Le Pianiste de Roman Polanski

ARTE inaugure dimanche 5 juin un cycle de cinq films de Roman Polanski (plus un documentaire) avec la diffusion à 20h50 de l’un de ses films les plus importants, Le Pianiste (The Pianist), Palme d’or du Festival de Cannes en 2002 et Oscar du meilleur réalisateur l’année suivante.

 

Roman Polanski est né à Paris le 18 août 1933, de parents polonais. Ses géniteurs ayant le mal du pays, la famille Polanski retourne à Cracovie, alors que Roman a quatre ans et que la menace nazie plane sur l’Europe. Première décision lourde en conséquences dramatiques dans une vie marquée par de nombreux coups du sort. L’Allemagne envahit la Pologne deux ans plus tard. Les persécutions et les confiscations antisémites se multiplient. La mère et la sœur de Polanski sont arrêtées et mourront à Auschwitz. Son père l’aide à s’échapper du ghetto et Roman se réfugie chez des familles catholiques. L’enfant turbulent et déjà obsédé par le cinéma donne du fil à retordre à ses hôtes, passe de cachette en cachette à la campagne, toujours à la merci d’une arrestation ou des balles des soldats allemands. De retour à Cracovie, il assiste en 1945 aux derniers jours de la guerre tapi dans un abri antiaérien. On aura reconnu dans cette odyssée de la peur et de la dissimulation, quelques-unes des péripéties du Pianiste. Il aura fallu à Polanski près de soixante ans pour aborder un grand sujet doublé d’une expérience personnelle inoubliable, sans pour autant se confier au travers de l’autobiographie, puisque le film s’inspire des mémoires de Wladyslaw Szpilman, et concerne le ghetto de Varsovie et non de Cracovie. Mais les souvenirs des deux hommes sont suffisamment proches pour que l’on puisse considérer Le Pianiste comme le témoignage de Polanski sur une période primordiale de l’Histoire et de sa propre vie. Le Pianiste a permis de revoir la filmographie de Polanski sous un jour nouveau. On a souvent reproché à Polanski de choisir la facilité avec des commandes de prestige capables de satisfaire son goût du perfectionnisme et de la maîtrise, fidèle à son image de super auteur dictatorial et cynique. Pourtant, on retrouve dans tous ses films les thèmes du Mal, de la peur, des rapports maître esclave, de l’enfermement et de la folie. Si Polanski s’est amusé à tourner des films d’horreur, des huis clos absurdes, des parodies des genres populaires ou des récits érotiques, il n’a pas cessé d’y sonder les profondeurs de l’âme humaine et d’y aborder les thèmes moraux les plus fondamentaux. Chinatown, Tess, Le Locataire ou Lunes de fiel (et même des films méconnus mais pas si mineurs que cela comme Macbeth et Quoi ?) sont aussi personnels que Le Pianiste. Qu’ils soient drôles ou terrifiants, ratés ou géniaux, contemporains ou historiques, les films de Polanski sont des explorations d’un univers mental et d’une situation de malaise, les portraits de personnages perdus ou apeurés sur lesquels le cinéaste semble projeter ses propres cauchemars et traumatismes. Toute l’œuvre de Polanski obéit aux principes de l’alternance mais aussi de la cohérence. Cinéaste intellectuel, Polanski se refuse à analyser des propres films ou à s’assurer la complicité de la critique.

Adrien Brody dans Le Pianiste de Roman Polanski © Studiocanal

Adrien Brody dans Le Pianiste de Roman Polanski
© Studiocanal

Malgré l’ampleur de son sujet Le Pianiste est un film intimiste, qui épouse le point de vue de son protagoniste, refuse le lyrisme pour s’attacher à des détails glaçants ou bouleversants. Avec l’intelligence qu’on lui connaît Polanski évite les écueils de la reconstitution historique et du pathos pour se concentrer sur l’expérience cauchemardesque de son personnage central, jeune et brillant pianiste juif Władysław Szpilman (Adrien Brody) qui va survivre à Varsovie après la déportation de toute sa famille. Après un début plutôt classique Le Pianiste devient dans sa seconde moitié un film mental et subjectif, une fiction de l’enfermement proche du Locataire. La partie où Szpilman et sa famille observent les combats ou les exactions des nazis de la fenêtre de leur appartement, ainsi que la longue planque du pianiste dans un immeuble en ruine, coupé du reste du monde et témoin invisible de la guerre, comptent parmi les moments les plus inspirés et impressionnants du film.

 

 

Dimanche 5 juin la diffusion du Pianiste sera suivie à 23h10 de Roman Polanski : A Film Memoir, documentaire de Laurent Bouzereau réalisé en 2011 dans lequel le cinéaste revient sur sa vie mouvementée et sa filmographie lors d’une conversation intime avec son ami Andrew Braunsberg.

 

 

Catégories : Sur ARTE

Comments