Olivier Père

Un cœur pris au piège de Preston Sturges

ARTE diffuse Un cœur pris au piège (The Lady Eve, 1941) de Preston Sturges lundi 29 août à 23h35.

Troisième long métrage de Sturges, Un cœur pris au piège est considéré comme l’une des derniers grands titres de la « Screwball Comedy », soit le genre de la comédie loufoque et sophistiquée qui avait triomphé dans les années 30 – voir L’Impossible Monsieur Bébé de Howard Hawks auquel le film de Sturges emprunte quelques traits.

Sur les thèmes classiques de la guerre de sexes et de l’imposture, Un cœur pris au piège est un régal de charme et d’esprit. Si Henry Fonda est amusant dans le rôle d’un héritier benêt et maladroit, qui préfère la compagnie des serpents à celle des humains, Barbara Stanwyck est magnifique en arnaqueuse à l’inépuisable bagou qui jette son filet sur cette proie facile mais finit par tomber amoureuse de sa victime. Un cœur pris au piège permet d’admirer une nouvelle fois Barbara Stanwyck, actrice géniale autant à l’aise dans le drame que la comédie, et dont la filmographie est l’une des plus belles de Hollywood. Barbara Stanwyck déploie un humour irrésistible dans ce rôle à facettes où elle prend l’identité d’une aristocrate anglaise, dans la seconde partie du film, pour berner son nigaud de milliardaire, qui est le seul à n’y voir que du feu. Réalisé au début des années 40, Un cœur pris au piège rappelle toute la sensualité et l’érotisme dont étaient capables les meilleurs comédies américaines, avec des cinéastes et des scénaristes passés maîtres dans l’art de la suggestion.

Henry Fonda dans Un coeur pris au piège de Preston Sturges

Henry Fonda dans Un coeur pris au piège de Preston Sturges

 

 

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *