Olivier Père

L’Incompris de Luigi Comencini

ARTE diffuse L’Incompris (Incompreso, 1967) de Luigi Comencini lundi 22 août à 20h55.

Il existe dans l’œuvre protéiforme de Comencini un sous ensemble admirable constitué de films sur l’enfance. Le plus célèbre est sans doute le très émouvant Incompris, qui continue de faire couler des torrents de larmes près de cinquante ans après sa réalisation. L’émotion incontrôlable suscitée par le film est indissociable de son analyse politique, qui fustige la froideur et la rigidité des classes dominantes. L’histoire se situe dans la grande bourgeoisie – le père des deux enfants est le consul du Royaume-Uni à Florence – et décrit un univers clos où l’opulence, la culture, les civilités et les conventions sociales ont pris le dessus sur l’amour et les relations naturelles, mélange de tendresse, de protection et d’autorité, qui unissent des parents à leur progéniture. Un monde où la spontanéité, la maladresse et la fragilité enfantines n’ont aucune place. Comencini est souvent parvenu à insuffler un message politique assez subtil au sein du cinéma italien commercial et de ses genres populaires. Ses grandes réussites en témoignent : comédie (L’Argent de la vieille), enquête policière (La Femme du dimanche) ou conte (Les Aventures de Pinocchio). L’Incompris est un mélodrame familial, qui s’ouvre et se conclut sur deux deuils déchirants, dont le scandale ouvre une béance inguérissable. Pourtant Comencini n’exploite jamais les ficelles lacrymales au profit d’une émotion factice, et s’emploie à décrire l’incompréhension d’un père envers son fils aîné, son incapacité à saisir sa détresse et à lui exprimer sereinement son amour et son soutien lors de la plus douloureuse des épreuves. Le raffinement extrême de la mise en scène et de la photographie en couleur de Armando Nannuzzi, qui subliment la tranquille beauté de la capitale toscane, ne font qu’accentuer la cruauté de l’histoire.

L'Incompris de Luigi Comencini

L’Incompris de Luigi Comencini

 

PS : Tamasa a réédité cet été l’excellent La Femme du dimanche (La donna della domenica, 1975) de Luigi Comencini, avec Marcello Mastroianni, Jacqueline Bisset et Jean-Louis Trintignant, encore à l’affiche dans trois salles parisiennes et on l’espère aussi en province.

La Femme du dimanche de Luigi Comencini

La Femme du dimanche de Luigi Comencini

Catégories : Sur ARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *