme dont Seidl ne cesse d’enregistrer la survivance au sein de la société et des mentalités autrichiennes, le cinéaste plonge ici dans les zones les plus sombres de la psyché humaine. La parole libère dans Safari des désirs de meurtre qui sont aussi des fantasmes de sexe. Le meurtre d’un animal devient pour le jeune homme un rite de passage vers la virilité, adoubé par son père présent à ses côtés qui le félicite pour avoir « bien tiré. »

La manière dont les femmes, épouses ou filles, décrivent les émotions procurées par la chasse renvoie directement au lexique de la jouissance sexuelle. Il est évident que le meurtre d’un zèbre ou d’une girafe leur apporte un plaisir comparable à un orgasme. Leur excitation est visible, et difficilement contrôlable, devant la caméra de Seidl, juste avant d’appuyer sur la gâchette ou en contemplant le cadavre de l’animal, préparé pour une macabre photo souvenir. En coulisse, les employés africains se coltinent le sale boulot, et entretiennent une relation véritable, beaucoup plus profonde avec l’animal mort : son dépeçage méthodique, ce qui prend des proportions dantesques lorsqu’il s’agit d’un animal aussi imposant qu’une girafe. Safari s’inscrit ainsi dans la continuité de Sous-sols, le précédent documentaire de Seidl qui s’intéressait à la vie cachée des banlieusards autrichiens dans les caves de leurs pavillons. Ici les pulsions de sexe et de mort s’assouvissent au grand air, sous le soleil africain, et pourtant toujours loin des regards des voisins. Mais Seidl est encore là pour les filmer. Il ne lâche pas son sujet.

Safari de Ulrich Seidl

Safari de Ulrich Seidl

 

 

Safari de Ulrich Seidl fait partie des dix films européens sélectionnés à l’occasion de la première édition de ARTE Kino Festival, accessible sur le site

www.artekinofestival.com

 

ARTE Kino Festival a démarré hier, et se poursuivra jusqu’au 9 octobre. Pour l’instant il ne reste plus de places disponibles pour Safari en France. Certaines le redeviendront dans la matinée du 5 octobre. Les réservations ne sont pas complètes sur les autres territoires européens.

 

Aucune date de sortie de Safari dans les salles françaises n’est encore fixée.

Safari sortira en Suisse germanophone le 8 décembre 2016 et en Suisse francophone début 2017, distribué par Outside the Box. Sa sortie est également prévue en Allemagne et en Autriche.

 

 

Catégories : Actualités · Coproductions

4 commentaires

  1. Regnault dit :

    Très beau film/documentaire réalisé avec une grande maîtrise… Le sujet est pourtant difficile… Bel article.
    Personnellement, et en tant festivalier, il s’agit de mon coup de cœur!
    Avez-vous vu « La fête sauvage » de Frédéric Rossif? Sans doute le meilleur antidote pour faire face à cette pulsion que rencontre ces personne(ages) cherchant à tout prix à appuyer sur la gâchette.
    https://youtu.be/mIa33vFT8qE
    Musique par Vangelis.
    À noter aussi le livre « The end of the game » par Peter Beard, beau manifeste exposant les enjeux de ce genre de safari.
    Pour ce qui est du documentaire Arte dont je vous ai parlé, voici l’extrait
    https://youtu.be/bjOMbbnXZik
    Surplus d’enthousiasme devant cette œuvre remarquable présente dans le Kino Festival. Je croise les doigts pour sa récompense…

    • olivierpere dit :

      Merci! Et merci pour les images en bonus, hallucinantes. Non pas vu La Fête sauvage. Je vous conseille aussi ROAR !

      • Regnault dit :

        J’ai vu « Roar » hier. Assez génial d’avoir réussi à convoquer autant de bêtes de cette manière. Certaines scènes sont mémorables (l’arrivée de la famille dans la maison par exemple). J’aurais aimé avoir une version avec un making-of. Étonnant de découvrir après visionnage qu’il s’agit du seul film de Noel Marshall, le producteur de « L’Exorciste ». Il aurait facilement pu récidiver…(?)
        Mystère.
        Merci pour le conseil.

        • olivierpere dit :

          C’est un film complètement dingue dans la mesure où il a coûté une fortune, sans aucun souci de rentabilité. Il a été réalisé en dehors de toutes les règles élémentaires de sécurité et de production, sur plusieurs années. Le making of et le film lui-même se mélangent déjà dans le résultat final. C’est sans doute en raison de son coût exorbitant pour un flm indépendant, et des nombreux accidents graves survenus sur le tournage que Marshall n’a pas récidivé.
          Il a fait ce film par passion pour les fauves et pour laisser une trace de son mode de vie excentrique.

          J’en parlais ici http://www.arte.tv/sites/ol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *